Double coup pour la Renault Megane e-Tech : tournant une nouvelle page dans l’histoire de la marque, elle a aussi l’honneur d’inaugurer notre nouvelle rubrique d’essai grand format, le Supertest !

Le Supertest, qu’est-ce que c’est ?

C’est un nouveau format d’essai sur Automobile-Propre.com qui fait suite aux premières impressions recueillies lors de la prise en main initiale. Il s’agit d’un approfondissement digne des plus grands spéléologues réalisé sur des distances bien plus longues et toujours sur le même parcours selon un protocole très précis qui a pour vocation à être répété à chaque nouveauté. Nous avions entamé cet exercice avec des hybrides rechargeables et nous en appliquons aussi désormais une évolution dédiée aux électriques. L’objectif ? Rassembler des informations exhaustives tirées d’un essai longue durée en conditions réelles !

N’hésitez pas à nous suggérer d’autres questions en commentaires pour cette nouvelle rubrique !

Supertests de voitures électriques
notre protocole de test complet

Le Renault Megane e-Tech est la nouveauté du moment. Elle ouvre un nouveau chapitre électrique dans l’histoire de la marque au losange : stylée et encore plus aboutie qu’une Renault Zoé, elle propose une gamme complète de versions et de motorisations afin de répondre à un maximum de besoins. Elle embarque tout en haut de la gamme une batterie de 60 kWh et promet une bonne polyvalence pour ceux qui feront de la route. C’est cette dernière déclinaison que nous avons décidé de passer au Supertest Automobile Propre : tests de recharges, planificateur de trajet, consommations extrêmes, autonomie moyenne… La Megane n’aura plus de secrets pour vous.

Présentation de la Renault Megane e-Tech

La technique de la Megane électrique

Pour cette première, nous avons donc fait le choix de la Renault Megane EV60 Optimum Charge, dans sa finition Iconic. Dans cette configuration à un seul moteur électrique avant de 218 ch très exactement, la Megane embarque au centre de sa plateforme CMF-EV une batterie de 60 kWh de capacité utile. Un chiffre au cœur du marché, qui suffit à assurer une polyvalence correcte à la Megane. Selon la norme WLTP, elle promet entre 428 km et 454 km d’autonomie selon le niveau d’équipement. Le configurateur ne prenant pas en compte les options pour ajuster la valeur, notre modèle tout équipé devrait donc se situer dans la fourchette basse.

Côté prise, installée sur l’aile avant droite, ce qui lui permet d’aller chez Tesla sans prendre deux places, la Renault Megane dispose de plusieurs configurations possibles. Dans sa déclinaison Optimum Charge, elle prend ce qu’il y a de mieux dans les banques d’organes. En matière de recharge lente sur courant alternatif, elle profite de son moteur à rotors bobinés pour encaisser une puissance de 22 kW. C’est ce qu’il se fait de mieux pour les recharges domestiques, au bureau ou au quotidien à l’extérieur. C’est d’ailleurs cette option qui nous a permis de limiter notre peine lors de notre premier trajet sur l’autoroute A6. Au rayon recharge rapide, elle embarque un système de 130 kW maximum.

Avec la meilleure des bornes AC (22 kW), la recharge réclame officiellement 3 h 30, contre 6 h 30 avec une puissance de 11 kW. Renault se montre toutefois plus « réaliste » dans ses brochures, et exprime des temps de recharge en fonction de l’autonomie récupérée. Pour gagner 250 km, il faut donc 1 h 30 d’immobilisation en 22 kW AC et 25 min en 130 kW DC. Mais on verra que ce type de calcul peut être très trompeur dans la réalité.

Toutes nos mesures de consommations de la Renault Megane e-Tech

Autonomie mixte : 334 km

Ne pouvant pas résumer une voiture électrique à sa seule consommation sur autoroute, nous avons donc planifié une boucle mixte de 100 km (deux fois 50 km) afin d’obtenir une consommation moyenne. L’occasion de mener la Megane électrique sur des terrains à sa juste mesure. Sur une route secondaire en virages, la compacte dévoile un excellent comportement, avec une vivacité étonnante et une direction bien calibrée. Si ses performances ne sont pas spécialement en berne avec des reprises plutôt correctes, il apparaît que la Megane dispose de bien plus de châssis que de moteur, si bien qu’il est possible de négocier certaines courbes sans avoir à casser sa vitesse en amont. Du moins lorsque la route est sèche, puisque les Goodyear EfficientGrip Electric Drive de ce modèle d’essai se sont montrés très peu convaincants sur chaussées mouillées. Dans tous les cas, l’ABS est lui toujours trop chatouilleux.

