Station de recharge Fastned

Déjà implanté aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et en Suisse, Fastned débarque dans l’Hexagone. Responsable Pays pour l’opérateur, Pierre Courgeon présente la stratégie d’implantation et les caractéristiques du service.

9 premières stations pour fin 2021

« Nous avons remporté l’année dernière un premier appel d’offres public de l’APRR [NDLR Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, société chargée d’exploitation autoroutière]. Neuf stations de recharge Fastned devraient être opérationnelles à fin 2021. La première serait inaugurée à la moitié ou la fin de novembre. Ce sera en fonction des travaux de raccordement effectués par Enedis », lance Pierre Courgeon.



« Les premières stations seront en particulier localisées sur les autoroutes A6 et A5, sur les tranches Paris-Dijon et Dijon-Lyon. Les chargeurs ultrarapides seront ainsi idéalement placés pour gagner le Sud en voiture électrique », illustre-t-il.

« Nous aurons en face de nous les réseaux Ionity et de Total. Cette concurrence est bonne pour les consommateurs mais aussi pour l’industrie », souligne-t-il.

Jusqu’à 300 kW

« Fastned a fait le choix de stations traversantes. C’est la configuration idéale pour les voitures électriques qui tractent une remorque, les véhicules longs et les utilitaires. Initialement, ces sites recevront de 4 à 8 points de charge. Avec la possibilité d’étendre jusqu’à 16 points de charge », détaille Pierre Courgeon.

« Les stations seront principalement équipées de chargeurs 300 kW, ainsi que de bornes 150 kW. Toutes les voitures électriques doivent pouvoir régénérer leurs batteries sur le réseau Fastned. C’est pourquoi les stations seront compatibles avec les 3 standards de recharge rapide », explique-t-il.

« Afin d’optimiser l’espace, nous installerons des chargeurs ultrarapides construits en Italie par Alpitronic. Ils présenteront ainsi chacun 2 câbles en CHAdeMO, 2 avec connecteurs CSS, et un dernier pour le AC Type 2 », présente notre interlocuteur. « Quand 2 voitures se rechargeront en même temps, elles pourront alors bénéficier d’une puissance jusqu’à 150 kW. Une Porsche Taycan, seule branchée, trouvera la puissance maximale qu’elle accepte aujourd’hui, soit 225 kW », chiffre-t-il.

Tarification au kWh

« Fastned applique des tarifs de recharge au kWh uniformes en Europe. Quelle que soit l’heure, c’est 0,59 euro sans abonnement et 0,35 euro avec. Cette grille sera donc valable pour la France également », expose Pierre Courgeon.

« La transparence et la facilité de calcul des prix sont importantes pour les automobilistes. Le décompte au kWh, c’est ce qu’il y a de mieux pour eux. La dérive possible d’une tarification au temps est de faire en sorte que les véhicules restent branchés plus longtemps. Fastned préfère au contraire que la recharge s’effectue le plus rapidement possible », compare-t-il. « En outre, un automobiliste paye son essence au nombre de litres. Ça ne doit pas être différent dans le principe pour une voiture électrique », justifie le responsable du déploiement français.

La facturation au kilowattheure impose que la borne soit équipée d’un compteur certifié. Il semblerait qu’un tel appareil ne soit pas disponible pour la recharge DC. Qu’en est-il pour Fastned ? « Effectivement, de tels compteurs n’existaient pas. Nous avons travaillé le sujet avec Alpitronic qui nous a fourni une solution de comptage compatible », nous répond-il.

Des stations avec auvent de protection

Des lecteurs d’Automobile Propre ont déjà exprimé leur satisfaction de pouvoir recharger en étant abrité par un auvent.



« Fastned répond à 3 impératifs en équipant ses stations d’auvents. Tout d’abord pour que les automobilistes remarquent immédiatement et d’assez loin le lieu à rejoindre pour recharger. Devoir tourner pour cela sur une aire d’autoroute est à la fois accidentogène et source d’anxiété », avance Pierre Courgeon.

« Un auvent permet en outre d’identifier aisément les stations Fastned. C’est une facilité supplémentaire pour les automobilistes qui apprécieront notre service pour sa qualité », plaide-t-il.

« Enfin, c’est un élément de confort indispensable. Aussi bien quand il pleut que lorsqu’il fait soleil. Dans une voiture en recharge, il est souvent impossible de bénéficier de la climatisation », complète-t-il.

Station de recharge Fastned

Future-proof

« Des cellules solaires sont incrustées dans des plaques de verre au-dessus des auvents. Elles permettent de réaliser 2 à 3 des recharges qui seront effectuées chaque jour. Par ailleurs, nous travaillons actuellement sur un choix technologique concernant les unités de stockage associées. Ce qui permettra des puissances de recharge qui ne seront pas limitées à celle de l’abonnement au réseau électrique », révèle notre interlocuteur.

« Fastned construit de grandes stations aux Pays-Bas. En la matière, ce pays a 5 ou 6 ans d’avance par rapport à la France. Ce qui nous permet d’évaluer les besoins dans l’Hexagone pour les 5-10 ans à venir. Nos stations sont ainsi future-proof, c’est-à-dire à l’épreuve du temps », annonce-t-il.

« Aux Pays-Bas, entre Amsterdam et l’aéroport de Schiphol, il y a plusieurs stations de recharge en service. Elles sont énormément utilisées par les taxis électriques qui se développent de plus en plus. Ce qui prouve bien qu’il faut d’abord des stations pour que le nombre de véhicules électriques décolle », justifie-t-il.

« Les grandes stations donnent confiance »

Au niveau européen, l’objectif de Fastned est de parvenir à constituer un réseau de 1 000 stations de recharge. « Fastned vient d’effectuer une levée de fonds pour 150 millions d’euros. Elle servira en grande partie pour notre développement dans l’Hexagone. Nous comptons ainsi répondre à tous les appels d’offres en France. Ces derniers doivent être ouverts à la concurrence et transparents. Le choix doit être effectué sur la qualité de service », estime Pierre Courgeon.

« Fastned a les moyens financiers, humains et technologiques. Nous prendrons tout ce qui viendra, et pas seulement sur les autoroutes », indique-t-il.

« Nous sommes confiants sur la rentabilité du service. Les stations que nous opérons sont déjà rentables. Les automobilistes y viennent, car ils ont l’assurance de pouvoir s’y recharger. Ce n’est pas le cas dans celles qui ne sont équipées que d’une seule borne. Les grandes stations donnent confiance », assure-t-il.

Hors des autoroutes

« Les autoroutes commencent à s’équiper de façon importante en stations de recharge. Mais il y a un gros effort à faire en milieu périurbain. Les VTC, les taxis et autres entreprises ont besoin de solutions de recharge rapide entre midi et 14 h. Les pouvoirs publics doivent se saisir de ce problème pour booster l’électrification », rapporte Pierre Courgeon.

« Dans cet environnement, Fastned est également prêt à répondre à tous les appels d’offres. Mais nous restons aussi proactifs. Nous sommes en discussion avec des municipalités pour implanter des hubs de recharge. Nous recherchons des partenariats avec des propriétaires fonciers auxquels nous pourrions louer du terrain », met-il en avant.

« Sur les autoroutes, les stations de recharge sont à proximité de divers commerces, dont des points de restauration. Ce n’est pas toujours le cas en dehors de ce contexte. C’est pourquoi nous espérons développer un concept spécifique avec des boutiques Fastned », envisage-t-il.

Recharge des poids lourds

La recharge des poids lourds n’est quasiment jamais abordée par les opérateurs. Qu’en est-il chez Fastned ? « Nous estimons que ce sujet sera une réalité d’un jour à l’autre. C’est pourquoi, par anticipation, nous sommes en discussion avec tous les constructeurs de camions électriques. Pour l’instant, il n’y a rien de plus à dire sur ce sujet », conclut Pierre Courgeon.

Automobile Propre et moi-même remercions vivement Pierre Courgeon d’avoir répondu par l’affirmative à notre sollicitation d’interview.