Poussés par le durcissement des normes européennes sur les rejets de CO2, les constructeurs lanceront de nombreuses voitures zéro-émission en 2020. C’est une véritable vague électrique qui doit envahir le continent puisqu’une vingtaine de véhicules arriveront sur le marché, sans compter les innombrables hybrides-rechargeables. De la citadine au SUV, Automobile Propre fait le point sur les principaux modèles qui seront livrés l’année prochaine.

Les micro-citadines

Volkswagen e-Up 2.0

Sortie en 2013, la Volkswagen e-Up bénéficie d’une mise à jour fin 2019. Elle gagne en autonomie avec une batterie qui passe de 18,7 à 32,3 kWh utiles. En conséquence, l’autonomie grimpe à 260 km selon le cycle WLTP pour une consommation moyenne quasiment inchangée de 12,7 kWh/100 km. La performance de recharge en courant continu (DC) est identique à la génération précédente avec une puissance maximale de 40 kW. De quoi charger de 0 à 80% en 40 minutes. A domicile ou sur les petites bornes publiques, la Volkswagen e-Up 2.0 réduit le temps de charge grâce à un nouveau chargeur embarqué de 7,4 kW. Sur une wallbox adaptée, la citadine électrique nécessite 4h30 pour un plein.

Publicité


Avec son moteur de 61 kW (83 ch) et 212 Nm de couple, l’e-Up 2.0 abat le 0 à 100 km/h en 11,9 secondes pour une vitesse plafonnée à 130 km/h. C’est une des voitures électriques les plus légères puisqu’elle affiche « seulement » 1,2 t sur la balance. Elle est également parmi les plus accessibles avec un tarif hors bonus de 23.440 euros dans l’unique finition proposée. Un prix moins élevé que la précédente version malgré des caractéristiques supérieures. Les premières livraisons doivent intervenir début 2020.

En savoir plus :

Seat Mii electric

Le constructeur espagnol étant une filiale du groupe Volkswagen, la Mii exploite la même base que l’e-Up. Les performances sont dont extrêmement proches. Équipée d’un moteur identique, elle réalise le 0 à 50 km/h en 3,9 secondes. Sa batterie d’une capacité de 36,8 kWh bruts lui autorise une autonomie de 260 km WLTP. Nous l’avons testée à Madrid où elle a affiché une consommation moyenne de 15,5 kWh en conditions de conduite urbaines. C’est son terrain idéal puisqu’elle dispose de dimensions réduites : 3,56 m de long et 1,64 m de large. Son coffre de 250 litres est très correct pour une utilisation citadine.

Moins chère que la Volkswagen e-Up, la Seat Mii electrique est vendue 21.920 euros hors bonus. Une finition mieux équipée « Electric Plus » est proposée à 23.070 euros. Déjà commercialisée, elle sera disponible début 2020.

Notre présentation de la Seat Mii au salon de Francfort :

En savoir plus :

Publicité


Skoda Citigo e iV

La Skoda Citigo e est issue de la même portée que l’e-Up et la Mii. Pourtant, c’est la moins chère avec un tarif hors bonus de 21.600 euros. Une finition « Style » plus haut-de-gamme à 22.870 euros se démarque en proposant un connecteur Combo CCS. C’est la seule version à autoriser une recharge rapide DC jusqu’à 40 kW. Pour le reste, les performances sont quasiment identiques aux autres modèles de la fratrie. La Citigo électrique abat le 0 à 100 km/h en 12,5 secondes pour une autonomie de 265 km WLTP. Contenue dans un pack de 1,1 m de large, 1,7 m de long et seulement 30 cm d’épaisseur, sa batterie offre une habitabilité similaire aux versions thermiques de la Citigo.

Notre présentation de Skoda Citigo-e iV au salon de Francfort :

En savoir plus :

Honda-e

Le constructeur japonais arrive avec du retard sur le marché de l’électrique. Il se rattrape toutefois en proposant une citadine à l’identité assez extravagante. Un look unique à l’extérieur comme dans l’habitacle où l’on trouve un immense écran occupant toute la largeur de la planche de bord. Le véhicule se passe aussi de miroirs grâce à des rétrocaméras. Côté technique, la Honda-e utilise un moteur électrique synchrone à aimants permanents d’une puissance de 113 kW (154 ch) et 315 Nm de couple. Bridé à 145 km/h, il réalise le 0 à 100 km/h en 8 secondes. Une version d’entrée de gamme exploitera un moteur moins puissant de 100 kW (136 ch).

