Au-delà des modèles plus ou moins exotiques, quelles sont les nouvelles voitures électriques qui vont être accessibles en France en 2019 ? Automobile-Propre vous propose un tour d’horizon des principales nouveautés classées par marque

Audi e-tron

Avec sa batterie d’une capacité de 95 kWh (36 modules et 432 cellules), l’Audi e-tron dispose d’une autonomie WLTP d’environ 400 kilomètres. Ce SUV inspiré du e-tron quattro concept présenté au salon de Francfort en 2015, joue davantage sur le mode de la performance que sur la sobriété. Il embarque 2 moteurs électriques, un sur chaque essieu. De concert, ils fournissent une puissance maximale de 265 kW et un couple de 561 Nm. Et si ça ne suffisait pas, un mode Boost est exploitable pendant 8 secondes, portant la puissance à 300 kW et le couple maximal à 664 Nm. Ainsi, l’engin franchi le 0 à 100 km/h en 5,7 s, contre 6,6 s avec le mode classique.

Rechargeable sur une prise domestique, l’Audi e-tron peut aussi se brancher sur des bornes accélérées AC 22 kW (puissance de recharge jusque 11 kW en standard, puis, sur option proposée dans le courant 2019, jusque 22 kW) et rapides DC, acceptant via son connecteur Combo CSS des puissances jusque 150 kW. Ce SUV sera le premier véhicule produit en grande série à disposer, à la place des rétroviseurs classiques, de rétro-cameras et de petits écrans sur les panneaux de porte avant. Son prix pour la France : A partir de 82.600 euros (bonus, et éventuellement prime à la casse à déduire).

BMW i3 42 kWh

Avec sa nouvelle batterie composée de cellules 120 Ah, contre 94 Ah auparavant, la BMW i3 peut disposer maintenant d’une capacité énergétique de 42 kWh (contre 33 kWh). Ce qui porte son autonomie aux environs de 300 km WLTP, soit une cinquantaine de kilomètres supplémentaires. La version i3s, plus pêchue avec ses 135 kW de puissance (125 kW pour la i3 classique), bénéficie également de ce nouveau pack, pour un rayon d’action porté aux alentours de 285 km, contre 245 km avec la batterie 94 Ah.

Pour recharger la batterie, en plus des prises domestiques, la BMW i3 conserve la possibilité d’exploiter les bornes accélérées AC jusqu’à une puissance de 11 kW, et les bornes rapides 50 kW via le connecteur Combo CSS. BMW a estimé qu’avec le surplus d’autonomie gagné grâce à la nouvelle batterie, le prolongateur d’autonomie est devenu inutile, le supprimant des options. Proposées en 5 niveaux de finition, les i3 et i3s sont désormais affichées respectivement à partir de 39.950 et 43.550 euros.

DS 3 Crossback e-tense

Attendue au second semestre 2019, le DS3 Crossback électrique signe le renouveau de la gamme BEV (voitures électriques à batterie) du groupe PSA. Il s’agit d’un petit crossover avec lequel il serait possible, selon le cycle combiné WLTP, de parcourir jusqu’à 300 kilomètres avec l’énergie contenu dans sa batterie de 50 kWh de capacité. Le pack alimente un moteur d’une puissance de 100 kW et de 260 Nm de couple. Ce modèle propose également différentes possibilités de recharge : jusque 11 kW AC, et rapide 100 kW DC Combo CSS.

Une nouvelle génération de pompe à chaleur équipe ce véhicule, pour une consommation en énergie réduite d’un tiers dans le meilleur des cas. Vraisemblablement assemblé en France à Poissy (78), le DS3 Crossback branché s’appuie sur la nouvelle plateforme modulaire multi-énergie e-CMP, également exploitée par les futures Peugeot 208 et Opel Corsa électriques. La batterie sera acheminée dans les Yvelines depuis l’usine PSA de Trnava en Slovaquie. Prix : non connu.

Honda Urban EV

Charmant concept inspiré de l’histoire de la marque Honda et présenté à Francfort en 2017, l’Urban EV doit donner naissance à une citadine électrique qui arriverait chez nous à la fin de l’année 2019 et qui sera disponible à la commande début mars où une version plus proche de la série sera présentée au salon de Genève.

