Propriétaire d’un Skoda Enyaq depuis mai 2021, José a déjà réalisé deux Paris-Barcelone au volant de son SUV électrique. Une expérience qu’il partage avec les lecteurs d’Automobile Propre.

Installé en banlieue parisienne, José a franchi le pas de l’électrique et jeté son dévolu sur le Skoda Enyaq. « On cherchait quelque chose de grand en tant que voiture principale. On a deux enfants et un chien en plus. Je voulais plutôt une berline, ma femme, un SUV. On a finalement trouvé l’Enyaq qui est entre les deux avec un bon rapport qualité-prix en taille et en volume », explique notre interviewé. « J’ai choisi la version 80 en configuration de base (82 kWh et 204 ch NDLR), car on voulait optimiser les aides de l’état. En option, j’ai ajouté la charge rapide, les packs family et hiver et la couleur. Je l’ai reçue fin mai et j’ai déjà parcouru 13 000 km », détaille-t-il.

Paris-Barcelone en Skoda Enyaq

D’origine espagnole, José s’est déjà rendu à deux reprises en Espagne au volant de son nouveau SUV électrique. « À l’été, j’étais à peu près à 20-20,5 kWh/100 km de consommation et en hiver je suis passé à 22,5 kWh/100 km », chiffre-t-il.

« J’aurai du mal à revenir sur une thermique », avoue notre interlocuteur qui souligne toutefois les changements d’habitudes imposés par l’électrique. « Pour un long trajet, il faut bien planifier son voyage. On ne peut plus partir comme avant. Si vous n’aimez pas faire cela, la voiture électrique n’est peut-être pas faite pour vous ».

Sur son trajet entre Paris et Barcelone, soit environ 1 000 kilomètres, José s’arrête en moyenne 4 à 5 fois. « Les temps de charge durent 15-20 minutes en moyenne et je fais une pause plus longue de 35-40 minutes. Sur un trajet global qui peut faire 11-12 heures, il faut rajouter 1 à 1 h 30 de plus si vous optimisez. Ce n’est pas énorme pour un trajet si long », estime José qui privilégie les bornes du réseau Ionity. « Je préconise Ionity, car il s’agit du réseau hors Tesla qui est le mieux fourni en France, mais aussi parce que j’ai un abonnement offert par Skoda pendant un an qui rend le prix des recharges très intéressant*. Un Paris-Barcelone me coûte en moyenne 45 euros. Avant, j’avais un Ford Kuga. J’ai fait le calcul et il me coûtait à peu près 12 €/100 km. Avec le Skoda Enyaq, je paye entre 3,5 et 4 €/100 km, soit trois fois moins ».

Pour ses trajets entre Paris et Barcelone, José privilégie les bornes rapides du réseau Ionity

* Avec l’abonnement PowerPass ChargeFaster, Skoda propose un tarif préférentiel à 0,30 €/min au lieu de 0,79 €/min sur les bornes du réseau Ionity.

« L’été prochain, cela risque d’être une vraie galère de se recharger »

Pas trop de trafic sur les bornes Ionity ? « Cet hiver, entre Noël et jour de l’an, on a trouvé des stations de recharge complète sur l’A6. Si nous n’avons pas eu de problème, d’autres ont dû faire la queue. Du coup, 4 bornes de recharge par aire de service, c’est assez limité. L’été prochain, cela risque d’être une vraie galère de se recharger en période de vacances scolaires », répond notre interviewé qui attend « avec impatience » l’ouverture à tous des superchargeurs Tesla.

Durant les fêtes de fin d’année, les stations de charge de Ionity ont été très sollicitées.

Des systèmes embarqués perfectibles

« Le système d’infodivertissement n’est pas terrible », souligne José. « Il y a des bugs sur les écrans. Parfois le système freeze et on doit redémarrer. L’appli mobile ne fonctionne pas toujours et le système de navigation a du mal à calculer. J’ai fini par utiliser des applications comme Better Route Planner ou Google Maps pour la navigation avec Android Auto ou Apple CarPlay », détaille-t-il, pointant du doigt les difficultés pour régler ce genre de problème en concession.

Jugeant le GPS embarqué peu efficace, José privilégie Google Maps pour la navigation

S’il a depuis simplifié son catalogue, Skoda s’est lâché sur les options au lancement de son SUV ! « La moindre chose était payante. La clé mains libres était une option assez chère et la charge rapide était bridée de manière logicielle. Si vous vouliez charger à 125 kW, vous deviez payer ! », regrette José.

Malgré les quelques problèmes rencontrés, José reste conquis par son passage à l’électrique. « Je suis tellement ravi que ma femme a aussi franchi le cap avec une BMW i3 », conclut-il.