Avec le développement du marché de la voiture électrique, de nombreux modèles sont sortis ces dernières années. L’année 2022 promet d’être encore plus fournie au niveau des sorties, de nombreux modèles « zéro émission » arrivant sur le marché. On fait le récap des principales nouveautés attendues. 

Audi Q6 e-tron

Sur le marché chinois, Audi sortira le Q5 e-tron en 2022, qui n’est pas sans rappeler le Volkswagen ID4. En Europe, c’est le Q6 e-tron qui devrait voir le jour, sur la plateforme PPE. Cette dernière servira notamment à l’ambitieux projet Artemis. Les caractéristiques précises sont encore inconnues, mais, comme à son cousin le Porsche Macan, on lui prête 600 km d’autonomie et une recharge jusqu’à 270 kW. À noter que son nom reste à confirmer, l’appellation de Q5 e-tron n’étant pas à exclure sur le Vieux Continent.

Audi Q6 e-tron : un SUV électrique pour 2018

BMW i7

Véritable serpent de mer du marché de la voiture électrique, la BMW i7 semble enfin se confirmer après de nombreux mois d’attente. La déclinaison électrique de la luxueuse berline sera le quatrième modèle « zéro émission » de BMW, après les SUV iX et iX3, et la berline i4. Le peu d’informations connues font part d’une autonomie dépassant les 500 kilomètres.

Hyundai Ioniq 6

Dérivée du concept Prophecy, la Ioniq 6 sera le second modèle de la nouvelle famille Ioniq. Basée sur la nouvelle plateforme e-GMP comme la Ioniq 5, cette berline coupée électrique devrait hériter d’une mécanique similaire avec une batterie de l’ordre de 77 kWh autorisant plus de 500 km d’autonomie avec un plein.

Kia Niro EV

Le Kia Niro EV remplacera le e-Niro en 2022, avec une forme plus moderne et plus assumée de SUV. Cependant, le crossover électrique coréen ne devrait pas faire sa révolution, se basant sur la même plateforme. Un choix logique pour Kia, puisque son modèle électrique est une des références du marché en termes d’efficience, avec une autonomie allant jusqu’à 450 km dans la version 64 kWh. L’expérience de Kia avec cette plateforme devrait néanmoins permettre au crossover de rester une véritable référence sur le marché.

Lexus RZ

Le groupe Toyota sortira un nouveau SUV électrique en 2022, et celui-ci atterrira évidemment au catalogue Lexus. Le Lexus RZ accompagnera l’UX 300e, autre véhicule « zéro émission » de la marque. Il reprendra la majeure partie des traits esthétiques du Toyota BZ4X. Il proposera certainement les deux mêmes choix de moteurs ainsi que la même batterie de 71,4 kWh. On en sait encore peu sur ce SUV, dont seul un teaser a été publié.

Mercedes EQE

Après le vaisseau amiral qu’est la Mercedes EQS, la firme allemande compte sortir une berline électrique un peu plus modeste. Ce sera le rôle de l’EQE, équivalent de la Classe E pour la gamme silencieuse de la firme allemande. On retrouve un design propre aux voitures électriques de Mercedes, avec un gabarit toutefois similaire à la Tesla Model S. L’intérieur reprend le désormais célèbre Hyperscreen de l’EQS. Côté autonomie, la batterie de 90 kWh environ promet 660 km en une recharge.

Nouveau MG ZS EV

Présentée en grande pompe fin 2021, la nouvelle version du SUV électrique de MG entamera ses livraisons à compter du 1er trimestre 2022. À la fois plus moderne et plus performant, le MG ZS EV sera décliné en deux configurations batteries – 51 ou 72 kWh – pour une autonomie allant jusqu’à 440 km en cycle WLTP. Cerise sur le gâteau : cette nouvelle mouture ne sera pas plus chère que le modèle précédent avec un prix de vente inférieur à 30 000 € une fois le bonus écologique déduit.

MG 5

Premier break électrique de MG Motor, le MG 5 s’inscrit lui aussi comme une grosse nouveauté de l’année 2022.

Nissan Ariya

En termes de voitures électriques, Nissan aura passé près d’une décennie à se contenter de la compacte Leaf, pendant deux générations. L’année 2022 marquera l’arrivée d’un nouveau modèle, un SUV répondant au nom d’Ariya. Celui-ci mesurera 4,60 mètres de long et arborera un design futuriste, qui préfigure des prochains modèles de la marque. Il se basera sur la plateforme CMF-EV de l’Alliance Renault-Nissan et proposera trois motorisations et deux batteries. La première développera 65 kWh de capacité utile, et la deuxième 90 kWh. L’autonomie, selon motorisation, pourra varier de 340 à 500 kilomètres.

