Dédiée à la charge rapide, la prise CHAdeMO peut délivrer jusqu’à 400 kW de puissance. Porté par les industriels nippons, le standard équipe principalement les modèles asiatiques.  

Histoire

Fruit de l’association éponyme portée par TEPCO, Nissan, Mitsubishi et Subaru, le connecteur CHAdeMO voit le jour en 2010. Créé dans le souci de standardiser les connectiques de recharge et de proposer une solution de recharge rapide impactant peut le coût de fabrication du véhicule, ce connecteur fait ses premiers pas au Japon. Il s’exportera ensuite à l’international en suivant le succès mondial de la Nissan Leaf.

Technique

Le protocole CHAdeMO permet la recharge directe en courant continu de la batterie des véhicules qui en sont équipés. Dans ce mode de charge, c’est la borne qui héberge l’alimentation à courant continu (le « chargeur ») et non le véhicule. La recharge est cependant toujours pilotée par le véhicule qui surveille l’état de la batterie en temps réel transmet ses instructions via son bus CAN (bus de communication apparu sur les premier véhicules en 1985 et qui équipe aujourd’hui tous les véhicules, thermiques comme électriques). Cette approche permet de proposer des puissances de recharge plus élevée, et de déplacer le coût du chargeur du véhicule vers la borne de recharge.

Depuis le déploiement des premières bornes compatible en Europe en 2011, le protocole CHAdeMO a connu plusieurs révisions. Suivant les besoins des véhicules, celles-ci ont permis d’augmenter progressivement sa puissance tout en lui ajoutant de nouvelles fonctionnalité.

  • CHAdeMO v0.9 (2011) : 50kW (400 Volts – 125 Ampères)
  • CHAdeMO v1.2 (2016) : 150kW (400 Volts – 400 Ampères) ajoute la fonctionnalité V2X qui permet au véhicule d’alimenter des équipements électrique ou d’injecter l’énergie stockée dans la batterie sur le réseau électrique.
  • CHAdeMO v2.0 (2018) : 400kW (1 000 Volts – 400A)

Cette dernière révision, développée afin de rester dans la course face au standard concurrent Combo, porté par les constructeurs européens et américains, adopte une surprenante méthode de gestion de l’échauffement du câble et du connecteur, comme l’illustre le schéma ci dessous. Elle intègre également un dispositif inédit. Baptisé « Plug & Charge », celui-ci permet un dialogue entre la borne et la voiture pour gérer la facturation sans badge.

(source www.chademo.com)

 

Au fil du temps, la connectique a également évolié. Proposée par Yazaki (photo ci dessous), la première génération de connecteur n’était pas facile à manipuler pour les néophytes. Elle a été remplacée de nos jours par le modèle qui illustre ce dossier qui se connecte d’une main, et se déconnecte d’une simple pression d’un bouton.

 

Infrastructure

Le connecteur CHAdeMO et son câble se trouvent uniquement attaché à une borne de recharge. Vous ne le trouverez pas sous une autre forme car il n’est pas possible de fabriquer un adaptateur vers un autre standard.

Il existe, en revanche, des boitiers mobiles de conversion permettant de connecteur un véhicule CHAdeMO sur une borne à courant alternatif. Mais ils sont très onéreux et encombrants.

Véhicules

Vous trouverez cette prise sur la plupart des véhicules d’origine asiatique. La liste suivante est non exhaustive :

  • Nissan Leaf, ancienne et nouvelle génération
  • Nissan e-NV200
  • Mitsubishi iMiev (et ses clones européens : la Citroën C-Zero et la Peugeot iOn)
  • Kia Soul EV
  • Mitsubishi Outlander PHEV
  • Peugeot Partner
  • Tesla Model S et X qui, via un adaptateur, peuvent se connecter aux bornes CHAdeMO
La prise CHAdeMO
3.2 (63.33%) 6 votes