Pour contenir son tarif, Honda a préféré équiper sa voiture d’une petite batterie. Avec seulement 35,2 kWh, elle offre 220 km d’autonomie WLTP. Les capacités de recharge s’inscrivent dans la tendance actuelle avec 100 kW en DC et 6,6 kW en AC. Branchée sur une borne rapide, 30 minutes suffisent pour récupérer 80% de la batterie selon la marque. Pré-commandable depuis l’été 2019, la Honda-e est vendue à partir de 35.060 euros hors bonus (moteur 100 kW). La version « Advance » (moteur 113 kW) est à 38.060 euros ou 390 euros mensuels en location longue durée (49 mois / premier loyer de 9.300 euros). Les livraisons doivent commencer au printemps 2020.

Notre présentation de la Honda-e au salon de Francfort :

En savoir plus :

Mini Cooper SE

Premier modèle 100 % électrique de Mini, la Cooper SE entamera son industrialisation l’an prochain au sein de l’usine britannique d’Oxford.

Associant une motorisation de 135 kW à une batterie de 32,6 kWh, le modèle promet jusqu’à 234 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP.

Déclinée en deux niveaux de finitions, la petite électrique débute à partir de  37.600 euros hors bonus écologique.

En savoir plus :

Les citadines et les compactes

Seat El-Born

La première compacte électrique espagnole est encore à l’état de prototype, mais elle sera bientôt dévoilée dans sa version de série. Basée sur la plateforme MEB du groupe Volkswagen, elle partagera de nombreux points communs avec l’ID.3. On retrouve ainsi le même moteur placé à l’arrière développant 204 ch et 310 Nm de couple. Le 0 à 100 km/h doit être effectué en 7,5 secondes. L’architecture modulaire de la batterie est issue de la maison-mère mais la capacité est différente. Avec 62 kWh, la Seat El-Born promet une autonomie de 420 km WLTP. Si la puissance de charge DC est annoncée à 100 kW en pic, elle devrait se situer autour de 60 kW en moyenne. En effet, le constructeur annonce 47 minutes pour passer de 0 à 80 %.

En savoir plus :

Volkswagen ID.3

Nouveau vaisseau amiral de la gamme électrique Volkswagen, l’ID3 est produite depuis novembre 2019. Les premiers exemplaires seront livrés en juin 2020 sous une édition spéciale de lancement baptisée « 1st ». Tous les tarifs n’ont pas encore été dévoilés, la marque a simplement évoqué trois paliers de prix entre « moins de 30.000 euros » et « moins de 50.000 euros » selon la finition choisie sur la « 1st ». L’ID.3 est le premier modèle à exploiter la plateforme MEB réservée à l’électrique et destinée à l’ensemble du groupe Volkswagen.

Déclinée en trois versions équipées de différentes capacités de batterie, la compacte démarre par une entrée de gamme « ID.3 Pure ». Avec son pack de 45 kWh utiles, elle peut parcourir 330 km WLTP. La version intermédiaire « ID.3 Pro » sur laquelle est basée l’édition spéciale propose 58 kWh pour 420 km d’autonomie. Enfin, la haut-de-gamme « ID.3 Pro S » autorisera jusqu’à 550 km avec une batterie de 77 kWh. Il faudra cependant être patient si vous souhaitez vous procurer cette version. Elle sera la dernière a être commercialisée à une date encore inconnue.

Premier contact au volant de la Volkswagen ID3 :

En savoir plus :

Opel Corsa-e

Les plateformes communes sont courantes au sein des géants de l’automobile. Tous les véhicules évoqués ci-dessus en sont issus. Cette stratégie permet de réaliser d’importantes économies en partageant technologies et procédés de fabrication. L’Opel Corsa-e n’y échappe pas, elle est basée sur la plateforme e-CMP développée par PSA et Dongfeng. Le constructeur allemand a rejoint le groupe français fin 2018. En conséquence, sa première voiture zéro-émission récupère les organes des autres véhicules électriques du géant comme la Peugeot e-208, e-2008 et la DS3 Crossback e-Tense.

On retrouve ainsi un moteur électrique de 100 kW (136 ch) et 260 Nm de couple capable d’abattre le 0 à 100 km/h en 8,1 secondes. Il est alimenté par une batterie de 50 kWh offrant une autonomie de 330 km WLTP. Le pack fabriqué par le chinois CATL se recharge en DC jusqu’à 100 kW, soit 30 minutes pour récupérer 80%. Au quotidien, le chargeur embarqué AC 11 kW de l’Opel Corsa-e permet un plein en 5h sur une wallbox ou environ 21 h sur une prise domestique classique.

Déjà disponible en pré-commande, l’Opel Corsa-e démarre au prix de 29.900 euros hors bonus ou 189 euros mensuels pour une location longue durée (48 mois / 40.000 km). Les premières livraisons interviendront début 2020 par une « First Edition » vendue plus cher (33.250 euros hors bonus).

Notre présentation de l’Opel Corsa-e :

En savoir plus :

Peugeot e-208

La principale concurrente de la Renault Zoé est commercialisée depuis l’automne 2019. Comme toutes les voitures basée sur la plateforme e-CMP, elle embarque un moteur électrique de 100 kW (136 ch) et 260 Nm de couple associé à une batterie de 50 kWh. Son autonomie est promise à 340 km WLTP. La recharge s’effectue en DC jusqu’à 100 kW pour un 0 à 80% en 30 minutes. La Peugeot e-208 propose deux options pour la recharge AC. La première de série à 7 kW permet un plein en minimum 8h, la seconde à 11 kW facturée 300 euros est plus rapide. Sur une wallbox triphasée, le temps de charge chute à 5h15.

Quatre niveaux de finitions sont proposés sur la Peugeot e-208, en plus d’une version business réservée aux professionnels. De l’entrée de gamme « Active » à la mieux équipée « GT » en passant par les intermédiaires « Allure » et « GT Line », la compacte électrique du lion est déclinée dans une large palette d’équipements. Son tarif démarre à 32.100 euros hors bonus pour plafonner à 37.150 euros dans la finition la plus haut-de-gamme. Les premières livraisons interviendront début 2020.

Notre essai de la Peugeot e-208 :

En savoir plus :

Les SUV

Peugeot e-2008

La version électrique de la Peugeot 2008 récupère la technologie de la plateforme e-CMP malgré son gabarit de SUV. Moins aérodynamique, le véhicule est un peu moins endurant puisqu’il revendique 320 km WLTP. La motorisation, la batterie et les performances de recharge sont strictement identiques à la Peugeot e-208. Les tarifs ne sont pas éloignés non plus : le SUV démarre à 37.100 euros hors bonus en finition « Active ». La mieux équipée « GT » plafonne à 43.000 euros. La e-2008 est déjà commercialisée et doit être livrée début 2020 comme sa consœur compacte.

Notre essai du Peugeot e-2008 :

En savoir plus :

DS3 Crossback e-Tense

Première DS électrique mais second SUV à exploiter la plateforme e-CMP. La DS 3 Crossback e-Tense est lancée depuis l’automne 2019. Puissance, autonomie, temps de charge : elle bénéfice des mêmes caractéristiques que la Peugeot e-2008. DS étant une marque premium, les tarifs sont légèrement plus élevés. La DS 3 Crossback e-Tense démarre à 39.100 euros hors bonus en finition « So Chic » et jusqu’à 42.700 euros en « Performance Line + ». En location longue durée, il en coûtera 445 euros mensuels (48 mois / 40.000 km). Les premières livraison doivent débuter en février 2020.

Notre essai de la DS 3 Crossback E-Tense :

En savoir plus :

Volvo XC40 Recharge

Le constructeur suédois a choisi un SUV pour entrer dans l’ère électrique. Il s’agit du XC 40 Recharge, qui récupère la technologie de la Polestar 2. Équipée de deux moteurs de 150 kW (204 ch) chacun, le véhicule développe un total de 408 ch et 660 Nm de couple. Une configuration qui lui permet d’abattre le 0 à 100 km/h en 4,9 secondes. L’énergie est fournie par une batterie de 78 kWh offrant jusqu’à 400 km d’autonomie WLTP. Côté recharge, le SUV accepte jusqu’à 150 kW en DC pour récupérer 80% en 40 minutes. En AC, le chargeur embarqué peut charger jusqu’à 11 kW pour un plein en environ 7h. Le Volvo XC 40 Recharge doit être commercialisé début 2020 à un tarif encore inconnu. Il devrait certainement se situer entre 60.000 et 70.000 euros hors bonus.

