BMW iX3 : premier contact avec le SUV électrique bavarois


Publicité

Premier SUV électrique du constructeur, le BMW iX3 arrive 7 ans après le lancement de la BMW i3. Nous avons pu le découvrir lors d’un événement organisé par la marque à Paris. 

C’était en 2013, une éternité dans l’univers en perpétuel changement qu’est l’automobile. A l’époque, on considérait la BMW i3 comme une curiosité dans la gamme du constructeur. En en 2020, bien des choses ont changé. La propulsion électrique gagne du terrain, mais BMW n’avait pas totalement pris la vague. En avril 2018, lorsque le constructeur bavarois présentait le concept iX3, on pensait ainsi que le Jaguar I-Pace aurait rapidement un rival. Pas vraiment, puisque la firme à l’hélice fut dépassée par de nombreuses marques, dont ses ennemis Audi et Mercedes. Ce n’est que cette année que le BMW iX3 de série apparaît, d’abord en images en juin, et « en vrai » lors d’un événement presse organisé par la marque ce mois de septembre à Paris.

Un X3 électrique optimisé

Pour rappel, l’iX3 est la version 100% électrique du X3, le SUV de troisième génération, que nous avons récemment testé en hybride rechargeable.

Au chapitre esthétique, pas de grands changements. C’est la calandre qui marque les esprits au premier coup d’œil. Elle se noircit, s’entoure d’un épais contour gris, mais n’est pas totalement pleine. Elle laisse un petit filé d’air, allant jusqu’au radiateur venant refroidir les batteries. La marque a aussi modifié les bas de caisse, afin de réduire la résistance à l’air de 5%, et donc gagner en autonomie. Cela se traduit par un bouclier avant aux petites entrées d’air, et deux petits diffuseurs arrière. A cela, s’ajoutent des logos « i » sur fond gris sur les ailes avant ainsi que des inserts bleus qui peuvent se convertir en gris pour les moins audacieux.

A l’intérieur, rien d’extraordinaire non plus par rapport aux classiques thermiques ! On remarque simplement le logo iX3 en bas de console, et le mode B permettant la récupération d’énergie en décélération. Pour le reste, on retrouve tout de la version xDrive30e, hormis quelques matériaux recyclés (tapis à 100%, 27 bouteilles converties dans les sièges et contreportes).

Conçu à la base pour une version électrique, l’iX3 ne perd que 40 litres de coffre, soit 510 l au total. Par contre, on voit un très petit espace sous le plancher, et il n’y a pas de double fond. Autre curiosité, pas de coffre avant. Dommage, car à part des modulateurs et convertisseurs pour la partie électrique, le capot n’héberge aucun moteur et aurait pu offrir une centaine de litres supplémentaires. BMW France ne nous a pas autorisé à y voir plus près, car le modèle présenté reste une pré-série.

286 ch, 460 km d’autonomie, mais pas 4×4

L’architecture consiste en un moteur installé sur l’essieu arrière. Sans terre rare selon BMW, il développe 210 kW ou 286 ch et 400 Nm en pointe. Pas de version quatre roues motrices au programme, BMW cherchant « à simplifier la conception », notamment en Chine, marché principal du modèle, où la propulsion suffit amplement au catalogue.

La batterie est placée sous le plancher. Elle cumule 74 kWh de capacité nette et provient de CATL, fabrication chinoise oblige (vs Samsung SDI pour l’i3). L’autonomie électrique est de 460 km, plus importante que les premières estimations, il faudra tester cela en conditions réelles dans un futur essai, prévu en 2021.

En attendant, les performances sont honnêtes, avec un 0-100 km/h réalisé en 6,7 secondes sachant les 2.185 kg du bestiau. L’iX3 se limite également à 180 km/h en pointe. La recharge grimpe jusqu’à 150 kW de puissance, soit 34 minutes pour récupérer 80% d’énergie. Ce sera parfait sur une borne rapide type Ionity, où BMW applique un tarif réduit de 0,29 cts/min. En courant alternatif (AC), le SUV autorise jusqu’à 11 kW seulement, pour 7h30 par recharge complète, 11h30 en 7,4 kW ou 36h sur prise 220 V.

Il ne faut pas oublier la connectivité. Il est possible par exemple de planifier et suivre la recharge à distance via l’application BMW Connected sur téléphone. A bord, le conducteur peut voir les bornes et leur état sur l’ensemble du trajet planifié, et même réserver un point jusqu’à 15 minutes à l’avance sur les bornes compatibles.

Moins cher qu’Audi et Mercedes

Si on ignore les objectifs de ventes de l’iX3, BMW joue simple côté gamme. Le SUV électrique offre deux finitions, Inspiring à 72.850 € et Impressive à 79.350 €. Un tarif proche de l’hybride rechargeable xDrive30e avec un niveau d’équipements équivalent selon BMW (69.049 € en version Luxury).

Par rapport à la concurrence, l’iX3 se situe en face de l’Audi e-tron, le plus populaire des SUV électriques premium sur le marché européen. Dans sa version « 50 », le modèle aux anneaux affiche un tarif similaire mais n’offre que 330 km d’autonomie. Le second rival est le Mercedes-Benz EQC. Plus puissant avec ses 408 ch, il est aussi plus cher avec un ticket d’entrée de 78.610 €.

Récemment mise à jour, la Jaguar I-Pace affiche le meilleur rapport prix/autonomie. Moins chère, elle débute à partir de 70.250 € tout en proposant une meilleure autonomie (470 km). Il faudra mettre face à face les deux modèles pour les départager sur l’efficience, le confort et la vie à bord.

Pas avant 2021

En matière de calendrier,  il faudra patienter encore plusieurs mois. La production du BMW iX3 débute ce mois de septembre à Shenyang en Chine où BMW assure l’industrialisation avec son partenaire local Brilliance. La Chine restant le marché prioritaire du constructeur, les premiers BMW iX3 n’arriveront en France qu’à partir de mars 2021, les commandes étant déjà ouvertes depuis le mois de juillet.

Une offensive à venir

BMW se fixe un objectif de 12 véhicules électriques d’ici 2025, Mini inclus. Avec l’i3, la Mini Cooper SE et l’iX3, cela en fait trois. Quels sont les 9 autres ? Le constructeur a déjà confirmé la berline i4 et le SUV iNext (iX5 ?) pour 2021, tandis que la luxueuse i7 arrivera courant 2022. Un plus petit SUV iX1 et l’i5 sont aussi au programme, tout comme un SUV Mini.

Avec ces 12 voitures 100% électriques en renfort des 13 hybrides rechargeables, BMW compte augmenter son électrification à 33% en 2025 et 50% en 2030. Concrètement, cela représenterait un cumul de 7 millions de véhicules, dont les deux tiers en 100% électrique. En 2020, BMW France serait déjà à 15% d’électrification, dont 25% pour la seule marque Mini.

La future BMW i4 arrive en 2021 (ici en concept)


En savoir plus sur le véhicule BMW iX3

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2020 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre