Jérôme Fournel et sa Tesla Model 3

Pas du tout ouvert à la mobilité électrique quelques années en arrière, le Costarmoricain Jérôme Fournel en est devenu un véritable promoteur. Nous l’avons rencontré alors qu’il réunissait quelques personnes prêtes à organiser un premier événement d’ampleur sur le terrain qui jouxte son établissement.

Vue sur la mer

Véritable hôtel de charme sans pour autant afficher les tarifs exorbitants parfois rencontrés dans le secteur pour des configurations bien moins séduisantes, le Manoir Saint-Michel se dresse en discret gardien de la plage de Sables-d’Or-les-Pins. La famille de Jérôme Fournel l’exploite depuis plus de 30 ans.



« J’étais pâtissier-chocolatier en Allemagne quand mon père est décédé. Avec mon épouse, j’ai repris la suite de mes parents en 2014 », lance-t-il.

Son truc, c’était plus la moto que la voiture qui devait être avant tout utilitaire. L’électrique, il en avait bien entendu parler, mais le discours des détracteurs du genre ne lui avait pas particulièrement donné l’envie de gratter davantage le sujet.

La demande d’un client

En 2016, un premier client lui demande s’il sera possible de recharger sa Tesla Model S à l’hôtel.

« Je ne pouvais que lui proposer une simple prise domestique. Ce qui lui a suffi. J’ai ensuite voulu creuser un peu le sujet. Hébergement et déplacements sont finalement très liés pour ceux qui fréquentent l’établissement. Je me suis dit qu’il y avait très certainement quelque chose à faire dans le domaine », se souvient Jérôme Fournel.

La Tesla Model 3 de Jérôme Fournel

« J’ai envoyé mon premier message électronique à Tesla le 28 septembre 2016. Je l’ai encore dans mes archives. En avril 2017, 3 chargeurs à destination 11 kW étaient installés : 2 réservés aux Tesla, et 1 utilisable pour toutes les voitures électriques qui sont équipées d’un connecteur Type 2 », détaille-t-il.

7 points de recharge

« Désormais, mes 2 bornes Tesla sont ouvertes à tous les utilisateurs de véhicules électriques. J’ai remplacé la troisième, défectueuse, par un chargeur Morec 11 kW trouvé sur Internet. Pour faire face à un phénomène nouveau, j’ai aussi fait installer 4 prises Green’Up que je destine plus particulièrement aux clients en hybride rechargeable. Je peux ainsi réserver mes 3 bornes 11 kW aux voitures 100 % électriques. Nous proposons donc 7 points de recharge sur le parking », explique l’hôte du Manoir Saint-Michel.

« Très vite après l’installation des chargeurs à destination, un client en Tesla Model X rouge est venu séjourner chez nous. Depuis, les propriétaires de ces voitures américaines électriques viennent très régulièrement, jusque 3 à la fois », se réjouit-il.

« Notre adresse a été ajoutée très rapidement dans le GPS des Tesla. C’est un véritable plus pour nous. Car les utilisateurs de ces véhicules nous découvrent grâce à cela, et peuvent nous appeler directement en cliquant sur le picto qui représente notre hôtel », poursuit-il.



Chargeur 11 kW Morec

Face à un décalage

« Ce qui m’a frappé en discutant avec mes premiers clients en VE, c’est le décalage total entre ce qu’ils vivaient et ce qu’on pouvait lire sur Internet au sujet de la mobilité électrique. Il y a encore beaucoup de bêtises et de mensonges dénigrants sur la Toile. Même si ça se calme un peu, car les gens sont de mieux en mieux informés », témoigne Jérôme Fournel.

« Grâce à un client, j’ai vite essayé une Tesla Model S P100 D. Mais à 110 000 euros, un tel modèle était vraiment hors de portée pour moi. À 50 000 euros, quand la Tesla Model 3 est sortie, c’était encore trop », raconte-t-il.

« Et puis j’ai commencé à rencontrer des problèmes avec ma voiture thermique à 190 000 km. Des problèmes de vanne EGR et de sonde lambda. Là, j’ai décidé de couper la main avant de perdre le bras. En juillet 2019, j’ai signé pour un crédit de 5 ans qui m’a permis de passer à la Model 3 à grande autonomie. J’ai ajouté un monogramme SpaceX pour le fun », rapporte-t-il.