Si ce n’est un mulet d’essai surpris en pleine sortie il y a quelques semaines, on ne connaît rien, au jour où nous écrivons le présent article, des caractéristiques du modèle commercialisé dans quelques mois. Un souhait : Qu’il soit aussi audacieux que le prototype sur lequel il s’appuie. Il faut bien cela pour un débarquement tardif sur le marché des 100% électriques !

Hyundai Kona électrique

Le Hyundai Kona fait partie de ces véhicules électriques lancés à la commercialisation en 2018, mais dont les livraisons vont véritablement commencer en 2019. Avec le Kia e-Niro qui a adopté les mêmes composants pour sa chaîne de traction (batterie lithium-ion polymère 64 kWh en alimentation d’un moteur électrique de 150 kW de puissance, ou pack de 39,2 kWh associé à un appareil de 100 kW, les 2 configurations avec un couple de 395 Nm), le Kona électrique signe l’arrivée en France de SUV à forte autonomie (respectivement 449 et 289 km WLTP) pour un tarif bien moins élevé que la concurrence germanique ou britannique.

Pour les recharges lentes et accélérées AC, l’engin embarque un chargeur d’une puissance maximale de 7,2 kW. Il accepte aussi jusqu’à 100 kW DC sur les bornes rapides (Combo CSS). Les constructeurs coréens ont l’habitude d’équiper généreusement leurs modèles électriques de systèmes et dispositifs qui sont souvent proposés en option chez les concurrents. C’est une nouvelle fois le cas avec cet engin, dès la finition de base Creative. Prix : A partir de 38.400 euros (version 39,2 kWh) et 42.400 euros (version 64 kWh).

Kia e-Niro

Forcément, sur le papier, avec des éléments en commun pour la chaîne de traction, les caractéristiques du Kia e-Niro sont très proches de celles du Hyundai Kona électrique. On retrouve déjà les 2 mêmes configurations pour la chaîne de traction : batterie lithium-ion polymère 64 kWh + moteur électrique 150 kW, ou pack 39,2 kWh + de 100 kW. Et toujours avec un couple de 395 Nm. Idem pour les possibilités de recharge : chargeur embarqué AC 7,2 kW et bornes rapides DC jusque 100 kW de puissance (Combo CSS). Autonomie respective WLTP : 455 et 289 km. Si les SUV coréens électriques vous intéressent, amusez-vous à essayer les 2 et à comparer les différences. Le e-Niro mesure près de 20 cm de plus que le Kona électrique, d’où quelques litres de plus dans le coffre. Prix : A partir de 38.500 euros (version 39,2 kWh) et 42.500 euros (version 64 kWh).

Kia e-Soul

L’e-Soul est le futur nom de la nouvelle version du Soul EV, premier SUV électrique et coréen à avoir débarqué en France. L’engin ne sera d’ailleurs plus distribué dans notre pays qu’en une version 100% électrique attendue en France à la fin du premier trimestre 2019. Kia a levé le voile sur cette nouvelle génération de Soul électrique récemment, fin novembre dernier, à l’occasion du salon de l’automobile de Los Angeles. En récupérant les éléments de la chaîne de traction du e-Niro, l’e-Soul va bénéficier d’une capacité de batterie plus que doublée, en passant de 30 à 64 kWh, associé au moteur électrique de 150 kW de puissance.

Avec une caisse réduite, et donc moins lourde que le Niro électrique, l’autonomie WLTP devrait être très proche des 500 kilomètres. Le doute plane encore sur une version avec le duo batterie 39,2 kWh + moteur 100 kW. Elle apparaît ou pas suivant les interlocuteurs et supports de communication Kia. Grande nouveauté : l’abandon de la recharge rapide CHAdeMO ou profit du standard Combo CSS jusque 100 kW de puissance. L’engin embarquera également de série un chargeur 7,2 kW AC. Prix : Non connu, sans doute compris entre 34.000 et 38.000 euros.

Mercedes EQC

Attendu pour une commercialisation en France à la moitié de l’année 2019, l’EQC est le premier SUV électrique de Mercedes. Le constructeur à l’étoile avait jusque-là préféré s’investir dans les chaînes de traction hybrides rechargeables. Origines allemandes obligent, l’engin, tout comme l’Audi e-Tron, affiche des caractéristiques plus taillées pour la performance que pour les économies d’énergie. A peine plus de 5 secondes pour atteindre le 100 km/h, départ arrêté : c’est ce qu’il est possible d’obtenir de la puissante motorisation (300 kW, couple de 765 Nm) composée de 2 appareils, un sur chaque essieu.

