Comparatif : 4 SUV hybrides à moins de 30.000 euros


Publicité

Contraints par des quotas d’émissions de CO2 toujours plus sévères, les constructeurs automobiles accélèrent l’électrification de leurs modèles. Pour satisfaire tous les besoins, ils proposent désormais des motorisations électriques, hybrides-rechargeables, hybrides-classiques et hybrides-légers. L’hybride « classique » est la plus ancienne technologie à batterie. Elle investit aujourd’hui les SUV. Certains sont proposés à un tarif abordable, inférieur à 30.000 euros. Automobile-Propre compare quatre d’entre eux.

Hyundai Kona hybride

Dernière née de la gamme Kona, la version hybride embarque un moteur essence 1,6 L de 105 ch associé à un moteur électrique de 43 ch. L’ensemble développe un total de 141 ch pour un couple de 265 Nm articulé par une boîte à double embrayage et six rapports. La technologie, partagée avec le Kia Niro hybride, permet d’afficher une consommation légèrement moins élevée que sur les déclinaisons essence et diesel du Kona. Le véhicule est en effet disponible avec des motorisations thermiques pures, 100% électrique et hybride depuis l’été 2019.

Avec sa petite batterie lithium-ion de 1,56 kWh nominaux (dont environ 60% utiles), le Kona hybride récupère l’énergie habituellement dissipée lors des freinages et décélérations. De l’électricité réutilisée pour propulser le véhicule à faible allure et ainsi faire baisser les émissions globales à l’échappement. Ainsi, Hyundai revendique une consommation moyenne en cycle mixte de 3,9 L/100 km et 90 g de CO2 par km. Un chiffre théorique qui reste intéressant lorsqu’on le compare à l’équivalent essence 120 ch du Kona qui affiche une consommation moyenne en cycle mixte de 5,5 L/100 km pour 125 g de CO2 par km.

Côté esthétique, il se démarque à peine de sa fratrie en arborant un simple badge « hybrid » à l’arrière, des jantes spécifiques et des contours d’aérateurs nouveaux à bord. La capacité du coffre n’est pas altérée par l’hybridation, elle reste à 361 litres. Le Kona hybride présente l’avantage d’être le plus compact parmi ses rivaux. Il est aussi le moins cher avec son prix de départ de 24.750 euros en finition milieu-de-gamme Intuitive. Comparé au Kona essence 120 ch de même finition, le surcoût représente à peine 3000 euros. Intéressant au regard des économies de carburant et d’entretien réalisables avec un véhicule hybride.

En savoir plus sur le Hyundai Kona hybride

Le Hyundai Kona

Kia Niro hybride

Grand-cousin du Hyundai Kona, le Kia Niro hybride embarque la même motorisation essence-électrique. Il a été le premier à l’utiliser puisqu’il est commercialisé depuis l’été 2016. Pour ce modèle, Kia a décidé d’abandonner les moteurs essence ou diesel non-électrifiés. Le véhicule est en effet disponible en version 100% électrique, hybride-rechargeable et hybride « classique ». Plus volumineux et plus lourd de 144 kg, ses performances restent pourtant très proches du Kona. Il affiche une consommation moyenne en cycle mixte de 3,8 L/100 km pour 88 g de CO2 par km.

Davantage axé vers les familles nombreuses, le Niro hybride dispose d’un coffre de 427 L et peut tracter une remorque de 600 kg ou 1300 kg si celle-ci est équipée de freins. Une capacité qu’elle partage toutefois avec le Kona. Démarrant à 28.990 euros, la version hybride est logiquement la moins chère. En hybride-rechargeable, le tarif monte à 35.990 euros et culmine à 38.500 euros hors bonus pour la déclinaison 100% électrique.

En savoir plus sur le Kia Niro hybride

Ford Kuga hybride

Le nouveau Ford Kuga hybride « classique » n’est pas encore commercialisé. Il est prévu pour le second trimestre 2020 et complétera une vaste gamme de motorisations comprenant de l’essence, du diesel, de l’hybride « léger » 48 volts, de l’hybride « classique » et de l’hybride-rechargeable. La motorisation hybride 48 v réservée au bloc diesel 150 ch ne permettra pas de rouler en électrique, ne serait-ce que quelques mètres. Il s’agit simplement de diminuer d’une petite poignée de grammes les rejets de dioxyde de carbone.

Plus élaborée, la version hybride « classique » doit autoriser les démarrages, manœuvres et le roulement à faible allure en mode électrique, fidèlement à cette technologie. Si toutes les spécifications techniques n’ont pas encore été communiquées, on sait déjà que le Ford Kuga hybride développera une puissance cumulée de 225 ch. Il sera propulsé par un bloc essence 2,5 L associé à un moteur électrique dont on ne connaît pas les performances. C’est une boite automatique à 8 rapports qui se chargera de la transmission. Le véhicule promet une consommation moyenne en cycle mixte WLTP de 5,6 L/100 km pour 130 g de CO2/km.

Le volume du coffre est légèrement réduit sur le Kuga hybride, il perd 45 litres par rapport à son équivalent thermique, passant de 456 à 411 litres. Son tarif n’est pas connu, mais il devrait probablement se situer entre 28.000 et 30.000 euros. Une estimation basée sur le prix de base du Kuga 2019 d’entrée de gamme (23.000 euros) augmentée de 5000 euros correspondant au surcoût généralement constaté entre une version thermique et hybride d’une même voiture.

