Peugeot rejoint la liste des constructeurs mis en examen dans le cadre de l’affaire du Dieselgate. Stellantis confirme que les magistrats vont également entendre Citroën et FCA.

Après Volkswagen et ses filiales Audi et Porsche, et après Renault, c’est le nom de Peugeot qui sort désormais dans l’affaire du Dieselgate. Stellantis l’a révélé dans un communiqué, confirmant les accusations dont Peugeot fait l’objet.

« Automobiles Peugeot SA a été mise en examen par les magistrats en raison d’allégations de tromperie », a déclaré le groupe. Cette enquête concerne « la vente de véhicules diesel Euro 5 intervenue en France entre 2009 et 2015 ».

« Cette étape formelle de l’enquête judiciaire permettra aux sociétés d’avoir un accès complet au dossier de la procédure ». Stellantis évoque « la possibilité de se défendre contre des allégations » que les juges doivent encore formaliser.



En effet, si le groupe assure vouloir « coopérer pleinement avec la justice », il réfute les faits que les juges reprochent à Peugeot. « Les systèmes de contrôle des émissions répondaient à toutes les exigences à l’époque et continuent aujourd’hui de les respecter. »

Stellantis annonce aussi que des audiences auront lieu pour Citroën et Fiat Chrysler Automobiles. Elles se dérouleront respectivement le 10 juin et en juillet. Selon le communiqué, les filiales « attendent avec impatience l’occasion de démontrer » leur respect des lois.