Pour les alimenter, une batterie lithium-ion de 80 kWh de capacité formée de 6 modules, qui assurerait à ses passagers une autonomie WLTP d’environ 400 kilomètres. Le Mercedes EQC accepte la recharge rapide jusque 150 kW DC de puissance (Combo CSS). Il embarque également un chargeur 7,4 kW AC. Parmi les curiosités à bord, ce vaste panneau horizontal numérique et tactile qui réunit l’habituel combiné derrière le volant et la tablette tactile qui se généralise sur les voitures particulières. Prix : Non connu, vraisemblablement proche des 100.000 euros.

Nissan Leaf e-Plus 60 kWh

Le nouveau design de la Nissan Leaf s’accompagne d’une autonomie améliorée avec la e-Plus 60 kWh. L’actuelle batterie de 40 kW va céder la place à un nouveau pack d’une capacité augmentée de 50%, soit 60 kWh, qui, nous l’espérons, ne sera plus sensible aux recharges rapides répétées dans la journée.

L’affaire Carlos Ghosn a retardé la présentation de ce nouveau modèle qui devrait finalement être dévoilé au public le 8 janvier prochain, dans le cadre du Consumer Electronics Show de Las Vegas. Il faudra attendre cette date pour connaître plus précisément les nouvelles caractéristiques de la Leaf. Toutefois on peut s’attendre à une autonomie WLTP de l’ordre de 450 kilomètres. Le modèle 60 kWh devrait être commercialisé en France en mai prochain. La puissance du moteur électrique sera portée de 110 à 149 kW. Nissan n’abandonne pas le standard CHAdeMO de recharge rapide, sans doute coincé par les architectures V2x. Mais la puissance maximale est portée à 100 kW pour les bornes qui l’accepteront. Prix : Non connu, aux environs des 40.000 euros pour la finition d’entrée de gamme.

Opel Corsa électrique

Si les premières livraisons de l’Opel Corsa électrique sont annoncées pour 2020, il devrait être possible de précommander dès 2019 cette citadine branchée qui, grâce à sa batterie d’une capacité de 50 kWh, devrait autoriser 350 kilomètres d’autonomie WLTP. Le pack alimenterait un moteur de 85 kW de puissance. A bord de l’engin porté par la nouvelle plateforme modulaire multi-énergie e-CMP également exploitée par les futures Peugeot 208 et DS3 Crossback électriques, un chargeur 7 kW AC. Il serait couplé avec la possibilité de recharger sur des bornes rapides 50 kW DC, via connecteur Combo CSS. Prix : Non connu.

Peugeot 208 électrique

On retrouve forcément dans le projet de Peugeot 208 électrique qui serait commercialisée en septembre 2019 pas mal de caractéristiques communes avec la Corsa d’Opel désormais sous le giron de PSA. D’abord la même plateforme modulaire multi-énergie e-CMP, sur laquelle prendront également place un moteur électrique de 85 kW de puissance, alimentée par une batterie lithium-ion de 50 kWh de capacité. Le pack devrait doter la citadine d’environ 350 kilomètres d’autonomie WLTP. Recharge : 7 kW AC avec chargeur embarqué + rapides 50 kW DC Combo CSS. Des caractéristiques susceptibles d’évoluer. Prix : Non connu.

Renault Zoé 2

Best-seller sur le marché français des voitures particulières électriques, la Renault Zoé va aussi évoluer en 2019 question autonomie, mais aussi dans sa présentation. Une batterie d’au moins 50 kWh de capacité est attendue, de même que la recharge rapide DC Combo CSS. Le chargeur 22 kW devrait continuer d’équiper la nouvelle Zoé, puisque de très nombreuses bornes en France lui permettent de l’exploiter au maximum.

Il est très probable que la citadine branchée du Losange embarque enfin des dispositifs d’aide à la conduite et de freinage autonome d’urgence, à l’image des équipements des dernières générations de Clio et de Captur. Prix : Non connu.