A noter que Ford prévoit de lancer une version flexfuel fonctionnant au superethanol E85 du nouveau Kuga. Il est toutefois peu probable que le constructeur intègre cette énergie à la version hybride.

En savoir plus sur le Ford Kuga hybride

Toyota C-HR hybride

Pionnier et expert de l’hybride, Toyota a lancé son premier SUV doté de la technologie en novembre 2016. Le C-HR récupère la motorisation essence-électrique 122 ch de la Prius 4 et, depuis 2019, propose un nouveau bloc plus puissant de 184 ch. La version de base associe un moteur essence 1,8 L à un moteur électrique de 72 ch alors que la déclinaison musclée se pare d’un bloc 2 litres couplé à une machine électrique de 109 ch. Le constructeur japonais conserve sa très critiquée boite CVT (à variation continue) sur le C-HR.

Encouragé par la longévité et le coût faible des batteries Ni-Mh, Toyota n’a pas souhaité utiliser de pack au lithium. La capacité nominale s’élève à 1,31 kWh, pour environ deux tiers réellement utilisables. C’est suffisant pour ne pas solliciter le moteur essence lors des phases de freinage, décélération, démarrage et à faible allure. Le mode électrique peut être forcé par le conducteur sous certaines conditions via le bouton « EV ». A 50 km/h, le C-HR peut parcourir environ trois kilomètres avant de retourner automatiquement au mode hybride, piloté par l’ordinateur de bord.

Monté sur des jantes 17 pouces, le C-HR affiche une consommation moyenne de 3,8 L/100 km pour 86 g de CO2 par km en cycle mixte NEDC corrélé (4 L/100 km et 92 g/km pour la version 184 ch). Le SUV est par ailleurs homologué pour tracter des remorques jusqu’à 725 kg. Il démarre à un tarif de 26.300 euros pour la version 122 ch et probablement 30.000 à 33.000 euros pour la déclinaison sportive 184 ch, dont le prix officiel n’a pas encore été dévoilé.

En savoir plus sur le Toyota C-HR

A propos de l’hybride classique

L’hybridation dite « classique » correspond à un niveau d’électrification plutôt bas. Pour mieux comprendre, nous avons classé les quatre paliers d’hybridation actuellement commercialisés en Europe dans le tableau ci-dessous.

100 % électrique

Le véhicule utilise exclusivement de l’électricité provenant de sa batterie rechargeable.

Bonus maximal de 6000 €

Hybride-rechargeable

Le véhicule utilise de l’électricité provenant de sa batterie rechargeable sur plusieurs dizaines de kilomètres et du carburant au-delà.

Aucun bonus

Hybride « classique »

Le véhicule utilise principalement du carburant et, à faible allure, de l’électricité provenant de sa batterie rechargée uniquement lors des freinages et décélérations.

Aucun bonus

Hybride « léger »

Le véhicule utilise exclusivement du carburant, son moteur est ponctuellement assisté par un alterno-démarreur électrique puisant dans une batterie de très faible capacité rechargée au freinage.

Aucun bonus

Les voitures hybrides rechargeables ou non étant très dépendantes de leur moteur thermique, elles ne peuvent actuellement pas prétendre à un bonus écologique. Malgré cela, les véhicules hybrides « classiques » restent globalement plus économiques à l’usage et à l’entretien que leurs homologues thermiques. Le surcoût est parfois minime, pour un bénéfice élevé notamment en confort. A vous de négocier des remises, les constructeurs ayant tout intérêt à écouler leurs modèles hybrides afin de rester dans les clous des normes européennes d’émissions de CO2.

En savoir :

Tableau comparatif

Hyundai Kona

Kia Niro

Ford Kuga

Toyota C-HR

Prix

24.750 €

28.990 €

28.000 €*

26.300 €

Commercialisation

Été 2019

Été 2016

Printemps 2020

Automne 2016

Puissance

141 ch

141 ch

225 ch

122/184 ch

Couple

265 Nm

265 Nm

N.C.

142/190 Nm

0 à 100 km/h

11,2 s

11,5 s

N.C.

11/8,2 s

Consommation (Cycle mixte)

3,9 L/100 km

3,8 L/100 km

5,6 L/100 km *²

3,8/4 L/100 km

Émissions CO2

90 g/km

88 g/km

130 g/km *²

86/92 g/km

Poids à vide

1376 kg

1520 kg

N.C.

1420/1485 kg

Volume coffre

361 L

427 L

411 L

377/358 kg

Dimensions

(l x L x H)

4,17 x 1,8 x 1,55 m

4,35 x 1,80 x 1,54 m

4,62 x 1,88 x 1,65 m

4,39 x 1,79 x 1,55 m

Remorquage

600 kg / 1300 kg freinés

600 kg / 1300 kg freinés

N.C.

725 kg

* estimation basée sur le prix de départ du véhicule + 5000 €.

*² selon la norme WLTP. Pour les autres véhicules : NEDC corrélé


En savoir plus sur le véhicule Kia Niro hybride


Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2020 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre