Cinq ans après sa présentation, la première Lucid Air est enfin sortie d’usine. Le néo-constructeur s’apprête à livrer les 13 000 clients qui ont réservé la berline électrique haut de gamme. Le véhicule entend se faire une place dans un segment aujourd’hui largement dominé par la Tesla Model S.

Ces dernières années, plusieurs constructeurs automobiles 100 % électriques ont tenté d’éclore. Des initiatives pas toujours couronnées de succès, malgré les milliards investis. Concevoir, commercialiser et produire un véhicule fiable n’est pas à la portée de tous. Lucid fait partie de ces quelques start-up à avoir remporté le défi. La version définitive de son premier modèle vient d’entrer en production. Assemblée dans l’usine de Casa Grande en Arizona (États-Unis), la Lucid Air est une berline zéro-émission haut de gamme à (très) grande autonomie.

Une édition spéciale à 837 km d’autonomie

Première à quitter les lignes de production, la finition « Dream edition » décline le véhicule en deux configurations. La « performance » offre une puissance phénoménale de 1 111 ch pour un 0 à 96 km/h en 2,5 secondes et 758 km d’autonomie EPA. Nettement plus endurante, la « range » offre un rayon d’action EPA de 837 km grâce à sa batterie de 113 kWh. Du jamais vu. En contrepartie, sa puissance est légèrement réduite : 933 ch pour un 0 à 96 km/h en 2,7 secondes. Des modèles dont le tarif est tout aussi ahurissant que les caractéristiques techniques puisqu’ils sont vendus 169 000 $ (146 000 €).

Un prix exorbitant qui n’a pas refroidi le demi-millier de clients qui avait préréservé cette série limitée. Le nombre d’exemplaires de la Lucid Air « Dream edition » a même été augmenté face à l’engouement. Initialement prévu à 255 véhicules, le plafond a finalement été porté à 520. Les riches propriétaires seront livrés d’ici fin octobre 2021 selon la marque.

La plus accessible des Lucid Air est à moins de 67 000 €

Toutes versions confondues, la Lucid Air aurait reçu 13 000 commandes. Des déclinaisons un peu plus accessibles, la moins chère démarrant à 77 400 $ (66 890 €). Il s’agit de la finition « Pure » qui offre tout de même 653 km d’autonomie pour 480 ch sous le capot. Vendue 95 000 $ (82 100 €), la « Touring » propose un rayon d’action identique, mais porte la puissance à 620 ch. Enfin, la version « Grand Touring » déploie 800 ch pour 830 km d’autonomie. Cette dernière est commercialisée à 139 000 $ (120 100 €).

Avec un tel catalogue, Lucid prend une belle longueur d’avance sur Tesla. La marque de Palo Alto n’est plus en situation de monopole sur les berlines électriques de luxe. D’autant que sa Model S « grande autonomie » est plus chère (99 990 €) et moins endurante (652 km). Les Lucid Air ne pourront toutefois pas bénéficier du gigantesque réseau de superchargeurs Tesla.

Cap sur le futur SUV de Lucid

Elles devront se contenter des bornes du partenaire Electrify America, sur lesquelles les berlines pourront recharger jusqu’à une puissance de 350 kW DC en 900 V. Branchés sur une wallbox, les propriétaires auront la possibilité de charger jusqu’à 19,2 kW AC. Si leur infrastructure est compatible, ils pourront même jouir de la fonction « V2G » offerte par la Lucid Air.

Le néo-constructeur planche désormais sur son prochain modèle. Prévu pour 2023, le « Gravity » est un SUV électrique qui sera produit dans une extension de l’usine de Casa Grande. Le site, qui s’étend sur 2,4 km², est actuellement en cours d’agrandissement. 265 000 m² d’ateliers supplémentaires permettront d’accroître le volume d’assemblage de la Lucid Air et d’accueillir en parallèle les lignes du Gravity.