Sono Sion

Dans notre tour d’horizon des nouvelles voitures électriques attendues sur le marché français en 2019, la Sono Sion apparaîtrait presque comme un véhicule improbable. En cause des dispositifs que l’on ne s’attend certainement pas à voir sur une citadine présentée comme abordable face à la concurrence. Le plus visible, c’est la couverture de la carrosserie en cellules photovoltaïques. Les 7,5 m2 de surface ainsi offerte au Soleil permettrait de retrouver jusqu’à 30 km d’autonomie par jour. Un bon petit plus quand à bord la batterie ne dispose que d’une capacité de 35 kWh dotant l’engin d’environ 250 km de rayon d’action. Au niveau de la recharge : chargeur 6,6 kW AC + bornes rapides CCS 50 kW DC.

Autres curiosités : le filtre composé de mousse végétale pour recycler l’air de l’habitacle, et le système de charge bidirectionnel dont la première utilité serait d’alimenter au besoin des appareils électriques. La commercialisation de cette voiture électrique, qui sortirait de l’usine Sono Motors de Munich, est bien prévue pour le milieu de l’année 2019, et les premiers exemplaires sont régulièrement exhibés. A noter la présence – rare sur une voiture électrique – d’un attelage capable de tracter une remorque de moins de 750 kilos. Prix : 20.000 euros (ou 16.000 sans la batterie).

Tesla Model 3

Très attendue depuis que Tesla a annoncé son projet, la Model 3 arrive enfin en France. Le configurateur, uniquement accessible aux personnes ayant pré-réservé leur exemplaire, a été ouvert dans le courant du mois de décembre. Si plusieurs versions vont coexister, c’est par le haut de gamme, c’est-à-dire les modèles Long Range qui disposent des plus fortes autonomies (« Grande Autonomie Transmission Intégrale » = 544 kilomètres WLTP / « Performance » = 530 km), que la berline commencera a être livrée dans l’Hexagone. Si la Model 3 a des airs de petite Model S, elle est pourtant quelque peu différente, voire déroutante.

En s’installant à son volant, on remarque de suite l’absence de console derrière le volant, les fonctions de la voiture étant principalement pilotée à partir de la tablette numérique tactile ici positionnée à l’horizontale. Pour l’Europe, les Model 3 seront équipées de série du standard de recharge Combo CCS. Ce choix a poussé Tesla à intégrer le connecteur à ses superchargeurs. Il y a quelques mois encore, nombreux étaient ceux qui prédisaient un véritable raz-de-marée de Model 3 en France, face à une concurrence jugée peu à la hauteur. L’engin arrive cependant sur un marché qui s’est étoffé en modèles finalement assez salivants. Et surtout, il est loin d’être actuellement accessible aux alentours de 35.000 euros, comme on l’imaginait alors. Son prix : 59.500 euros et 70.300, respectivement pour les versions Long Range et Long Range Performance.

Volkswagen ID

Si la compacte ID, premier modèle de la nouvelle gamme branchée éponyme de Volkswagen, ne sera commercialisée qu’en 2020, elle devrait cependant faire le buzz en 2019, avec très certainement une ouverture aux précommandes dans quelques mois. L’engin est porté par la plateforme MEB conçu spécifiquement pour les véhicules électriques de 5 marques du groupe allemand. Il est d’ores et déjà annoncé une autonomie WLTP entre 330 et 550 km pour les modèles exploitant cette base.

Berline compacte, l’ID devrait être équipée d’un moteur électrique d’une puissance maximale de 125 kW placé sur l’essieu arrière. Et pour la batterie ? On s’attend à ce que plusieurs capacités soient proposées, pour des packs rechargeables sur des bornes rapides CSS jusqu’à une puissance de 125 ou 150 kW. Le concept de l’ID est évolutif. A l’instar des productions Tesla, l’engin devrait gagner en puissance avec les années concernant ses facultés de conduite autonome. Concernant le prix de vente, il a déjà été entendu qu’il se situerait au niveau de celui d’une Volkswagen Golf diesel, sans doute plus près d’une finition Carat entre 35.000 et 40.000 euros que d’une finition Confortline SD à moins de 30.000 euros.

Voitures électriques : quelles nouveautés attendues en 2019 ?
4.6 (92.27%) 44 votes