Tout comme le groupe Volkswagen, la filiale Audi accélère ses plans dans le domaine de l’électrification. Lors d’un événement organisé en Allemagne, la marque nous a présenté ses ambitions ainsi qu’un prototype inédit de berline surélevée type A5 électrique basé sur la plateforme PPE.

C’est dans une ancienne centrale électrique que le constructeur aux anneaux nous a convié. Un symbole, puisqu’Audi a détaillé un peu plus ses objectifs en termes de modèles électriques lors d’un « TechDay » incluant notre essai des hybrides rechargeables TFSI e.

Jusqu’à 590 ch pour l’e-tron GT 70 quattro en 2020

5 modèles et 4 plateformes d’ici 2021

Cela peut surprendre, mais la firme d’Ingolstadt proposera 5 modèles électriques d’ici 2021, sur 4 bases différentes. Contre-productive au premier abord, cette stratégie est explicable par différents paramètres. Premièrement, l’e-tron, fer de lance survolté d’Audi, est un dérivé de la base thermique MLB afin de répondre rapidement à la demande d’un modèle électrique. Ainsi, le SUV possède sa propre plateforme MLB evo, sur laquelle l’Audi e-tron Sportback sera également bâti.

Publicité


La deuxième plateforme est la J1. Particulière et initiée par Porsche pour la Taycan, elle se prêtera à la berline e-tron GT 70 quattro, attendue au mieux fin 2020. Tout comme la cousine de Zuffenhausen, elle disposera d’un châssis bas. Le constructeur indique qu’elle sera déclinée en deux versions : au delà de la configuration haut de gamme 590 chevaux à trois moteurs et batterie 90 kWh, une e-tron GT 60 quattro plus accessible sera disponible avec un seul moteur à l’avant en plus de celui arrière. Plusieurs tailles de batteries sont également envisagées.

Le concept Audi Q4 e-tron

Inaugurée par la Volkswagen ID.3, la plateforme MEB sera également utilisée par Audi. Elle servira ainsi au prochain Q4 e-tron en 2021, ainsi qu’à SEAT et Skoda. Cet équivalent électrique du Q3 avait été présenté en concept au Salon de Genève en mars. Il présenterait l’avantage d’un « intérieur aussi vaste qu’un Q5 » selon Audi, grâce à l’absence du volumineux moteur thermique. Deux autres silhouettes sont présentes sur les illustrations offertes, une berline et un crossover. Pour lutter face aux Tesla Model 3 (et BMW i4) ainsi que le Model Y ? Autres variations, des modèles quattro à deux moteurs (un sur chaque essieu) et propulsion existeront.

Last but not least, la quatrième et dernière plateforme, la PPE, constituera la base des grands SUVs et berlines du constructeur, sur des segment supérieurs aux véhicules conçus sur base MEB. En résumé :

  • MLB Evo : base transitoire, inaugurée par l’e-tron en 2019, e-tron sportback en 2020
  • J1 : modèles sportifs, débuts fin 2020 avec l’e-tron GT
  • MEB : modèles compacts, débuts en 2021 avec le Q4 e-tron
  • PPE : modèles familiaux/luxe, débuts en 2021

PPE : 4 modèles attendus minimum

Signifiant « Premium Platform Electric », cette base est modulaire, tout comme la MEB. Elle offrira des souplesses de conception, sous trois axes : longueur, largeur et hauteur. La batterie pourra ainsi être ajustée en fonction du modèle envisagé. Tout comme les modèles sur plateforme MEB, variantes propulsion monomoteur et quattro bimoteur jusqu’à 475 chevaux. Les quatre roues directrices seront aussi de la partie.

Quatre silhouettes programmées pour cette plateforme PPE

Pour nous donner un aperçu des futurs véhicules basés sur cette plateforme, Audi nous a révélé une maquette inédite à huis clos. Privés d’appareil, nous n’avons pu immortaliser ce qui ressemble à une A5 Sportback légèrement rehaussée. La face avant aux fines optiques est complétée d’une grande calandre inversée (couleur carrosserie, entourée de noir). L’arrière évoque l’e-tron GT, les flancs et bas de caisses plutôt le SUV e-tron. Ces derniers sont plus sombres que le reste de la carrosserie, car « la technologie doit rester visible » estime Jurgen Loffler, designer Audi. Par contre, pas d’intérieur, la maquette étant pleine.

Voici la maquette nous ayant été présentée en intégralité, ici partiellement recouverte

Ce n’est finalement qu’un avant-goût, pas une certitude donc qu’une A5 e-tron vienne gonfler les rangs. Toutefois, la vidéo associée nous montre quatre types de véhicules à l’étude : une berline type A5 voire A7, un break type A6 Avant, un crossover et un SUV.

L’hybride rechargeable et l’hydrogène aussi

Pour se plier aux objectifs de l’Accord de Paris, Audi vise la neutralité carbone en 2050 sur son cycle entier de production. Cela se fera progressivement, avec un premier palier de 30% de réduction de ses rejets de dioxyde de carbone en 2025 par rapport à 2015.

La marque vise ainsi le le lancement de 30 voitures électrisées d’ici 2025. Parmi elles, « 20 seront entièrement électriques » précise le constructeur, les dix autres étant des hybrides rechargeables. Ces modèles devraient représenter environ « 40% des ventes totales ».

Audi A3 e-tron
Confirmation, la future A3 sera reconduite en rechargeable, sous le nom TFSI e

Pour cela, les véhicules électriques seront cruciaux, mais aussi l’hybride rechargeable. Les modèles TFSI e, que nous avons testés, se démocratiseront rapidement. Des A3, Q3 et Q3 Sportback TFSI e sont aussi prévues dès 2020.

Publicité


Enfin l’hydrogène aura aussi sa part, bien que non incluse dans les présentations du jour. Une petite série de véhicules à pile à combustible se lancera « au début de la prochaine décennie ». Si le constructeur ne donne pas d’indication quant au type de véhicule qui accueillera la technologie, il se murmure qu’un SUV serait en développement. De quoi concurrencer le futur BMW X5 iNext Hydrogen ou l’actuel Hyundai Nexo.

Publicité