Sur route comme en ville, on apprécie plus sa fonction roue libre (même si elle ne l’est pas totalement) plutôt que son freinage régénératif maximal qui se gère avec les palettes derrière le volant sur quatre niveaux. D’autant que la force maximale n’emmène pas la voiture jusqu’à l’arrêt complet comme le font les systèmes de conduite à une pédale. En bref, profitez de la gravité avant de moduler le freinage à l’approche d’un ralentissement, cela économisera de plus les plaquettes.

Sur le trajet extra-urbain, la Megane a affiché une moyenne de 16,9 kWh/100 km (vitesse moyenne de 58 km/h). C’est à peine plus que sur notre parcours urbain où elle a consommé une moyenne de 16,4 kWh/100 km. Sur notre portion autoroutière (108 km/h de moyenne), elle a grimpé raisonnablement à 20,5 kWh/100 km. Sur l’ensemble du trajet réalisé avec une température extérieure de 9 °C, la Megane a donc présenté une moyenne de 17,9 kWh/100 km exactement selon nos relevés. Ce qui équivaut à une autonomie arrondie à 334 km. Une valeur plutôt correcte pour affronter le quotidien, l’autorisant ainsi à ne pas se brancher pendant une semaine en prenant en compte le kilométrage journalier moyen.

À lire aussi Essai Renault Megane électrique : toujours plus E-Tech-nologique

Route vs autoroute : une Renault Megane e-Tech redoutable sur la route

Mais la Renault Megane e-Tech peut se montrer redoutable lorsque la route est dégagée et que les remises en vitesse sont moins exigeantes. Sur ce bout de route test, la compacte a passé la ligne d’arrivée au bout de 50 km avec une consommation affichée de… 12,7 kWh/100 km. Voilà l’héritage de la Renault Zoé en matière d’efficience. Évidemment, cette portion ne permet pas de tirer une conclusion sans émettre de modestes réserves, mais il n’en demeure pas moins qu’on peut espérer une autonomie de 472 km sur ce type de route !

L’autonomie dégringole sur l’autoroute parfaitement adjacente. Sur ces 50 km parcourus à 130 km/h, mais en prenant en compte les différents ralentissements et accélérations (pour une vitesse moyenne de 120 km/h), la consommation s’est stabilisée à 25,1 kWh/100 km. Ce qui correspond à un total de 239 km d’autonomie, finalement similaire à ce que nous avons observé sur l’ensemble de nos trajets autoroutiers.

Certes, les vitesses moyennes sur route ne permettront jamais d’aller plus vite que sur l’autoroute, charges comprises. Mais selon une projection parfaitement théorique de 500 km avec nos différents relevés, la Megane devra rester immobilisée à une borne 50 minutes de plus sur autoroute que sur route nationale.

Consommation instantanée de la Renault Megane électrique

Il est admis qu’une voiture électrique consomme moins à 110 km/h qu’à 130 km/h. C’est logique, et certains s’y conforment religieusement lorsqu’ils voyagent pour favoriser l’autonomie. D’après nos mesures sur notre atelier imaginé pour l’exercice, la Megane avoue une moyenne de 19,6 kWh/100 km à 110 km/h, contre 23,8 kWh/100 km à 130 km/h. Soit une différence instantanée sur terrain relativement plat de 4,2 kWh/100. Ce qui se traduit par une différence de 56 km d’autonomie entre ces deux vitesses sur une charge complète, ou de 38 km sur une charge utile de 10 % à 80 %. Rappelons le caractère purement théorique de cette mesure qui ne prend en compte aucune phase de ralentissement, d’accélération, et qui n’est pas influencée par la topographie.

Trajet longue distance : 170 km d’autonomie utile

Avec des consommations dans la grosse moyenne du marché, la Renault Megane e-Tech a présenté une moyenne de 24,8 kWh/100 km d’après le tableau de bord au terme d’un trajet autoroutier sur l’A6 de 500 km. Ce qui lui permet d’atteindre les 242 km d’autonomie avant de finir éventuellement sur un camion plateau. Mais vu que personne n’est si joueur, ce n’est pas cette valeur qui nous intéresse, mais bien son autonomie utile.