Aperçu du Volvo XC40 100% électrique :

En savoir plus :

Mazda MX-30

Les précommandes ouvertes, la Mazda MX-30 sera livrée à l’automne 2020. Pour son premier véhicule électrique, le constructeur a fait quelques choix étonnants. Son SUV embarque une batterie assez minimaliste puisque sa capacité plafonne à 35,5 kWh. Très optimiste, l’autonomie est estimée à environ 200 km. La puissance du moteur est contenue à 105 kW (142 ch) pour 265 Nm de couple. Sans surprise, la recharge se cantonne à 50 kW en DC pour 80% récupérés en 40 minutes et 7 kW en AC pour un plein en 11 heures minimum.

En restant sobre sur les performances, Mazda parvient à proposer un tarif parmi les plus bas de sa catégorie. L’édition spéciale de lancement « First » démarre à 34.400 euros hors bonus.

En savoir plus :

Ford Mach E

L’iconique Mustang devient électrique et se pare de l’appellation « Mach-E ». Commercialisée en 2020, elle affiche des caractéristiques en adéquation avec la noblesse de ses origines. La puissance des moteurs s’élève jusqu’à 456 ch et 830 nm de couple dans la version GT, la plus haut-de-gamme. Outre une déclinaison AWD intermédiaire, une propulsion offre jusqu’à 285 ch et 215 Nm de couple. Le 0 à 100 km/h est effectué en moins de 5 secondes à moins de 8 secondes selon le modèle choisi.

Deux configurations de batterie sont proposés : 75,7 kWh pour 450 km d’autonomie maximale et 98,8 kWh pour 500 à 600 km. Un rayon d’action qui varie logiquement en fonction du choix de motorisation. Elle se recharge en DC jusqu’à 150 kW pour un 0 à 80% en moins de 30 minutes. La puissance du chargeur embarqué AC n’a pas été précisée par le constructeur, sans doute entre 7 et 12 kW. Fabriquée au Mexique, la Ford Mach-E est précommandable moyennant un acompte de 1000 euros. Les tarifs s’étaleront de 48.990 euros hors bonus pour la version la moins chère à 69.500 euros pour la AWD grande autonomie. Les premières livraisons sont prévues pour fin 2020 et à mi 2021 pour la GT.

Présentation officielle et premier aperçu :

En savoir plus :

Audi e-Tron Sportback

L’Audi e-Tron est au catalogue depuis un an. Le SUV électrique s’agrandit d’une version « Sportback » coupé dont les livraisons sont prévues pour le printemps 2020. Les dimensions restent identiques, seul le design et l’aérodynamisme ont été adaptés. Deux configurations sont proposées. La « 55 quattro » embarque une batterie de 95 kWh (86,5 kWh utiles) pour 448 km d’autonomie WLTP. Deux moteurs développent un total de 300 kW (408 ch) pour 561 Nm de couple activables pendant huit secondes via un mode « boost ». Une fonction qui permet au véhicule d’afficher un 0 à 100 km/h en 5,7 secondes.

Plus raisonnable, la version « 50 quattro » se contente d’un total de 230 kW (313 ch). La recharge s’effectue en moins de 30 minutes de 0 à 80 % en DC jusqu’à 150 kW. En AC, le chargeur embarqué de série plafonne à 11 kW. Il peut être augmenté à 22 kW via une option qui sera lancée à l’été 2020.

Notre prise en main de l’Audi e-tron Sportback :

En savoir plus :

Bilan

De la citadine à 15.600 euros bonus déduit au SUV à plus de 70.000 euros, l’électrique se décline désormais sur un large nuancier de véhicules. Fin 2020, quasiment tous les constructeurs proposeront au moins un modèle zéro-émission. Si le rythme des lancements semble s’emballer, il faudra surveiller les délais de livraisons et cadences de production. Sous pression de l’Union européenne, les marques devront se débrouiller pour écouler leurs voitures électriques et s’épargner d’importantes pénalités. L’an prochain pourrait aussi être marqué par une baisse des prix, aidée par une concurrence accrue et de belles remises commerciales incitant les clients à sauter le pas. Des tarifs qui seront également influencés par la révision à la baisse des aides publiques à l’achat.

Publicité