Polestar 3

Absente du marché tricolore en raison du conflit qui l’oppose à Citroën autour du logo, Polestar poursuivra en 2022 son offensive électrique. Après la berline Polestar 2, la marque premium de Volvo s’enrichira avec un troisième modèle. Pour l’heure limitée à quelques images camouflées, la Polestar 3 devrait proposer quelque 400 chevaux de puissance et autoriser une autonomie de l’ordre de 600 kilomètres grâce à une batterie de l’ordre de 100 kWh. 

Polestar 3

Renault Megane E-Tech

C’est la véritable star des voitures électriques les plus attendues en France en 2022. Dix ans après la Zoé – et si l’on met de côté l’utilitaire Kangoo et le fiasco Fluence Z.E – Renault sort un deuxième véhicule 100 % électrique. Comme le Nissan Ariya, cette Megane e-Tech utilisera la plateforme CMF-EV, avec un gabarit bien moindre. Elle mesure 4,21 mètres de long, soit 20 centimètres de moins que l’actuelle Megane. Elle embarquera deux moteurs, de 130 et 217 chevaux, et proposera deux batteries. La première, d’une capacité de 40 kWh, offrira 300 km d’autonomie en cycle WLTP. La seconde, de 60 kWh, permettra de parcourir jusqu’à 470 km en une charge.

Skoda Enyaq iV Coupé

En 2021, le Skoda Enyaq iV a fait forte impression sur le marché de l’électrique. La gamme que propose la marque tchèque est vaste, avec cinq motorisations allant de 109 kW à 225 kW, selon la capacité que le véhicule embarque. Du côté de la batterie, l’Enyaq propose également trois packs différents. Leurs capacités respectives sont de 55 kWh, 62 kWh et 82 kWh. Seule cette dernière donne accès à trois versions différentes. L’autonomie varie de 340 à 510 kilomètres en cycle WLTP mixte. En 2022, Skoda sortira une version SUV coupé de son Enyaq, pour toucher un public plus large.

SsangYong Korando E-Motion

Pour ses débuts dans l’électrique, SsangYong a décidé de se baser sur un de ses modèles existants. Le constructeur coréen a choisi sans surprise un SUV, le Korando, qui devient Korando E-Motion dans sa version silencieuse. Quelques détails esthétiques bleus et une calandre pleine suffisent à le différencier sur le plan esthétique. Le SUV compact développe 140 kW, soit 190 chevaux de puissance, et un couple de 360 Nm. L’autonomie ne sera pas son point fort, la batterie de 61,5 kWh permettant de parcourir 340 km en cycle WLTP mixte.

Subaru Solterra

Le Subaru Solterra marque l’entrée de la mythique marque japonaise dans le secteur de la voiture électrique. Pour ne pas rater ses débuts, Subaru a assuré le coup et s’est associé au groupe Toyota en co-développant la plateforme e-TNGA. Ainsi, le Solterra est un clone du BZ4X et du Lexus RZ, deux autres SUV électriques. Visuellement, Subaru n’a pas révolutionné la base du modèle, y apportant seulement quelques touches personnelles. Il existe une version deux roues motrices et une version 4×4, qui développent respectivement 150 kW et 160 kW de puissance. Leur autonomie est respectivement de 530 km et 460 km grâce à la batterie de 71,4 kWh. Les tarifs ne sont pas connus, mais il pourrait bien être le plus abordable du trio de clones.

Toyota BZ4X

Pour le troisième de ces clones, le Toyota BZ4X, on retrouve le même design global, les mêmes motorisations et les mêmes choix de batteries. Rien de très original, forcément, et Toyota a donc décidé de marquer son entrée dans le marché de la voiture électrique autrement. Le SUV « zéro émission » proposera en option un volant de type yoke baptisé One Motion Grip. Celui-ci reposera sur un système by-wire sans connexions mécaniques. La démultiplication variable aura comme effet d’arriver en butée avec un angle de 150°, l’angle de braquage variant selon la vitesse du véhicule. Mais dans un premier temps, cette technologie ne sera pas disponible et un simple volant rond fera office de choix unique.

Volkswagen ID.5

Comme Audi et Skoda, Volkswagen va dégainer un SUV électrique coupé en 2022. Celui-ci reposera sur le SUV ID.4, déjà commercialisé par la firme allemande depuis cette année. La différence principale sera la forme coupée et sa ligne plus racée. Quelques centimètres de plus en longueur, quelques centimètres de moins en hauteur : ce n’est pas la révolution pour les habitués de l’ID.4. Et c’est la même chose à l’intérieur, mais aussi sous la carrosserie. L’ID.5 sera disponible avec trois motorisations, très légèrement différentes de l’ID.4. La motorisation de 148 chevaux disparaît au profit d’un moteur de 204 ch. Les puissances de 174 et 204 chevaux sont toujours au catalogue. Une seule batterie de 77 kWh de capacité utile est disponible, proposant entre 486 et 513 kilomètres d’autonomie en une recharge.