La Tesla Model 3 de Jérôme Fournel

La mobilité vécue autrement

« Ma femme est neutre-négative au sujet de Tesla. Elle est plutôt véhicules anciens, du type vielles Jeep des années 1960. Elle n’aime pas le côté Elon Musk milliardaire. En revanche, elle reconnaît que pour réaliser 700 ou 1 000 kilomètres dans la journée, c’est bien mieux qu’avec le Mercedes GLK », plaide notre interlocuteur.

« En même pas 2 ans, j’ai parcouru 90 000 km avec ma Model 3. C’est plus du double de ce que je totalisais auparavant. Aux kilomètres utiles se sont ajoutés les kilomètres plaisir. Je peux aligner 150 km sans but, ce que je ne faisais jamais en voiture », explique-t-il.

« Quand je me déplace, il m’arrive de recharger ma voiture sur les superchargeurs Tesla, mais aussi, à défaut, en camping, gîte, ou chambre d’hôtes. Parfois dans des parkings publics. De toute façon, avec Chargemap, ce n’est pas difficile de trouver un point de recharge », apprécie-t-il.

Des essais pour les clients

« Ma clientèle est composée à 50 % d’habitués. Je leur propose de découvrir avec ma Model 3 la mobilité électrique. Beaucoup sont d’ailleurs demandeurs. Ils sont assez surpris. Le frein pour la plupart d’entre eux, c’est le prix. Également le type berline pour ceux qui sont habitués aux SUV », met en avant Jérôme Fournel.

« Sinon, ils sont conquis. Je leur dis que rouler avec une Tesla Model 3, ça reviendrait à utiliser un modèle thermique qui ne consommerait que 2 litres aux 100 km », chiffre-t-il.

La Tesla Model 3 de Jérôme Fournel

« Je suis le parrain de 3 nouveaux propriétaires de Tesla : 2 à Saint-Brieuc et 1 à Saint-Cast. J’ai rencontré 2 d’entre eux à la station-service, quand je passais l’aspirateur. L’autre, c’est grâce à l’application Tesla App qui recense les propriétaires désireux de faire découvrir leurs voitures électriques », révèle l’exploitant du Manoir Saint-Michel.

« Cette Model 3 est la meilleure voiture que j’ai eue depuis 1984. Elle n’est pas parfaite, c’est vrai. L’ajustement des garnitures est par exemple en deçà de la qualité européenne des Mercedes et BMW. Mais ses avantages importants gomment les imperfections », justifie-t-il.

Week-end de découverte des véhicules électriques

« Au quotidien, je réalise un véritable travail de fourmi pour casser les lieux communs négatifs. Et surtout bien faire comprendre : ce n’est pas vrai que la voiture électrique pollue davantage », insiste l’hôtelier-restaurateur.

C’est dans ce prolongement qu’il s’active à créer, pour la première fois sur son terrain très bien situé, un week-end de découverte des véhicules électriques.

« L’événement devrait se tenir en septembre, à proximité de la Semaine européenne de la Mobilité. Il est destiné à tous les curieux qui souhaitent se renseigner et avoir des informations de première main sur les véhicules électriques. Ils recevront des réponses de la part de véritables utilisateurs qui exploitent leurs voitures électriques au quotidien, pour faire leurs courses, comme pour leurs vacances », assure-t-il.

L’équipe qui mettra en place cet événement a vécu ce lundi 21 juin 2021 sa première rencontre. « Nous avons déjà défini les contours principaux de la manifestation. Les concessionnaires des environs viendront exposer leurs voitures 100 % électriques. Des professionnels présenteront aussi vélos, scooters et autres engins de petite mobilité. Des animations seront programmées. Il y aura par exemple des ateliers de démystification des fake news, et un gymkhana dans un espace réduit pour s’entraîner à manœuvrer une petite voiture électrique », liste-t-il.

« J’ai pensé aussi à un petit parcours sur le terrain autour de l’étang. C’est sur la pelouse que les véhicules électriques sont les plus silencieux : on n’entend même plus le bruit des pneus », conclut-il.

Chez Jérôme Fournel

 

Automobile Propre et moi-même remercions beaucoup Jérôme Fournel pour son accueil sur place et le temps pris pour répondre à nos questions.