Essai de l'Aiways U5, SUV électrique de couleur bleu

Essayer Aiways U5 ?

Configurez votre véhicule Aiways U5 ou demandez un essai gratuitement.

Première start-up chinoise à s’être engagée sur le marché européen, Aiways rencontre pour le moment des résultats mitigés. Ce qui ne l’empêche pas de voir l’avenir avec confiance, et même d’envisager une production locale.

Des ventes encore faibles

À l’été 2020, Aiways lance son SUV électrique U5 en France. Des débuts en Europe quelques semaines à peine après les premières livraisons en Chine. Peu à peu, les ventes se sont étendues à quelques autres pays de l’Union européenne. Mais elles restent plutôt faibles.

Il s’est ainsi vendu 258 exemplaires du U5 en France l’année dernière. En Allemagne, sans doute son principal marché européen, le constructeur revendique des ventes « à 4 chiffres ». Mais sans doute pas beaucoup au-dessus des 1 000, même si l’objectif est annoncé à « 5 chiffres » pour 2022. Pas encore un raz-de-marée donc sur notre continent. Pas plus que sur son marché où seulement 3 011 exemplaires ont été livrés en 2021.

À lire aussi Voiture électrique : quel programme pour Aiways en France en 2022 ?

Ne pas baisser les bras

Face à cette situation, Aiways garde le cap et ne désarme pas. Au contraire. L’équipe en place a été lourdement remaniée, mais aussi renforcée. Le second modèle U6 sera commercialisé cette année en Chine comme en Europe, et le U7 à 7 places devrait suivre en 2023. Outre le développement de produits, Aiways vise un développement de son réseau en 2022.

Et surtout, le patron de la marque pour l’Europe, Alexander Klose, a évoqué la possibilité d’une production en Europe. Peut-être un peu plus qu’une possibilité puisque le constructeur serait en discussion concernant un site. Sans doute en Allemagne, puisque la base européenne de Aiways est située à Munich. Le rachat d’un site existant semble également envisagé dans un contexte de surcapacité dans l’industrie automobile européenne. Le magazine allemand Wiwo n’hésite d’ailleurs pas à évoquer directement Opel. Ce qui ferait sens par rapport à la volonté de la direction de Stellantis de réduire ses capacités outre-Rhin.

À lire aussi Aiways U5 : notre essai du nouveau SUV électrique chinois