Au delà de vouloir préserver les emplois et l’industrie, plan de relance automobile augmente plus que jamais l’attractivité de la voiture électrique. On vous explique pourquoi elle devient une affaire dans un marché où l’offre devient de plus en plus large. 

Le plan de relance automobile est une affaire d’Etat. Avec 8 milliards d’euros sur la table, Emmanuel Macron vise surtout à préserver le tissu industriel français, mais pousse aussi la transition vers l’électrique.



Pour vous acheteurs (ou loueurs), cela se traduit par une hausse du bonus, de la prime à la conversion et par la promesse d’un quadruplement des bornes au cours des 18 prochains mois. Ces aides étant parfois temporaires, c’est sans doute le meilleur moment pour acheter une voiture électrique.

Des aides au sommet !

Rappelez-vous, il y a dix ans, le gouvernement lançait un bonus à l’achat qui culminait à l’époque à 7.300 euros. Après avoir fondu à 6.000 €, il repassera à 7.000 € à compter du 1er juin et sera accompagné de nombreuses aides supplémentaires.

En plus du bonus, la prime à la conversion peut encore grimper à 5.000 €. Dans le plan de relance, elle remonte le plafond d’éligibilité du revenu fiscal de référence à 18.000 € pour son montant maximal, contre 13.489 €. Cela veut dire que « ¾ des Français sont concernés » selon Emmanuel Macron. Et il ne faut pas oublier les aides locales, aussi cumulables, via les régions, départements, métropoles ou collectivités.

Ainsi, bonus et prime à la conversion peuvent s’additionner à 12.000 € pour une voiture neuve, et parfois 18.000 € avec aides locales ! Du moins en théorie. Dans le cas du Grand Paris, qui grimpe jusqu’à 6.000 €, l’aide ne peut dépasser 50% du montant d’achat bonus et prime déduits. Un véhicule tel que la Skoda Citigo iV à 21.650 € (9.650 € après aides) ne pourrait donc en profiter totalement.

Prime et surprime à la conversion : dépêchez-vous !

En plus de cela, une « surprime » de 2.000 € est accordée aux habitants et travailleurs des ZFE. Au nombre de 19 en France, ces « zones à faible émission » concernent la plupart des grandes villes : Grand Paris, Marseille, Lille, Lyon, Strasbourg, Toulouse, etc.

Renault ZOE

Grâce à la prime à la conversion et la surprime ZFE, une Renault ZOE d’occasion à 10.000 € peut revenir à 3.000 € !

Le moment, c’est maintenant, surtout que cette prime à la conversion élargie ne sera que temporaire. Seulement les « 200.000 premiers achats » seront concernés. Le dispositif sera en place à partir du 1er juin.

Cela ira donc très vite. Exemple, en juin 2019, plus de 230.000 voitures neuves ont été immatriculées ! Certes, la crise du COVID-19 ralentit le marché, et seulement 75% des ménages pourront y accéder. Malgré tout, la prime pourrait ne pas survivre avec l’été, d’autant qu’elle concerne aussi les voitures d’occasion (trois fois le marché du neuf). Ensuite, elle reviendra aux conditions précédentes, déjà très incitatives mais plus limitées sur la question des véhicules éligibles.

Des voitures électriques nouvelle génération

On parlait du premier bonus, c’était il y a 10 ans, une éternité en automobile. A l’époque, électrique rimait avec Peugeot i0n aux 100 kilomètres d’autonomie réels. Désormais, la Renault ZOE promet 395 km, un Kia e-Niro 455 km et la Tesla Model S plus de 600 km.

Cette évolution s’explique essentiellement par les progrès réalisés sur les batteries, de moins en moins chères et de plus en plus performantes. La plupart des modèles du marché suffisent à l’utilisation au quotidien, sans avoir à recharger tous les jours. En parlant de recharge, l’écosystème a largement évolué. De quelques centaines de bornes éparses, l’infrastructure est désormais dense de 24.000 points de charge. La puissance a aussi bondi, toutes les voitures électriques ou presque acceptent la charge rapide. En général, 30 à 45 minutes suffisent pour retrouver 80% de son autonomie. Les plus grands modèles autorisent la traversée de la France sans souci. Il y a encore de gros progrès à faire, mais de nouveaux points de charges ultra-rapide vont émerger. Le gouvernement veut 100.000 bornes dans le pays d’ici fin 2021, et surtout développer les points sur autoroute.



Tesla Model 3 recharge

La Tesla Model 3, une berline électrique haute technologie pour tous les usages

Une offre pléthorique de modèles électriques

Enfin, vous avez compris que le catalogue des voitures électriques a radicalement changé ces dernières années. De quelques curieuses autos, le paysage pullule de carrosseries et styles en tous genres.

Fini le temps de « rouler différent ». Pour preuve, une Peugeot e-208 ressemble à 99% à la version thermique et les nouveaux modèles tentent de se fondre dans la masse, comme l’e-tron chez Audi. Et le spectre est aussi large que possible. De la Citroën Ami à la Porsche Taycan Turbo S, en passant par le DS 3 Crossback ou des utilitaires de toutes tailles, il y en a vraiment pour tous les goûts et besoins.

L’offre est telle qu’il est difficile de s’y retrouver. S’il était facile de nommer toutes les voitures électriques commercialisées en 2010, on ferait une standing ovation à celui capable de lister tous les véhicules disponibles en 2020. Pour éviter cela et vous aider à choisir, n’hésitez pas à consulter notre comparateur de voitures électriques.

Dans sa version électrique, la Peugeot e-208 est quasi identique aux déclinaisons thermiques.