Arcfox Alpha T 2020

Lancée uniquement en Chine, Arcfox, ouvre les réservations de sa première voiture électrique, le SUV Alpha-T à 653 km d’autonomie.

Arcfox. Un nom qui sonne bien anglo-saxon mais qui nous vient bien de Chine. Certains d’entre vous l’ont peut-être déjà aperçue, c’était notamment au Salon de Genève 2019. La marque y exposait un large stand doté d’une GT 100% électrique et d’un concept de SUV « ECF ». Ce dernier n’était pas gratuit, et devient un modèle de série.

Inspiration VW

L’Arcfox Alpha-T (ou α-T) entre dans le très disputé segment des grands SUV électriques en Chine, avec ses 4,79 mètres. La marque est issue du grand groupe BAIC, dont la BJEV EC200 fut la plus populaire électrique du pays. Il est cependant fabriqué en partenariat avec l’Autrichien Magna, assemblant aussi les Jaguar I-Pace.

Doté de deux moteurs, ce nouveau-né délivre une puissance modeste de 160 kW (218 ch) et 360 Nm de couple. Ses batteries SK Innovation sont cependant monstrueuses en comparaison, avec une capacité nominale de 93,6 kWh. Ainsi, le SUV pourrait tutoyer les 653 kilomètres par charge, sur le cycle local NEDC. En cela, il serait la troisième voiture électrique en termes d’autonomie, derrière les Xpeng P7 (706 km) et la Tesla Model 3 (668 km). Mieux, il dépasse ses rivaux européens, dont le Mercedes EQC (414 km WLTP), et le futur Tesla Model Y (505 km).



Sur le plan technologique, la conduite semi-autonome de niveau 3 est possible et la connexion 5G est intégrée. Côté design, l’extérieur manque de personnalité, mélangeant Lamborghini Urus, Porsche Cayenne et Volkswagen Tiguan. L’intérieur est plus chatoyant avec ses quatre larges écrans, mais non pas sans rappeler l’Audi Q7 60 TFSI e que nous avons pu tester récemment.

Réservé exclusivement à la Chine, l’Alpha-T est proposé au prix de 280.000 yuans, soit environ 36.500 euros de base. Les livraisons devraient débuter cet été. Pas question donc de le voir sur nos routes européennes, malgré le passage de la marque à Genève.