L’autonomie d’une voiture hybride
4.4 (88%) 5 votes

Classique ou rechargeable, l’autonomie électrique d’une voiture hybride n’est pas toujours la même et dépendra à la fois de la technologie utilisée et de la capacité de la batterie. Explications…

2 km pour une hybride « classique »

Toyota Prius, Hyundai Ioniq hybride, Lexus NX300h, Toyota Yaris hybride etc… les voitures hybrides classiques – celles qu’on ne charge pas au réseau électrique et qui se servent de l’énergie récupérée lors des phases de freinage et de régénération pour recharger la batterie – n’ont pas une grande portée en termes d’autonomie. En cause, la taille du pack batteries utilisé qui n’intègre qu’une très faible quantité d’énergie.

A titre d’exemple, une Toyota Prius ne dispose que de 1.3 kWh de capacité énergétique, soit 30 fois moins qu’une Renault Zoé ZE 40 qui embarque 41 kWh d’énergie. De fait, n’espérez guère parcourir plus de deux kilomètres une fois le mode électrique enclenché.

Dans sa version classique, la Toyota Prius ne dispose que de 1.3 kWh de batteries

2 kilomètres et puis s’en va ? Attention ! Cela ne veut pas dire qu’une fois les deux kilomètres écoulés votre voiture hybride ne fera appel qu’à son moteur thermique. Une batterie d’une voiture hybride fonctionne un peu comme une chasse d’eau qui se vide et se rempli continuellement. C’est la raison pour laquelle c’est en mode urbain, ou les phases de freinages et décélérations qui permettent de régénérer la batterie sont les plus fréquentes, que la technologie hybride reste le plus efficace. Selon Toyota et d’après les usages, le mode électrique pourrait ainsi apparaître jusqu’à 50 % du temps de conduite. De quoi soulager l’utilisation du moteur thermique et réduire la consommation.

Plusieurs dizaines de kilomètres pour une hybride rechargeable

Plus aboutie et souvent plus chère qu’une hybride classique, la voiture hybride rechargeable fait appel à des batteries de capacité plus importante. Celles-ci permettent de parcourir davantage de kilomètres en mode tout électrique à des vitesses souvent plus élevées que les hybrides classiques.

Mitsubishi Outlander PHEV en charge

Comme pour la voiture électrique, l’autonomie dépendra de la capacité du pack batteries, exprimée en kWh, mais aussi de la topographie, du type de conduite, de l’usage des équipements auxiliaires et des conditions climatiques, le froid ayant tendance à réduire l’efficacité de la batterie.

En termes d’énergie embarquée, les capacités des hybrides rechargeables sont moindre que celles des voitures électriques avec des batteries oscillant entre 7 kWh pour de petits modèles comme la Mini S E Countryman et 12 kWh pour les modèles de plus gros gabarit comme le Mitsubishi Outlander PHEV.

En cycle NEDC, la plupart des constructeurs annoncent aujourd’hui des autonomies qui varient entre 50 et 60 kilomètres, soit entre 20 et 40 en usage réel.

Certains modèles font toutefois exception comme la nouvelle Chevrolet Volt qui annonce près de 100 kilomètres mais qui n’est pas commercialisée en France. Avec son range-extender, la BMW i3 REX propose également près de 200 km d’autonomie électrique grâce à un pack batterie de 33 kWh. Néanmoins, le fonctionnement de ces deux modèles s’apparente davantage à celui d’une voiture électrique qu’à une hybride rechargeable puisque le moteur thermique ne sert qu’à faire tourner le prolongateur d’autonomie et à recharger la batterie et non à animer le véhicule.

Quelques chiffres

Capacité batterie et autonomie, les chiffres des principales voitures hybrides rechargeables aujourd’hui commercialisées.

ModèleCapacité batterieAutonomie NEDC
Mitsubishi Outlander PHEV12 kWh54 km
Mini S E Countryman7.6 kWh40 km
BMW 225xe5.7 kWh41 km
Audi A3 e-tron8.8 kWh50 km
Volkswagen Golf GTE8.7 kWh50 km
Toyota Prius hybride rechargeable8.8 kWh63 km
Volvo XC90 PHEV9.2 kWh43 km
Kia Optima PHEV9.8 kWh54 km
Hyundai Ioniq hybride rechargeable8.9 kWh63 km