Prime à la conversion 2021 : tout ce qu’il faut savoir !

Conditionnée par la mise à la casse d’un vieux véhicule essence ou diesel, la prime à la conversion permet d’obtenir une aide allant jusqu’à 5 000 euros pour l’acquisition d’un véhicule plus respectueux de l’environnement.

Comment bénéficier de la prime à la conversion ?

Pour pouvoir bénéficier de la prime à la conversion, il faut impérativement mettre à la casse un vieux véhicule diesel ou essence. Le véhicule mis au rebut doit être une voiture ou une camionnette dont le poids total autorisé en charge n’excède pas 3,5 tonnes. La date de la première immatriculation de ce véhicule doit être avant 2011 pour les diesel et avant 2006 pour les essences.



Quels sont les véhicules éligibles à la prime à la conversion ?

S’appliquant aussi bien en cas d’acquisition d’un véhicule neuf que d’un véhicule d’occasion, la prime à la conversion s’adresse aux véhicules les plus efficients :

  • voitures électriques,
  • utilitaires électriques,
  • voiture hybrides rechargeables
  • véhicules thermiques dont les niveaux d’émissions de CO2 sont inférieurs à 137g/km en cycle WLTP (109g/km NDEC).

Avec la nouvelle prime à la conversion 2021,  les modèles CRIT’AIR 1 et inférieurs sont éligibles à la prime pour les ménages à faibles revenus ainsi que les modèles  CRIT’AIR 2 immatriculés après le 01/09/2019.

Pour les ménages dont le Revenu Fiscal de Référence (RFR)/part est supérieur à 13 489 €, seuls les véhicules émettant entre 0 et 50 g/km sont éligibles. On vous vous résume le tout dans le tableau ci-dessous :

RFR/part Emissions de CO2
Supérieur à 13 489 € Entre 0 et 50 g/km
Inférieur < 13 489 € Entre 0 et 137 g/km WLTP

Crit’Air 1 (neuf/occasion) ou 2 (neuf après 08/2019)

Quel est le montant de la prime à la conversion ?

Vous trouverez ci-dessous les tableaux récapitulant les différents montants de la prime à la conversion pour 2021. Si les explications ci-dessous ne vous semblent pas suffisamment claires, vous pouvez consulter le tableau officiel en suivant ce lien.

Les montants en fonction des critères

Pour les ménages non imposables, les tarifs indiqués ci-dessous concernent aussi bien les véhicules neufs que ceux achetés d’occasion.

Avec la mise en place de la prime à la conversion, les montants peuvent varier en fonction de deux critères :

  • La distance domicile travail ainsi que le kilométrage parcouru
  • La notion de RFR par part qui correspond au Revenu Fiscal de Référence. Par exemple, pour un foyer comprenant un couple avec deux enfants soit 3 parts et doté d’un RFR de 15 000 euros, le RFR par part sera de 5 000 euros !
Trajet domicile-travail > 30 km ou kilométrage annuel > 12 000 km ou RFR/part < 6 300 €
Émissions CO2 du véhicule acheté RFR/part < 13 489 € RFR/part > 13 489 € RFR/part < 13 489 €*
VP ou VASP électrique ou hybride rechargeable

Entre 0 et 50 g/km**

2 500 euros 2 500 euros 5 000 euros
Camionnette



Entre 0 et 50 g/km

5 000 euros 5 000 euros 5 000 euros
Autre type de véhicule***

Entre 0 et 50 g/km

1 500 euros 1 500 euros 3 000 euros
Entre 51 et 109 g/km NDEC**** 1 500 euros 0 euro 3 000 euros

* La prime ne peut dépasser 80% du prix du véhicule. Le prix d’achat ne doit pas excéder 60 000 € TTC.

** Une contrainte d’autonomie électrique s’applique :  minimum 50 km.

*** Le prix d’achat ne doit pas excéder 50 000 € TTC.

**** Valable pour tout véhicule hybride ou thermique Crit’Air 1 neuf ou d’occasion, ou Crit’Air 2 neuf immatriculé après le 1er septembre 2019.

La prime à la conversion est-elle cumulable avec d’autres aides de l’Etat ?

Oui ! Dans le cas de l’acquisition d’un utilitaire ou d’une voiture électrique neuve, la prime à la conversion peut être cumulée avec le bonus écologique. Ce dernier, fixé à 7 000 euros, peut ainsi apporter un total de 12 000 € de remise à la clé.

La prime à la conversion est également cumulable avec le bonus écologique de 1 000 € pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion par une personne physique (hors entreprise), ce qui peut permettre d’atteindre une aide totale de 6 000 € suivant les ressources du foyer.

Et certaines aides régionales ou locales peuvent même s’y ajouter.