Ainsi, avec un départ batterie chargée à 100 %, cela correspond dans la réalité à un rayon d’action de 218 km avant de commencer à s’inquiéter en atteignant un taux de charge de 10 %. En fonction de la préconisation habituelle qui requiert de ne pas dépasser les 80 % de charge, cela offre ensuite 170 km d’autonomie utile sur autoroute (entre 80 % et 10 %). Mais nous rappelons que nous parlons ici d’un maximum, et que l’autonomie sera tributaire de la distance entre deux stations. Aussi, ajoutons que les températures étaient plus fraîches, avec un minimum de 5 °C rencontré sur les reliefs du Morvan.

À lire aussi Essai Renault Megane e-Tech 60 kWh : le renouveau électrique

Confort et performances de la Megane électrique

Sur autoroute, la compacte fait preuve d’un bon confort. D’autant qu’elle s’équipe sur cette version de sièges chauffants et massants. De quoi profiter de l’autoroute sereinement avec une position de conduite plutôt correcte. Seul regret toutefois avec la proéminence du tableau de bord sur laquelle le genou vient se frotter. L’ergonomie est bien étudiée, notamment avec le système d’infodivertissement. Un bémol en revanche avec la commande de boîte bien trop proche de celle des essuie-glaces : on se retrouve régulièrement à nettoyer le pare-brise au lieu d’actionner la marche avant ou arrière.

Sur route comme sur autoroute, la Megane ne manque pas de vitamines. Plus que son 0-100 km/h annoncé en 7,4 s, ce sont ses reprises de 80 à 120 km/h qui se montrent satisfaisantes, mais surtout régulières : d’une valeur chronométrée en 4,95 s à 80 % de charge, elle tombe à 5,33 s à 20 % de charge. Et même à 10 % de charge, les dépassements restent possibles, avec un chrono de 5,90 s. On prend plus de plaisir à dépasser qu’à démarrer en trombe, d’autant que la courbe d’accélération a de quoi rappeler au bon souvenir les Super 5 GT Turbo : la poussée est autrement plus importante à 40 km/h qu’à plus basse vitesse, à cause des béquilles électroniques qui veulent à tout prix préserver la motricité.

Côté acoustique, les bruits sont assez bien canalisés. Sur route, on perçoit toutefois quelques bruits de roulement, avec des résonances importantes générées par les pneus. Sur autoroute, ce sont les bruits d’air latéraux qui se font le plus entendre. Rien de rédhibitoire, avec des valeurs mesurées par nos soins dans la moyenne avec 73 dB (110 km/h) et 76 dB (130 km/h).

Supertest Renault Megane e-Tech : le bilan

De lourdes ambitions pèsent sur les épaules de la Renault Megane e-Tech, qui arrive après une excellente Renault Zoé ayant fait ses preuves depuis dix ans déjà. Imaginée à partir d’une feuille blanche sur une plateforme développée par l’Alliance, elle présente un plumage plaisant, avec un habitacle qualitatif et une installation numérique de choix. Agréable à rouler sur route comme en ville où sa vivacité et son rayon de braquage séduisent, elle présente des consommations usuelles dans la moyenne basse. Mais si elle sait se montrer redoutable sur route, le bilan est moins brillant sur autoroute avec cette version ultime a qui revient le rôle de « voyageuse » de la gamme. Heureusement, elle dispose de puissances de recharge AC et DC correctes pour parfaire sa polyvalence.

Est-ce suffisant pour voyager sereinement avec la première compacte électrique au losange ? C’est le sujet de la seconde partie de notre Supertest consacré au temps et au coût de la recharge !

Cette version est disponible à partir de 41 700 € et grimpe à 47 400 € dans la chic version Iconic de notre modèle d’essai. Plus chère de 1 500 € que sa sœur EV60 Super Charge (7 kW AC et 130 kW DC), les récentes retouches tarifaires creusent l’écart : cette dernière déclinaison est plus abordable de 2 410 € et peut profiter du bonus maximal sans option.

À lire aussi Guide d’achat : bien choisir sa Renault Megane électrique

Le Supertest, c’est quoi ?

Amoureux des chiffres et allergiques aux fiches techniques officielles, le Supertest, nouveau format d’essai d’Automobile-Propre, est fait pour vous, rassemblant des données collectées lors d’un essai en conditions réelles et selon un protocole transparent et précis. Mais ce qui fait toute la valeur de cette rubrique, c’est notre article récapitulatif qui permet confronter les valeurs relevées des modèles essayés et que nous mettons à jour après chaque essai.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter nos essais et à échanger avec la communauté sur notre forum de discussion.