Battery Day : Tesla présente la technologie maison des futurs Cybertruck et Semi


Publicité

Lors de son « Battery Day », Tesla a dévoilé de nouvelles cellules de batteries à la densité énergétique renforcée. Moins coûteuses à produire, celles-ci équiperont le Cybertruck et le Semi à partir de 2022.

En 2020, Tesla possède-t-il encore une avance dans le domaine des voitures électriques ? Au lancement de la Model S, c’était indéniable, et même en 2017 lors de la sortie de la Model 3. Mais aujourd’hui, certains véhicules viennent dépasser la firme californienne en autonomie : la Xpeng G7 avec 706 km ou la Lucid Air clamant 832 km. Mais Elon Musk n’a pas dit son dernier mot.

Ce 22 septembre, la conférence annuelle des actionnaires et le Battery Day, « Jour de la Batterie », se sont succédés. Le contexte a voulu que cela se passe en comité réduit, chaque personne se confinant dans un Model Y ! Si le premier évènement était technique et récapitulatif de l’année passée, le second ouvre les perspectives sur le long terme. Il donne, comme en 2019 avec le processeur et matériel pour conduite autonome, un aperçu des futures technologies du constructeur avec un focus particulier sur les batteries.

Des batteries moitié moins chères !

Tesla a donc dévoilé « Roadrunner », un projet derrière lequel se cachent de nouvelles cellules, toujours à chimie lithium-ion. La présentation fut très détaillée, complexe, mais on peut la résumer en cinq grandes innovations :

  • Le format de la batterie est plus dense et rapide à charger ;
  • Le processus de fabrication a été amélioré ;
  • L’anode est dotée d’un silicium « Tesla », bien plus abordable et résistant ;
  • La fabrication a été simplifiée: moins de cobalt, plus de nickel et de recyclage pour la cathode ;
  • Le pack batteries devient structure en soi, réduisant le poids de 10 % et augmentant l’autonomie de 14 %.

En taille, les cellules sont plus grandes que les cellules « 2170 » des Model 3 et Y, avec 46 mm de diamètre pour 80 mm de haut. Elles sont sont bien plus denses en énergie. 14 % en plus selon le constructeur. À volume comparable, ces cellules permettraient 54 % d’autonomie supplémentaire.

Aussi, la vitesse de charge sera largement plus grande. En résumé, la proximité des couches permet aux électrons et au courant de parcourir moins de distance ce qui entraine une amélioration de la puissance de charge. Si Tesla n’a pas donné de chiffres à ce stade, cela conviendrait parfaitement aux « Megachargers » du camion Semi.

54% d’autonomie en plus et un coût au kWh de -56% pour les futures batteries Tesla !

Mais le plus important, c’est le coût de ces batteries. Plus efficient et automatisé, le processus de fabrication permettrait d’abaisser de 69% le coût du GWh produit et de 56% le coût du kWh installé dans le véhicule. Le constructeur n’avance pas le gain total sur un véhicule type pickup Cybertruck. Dommage, car cela soulève une question : cela va-t-il baisser son prix ou justifier celui déjà annoncé ?

Pas avant 2022

Vous l’aurez compris, pas question de caser ces batteries dans les berlines électriques actuelles. Ce sont les grands véhicules, le camion électrique Semi, le Cybertruck, ainsi que la sportive Roadster 2 qui en bénéficieront. Un choix logique puisque leurs poids et performances sont plus importants.

Pour Tesla, chaque typologie de véhicules aura droit à sa propre batterie

Ce ne sera néanmoins pas pour tout de suite. Les premiers déploiements sont attendus en 2022 et la production à grande échelle pour 2025. Nous ne sommes pas totalement surpris par cette annonce, Elon Musk avait déjà préparé le terrain sur Twitter ce lundi : « Nous allons accroître nos achats de cellules auprès de Panasonic, LG et CATL » a-t-il indiquant, estimant « des pénuries en 2022 et au-delà, à moins de passer à l’action nous-mêmes ». Le patron explique également que l’industrialisation sera longue, justifiant que « la machine fabriquant la machine est grandement plus compliquée que la machine elle-même ».

En termes d’industrialisation, une seule ligne de production pourrait assembler 20 GWh par an, soit 7 fois ce que Tesla peut accomplir aujourd’hui. De 10 GWh en 2018, Tesla compte augmenter sa production annuelle de batterie à 100 GWh en 2022 et 3 TWh en 2030 dans des « Terafactory ». Tesla va aussi s’immiscer dans la chaîne d’approvisionnement, du lithium du Nevada à une usine de cathodes sur le sol américain.

En dehors de ces batteries, l’avenir s’annonce prometteur du côté des véhicules. Lors de sa présentation, Elon Musk a fait la promesse d’une Tesla à 25.000 dollars. Dotée d’une capacité de conduite totalement autonome, celle-ci pourrait sortir d’ici 3 ans. On a hâte de voir ça !

Le Tesla Cybertruck étrennera les nouvelles batteries à fort taux de nickel


En savoir plus sur le véhicule Tesla Cybertruck

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2021 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre