Energy Superhub d'Oxford

Amélioration sur le front de la crise sanitaire, reprise économique qui se dessine, projets qui prennent corps, les planètes semblent s’aligner progressivement pour une accélération du marché de la voiture électrique.

Quand on lit la une d’Automobile Propre depuis quelques jours, on dirait que le site s’est subitement recyclé dans cette mouvance un peu particulière des médias spécialisés dans les bonnes nouvelles.



S’il reste bien sûr du chemin à parcourir avant que l’expérience de l’électromobilité soit aussi fluide et facile que celle des voyages en thermique, tout indique que l’on assiste à une accélération de la transformation vers ce mode d’énergie, que ce soit dans la pluralité et la diversité de l’offre, dans le développement des infrastructures, mais aussi en ce qui concerne les mentalités. Petite revue de détail.

Tesla n’est plus seul en son jardin

Premier fait saillant, mais ceux qui s’intéressent au marché de façon objective s’y attendaient un peu : Tesla n’est plus leader, et de loin, dans les ventes de voitures électriques en Europe. La rétrogradation est même assez spectaculaire puisque la marque américaine occupe désormais la cinquième place du classement derrière les groupes Volkswagen, Renault-Nissan, Hyundai-Kia et Stellantis. Des positions qui ne concernent pas juste ces dernières semaines, mais une période d’un an, de mai 2020 à avril 2021. Il est probable que ce ne soit que le début d’une tendance qui verra Tesla siéger de façon stable et à long terme dans le top 10 des marques électriques, avec une part de marché qui se situerait selon toute vraisemblance aux alentours de 10 à 15 %.

Les amateurs de gros pick up ne sont pas réfractaires à l’électrique

Nous en avions eu un aperçu avec le Cybertruck de Tesla, puis avec les très bonnes réservations du Hummer électrique, et enfin avec celles du Rivian. Contrairement aux idées reçues, il semblerait que les fans de pick-up et autres gros SUV ne soient pas totalement allergiques à la propulsion électrique. Une tendance qui semble se confirmer avec l’engouement qui semble transparaître à l’ouverture des précommandes du Ford F-150 électrique. On est pourtant là face au symbole même de l’Amérique dite « profonde », plutôt réputée pour son amour du V8 à l’ancienne que pour les voitures à pile. Pour avoir une petite idée de la révolution en cours, rappelons que la gamme F-Series est depuis des années tout simplement la plus vendue outre-Atlantique, toutes catégories confondues.

Révélé aux Etats-Unis il y a quelques jours, le F-150 électrique a connu un succès fulgurant

Les gouvernements prennent le taureau par les cornes

La semaine dernière, j’avançais l’idée que les états devraient jouer un rôle plus volontariste dans la communication autour de l’électromobilité.

Avec son programme de 1 000 nouvelles stations de recharge rapide, l’état allemand met le turbo et envoie un signal fort à sa population, mais aussi à toute l’Europe. Et là, il ne s’agit pas que de communication puisque le projet verra le jour dans les deux ans. Autrement dit, demain. Même signal positif aux États-Unis avec la récente déclaration de Joe Biden.

Les constructeurs déploient aussi leur infrastructure

Après Tesla, après VW aux USA avec Electrify America, après Porsche, c’est Audi qui annonce son projet de déploiement d’une future infrastructure de « hubs » réservés prioritairement aux clients de la marque sur réservation, mais également ouverts aux autres électromobilistes quand des bornes seront disponibles. Même si certains ne sont pas convaincus par le fait que chaque marque développe son propre réseau, et si en effet cela n’est peut-être pas une voie idéale à long terme, il se trouve que pour le moment et en l’état actuel des infrastructures de recharge, on peut considérer que c’est mieux que rien, et que le marché s’organisera naturellement dans un deuxième temps.

Audi prévoit de déployer son premier lounge de recharge d’ici la fin de l’année.

Les opérateurs voient grand

Il y a quelque temps, nous exprimions le souhait que les opérateurs musclent leur offre sur les stations de recharge. Depuis, plusieurs indices laissent entrevoir que les prochaines générations de stations de recharge pourraient devenir plus accueillantes et plus efficientes. Après le projet Gridserve, déjà au Royaume-Uni, cette fois c’est Fastned qui s’y colle, en partenariat avec… Tesla, pour déployer rapidement une immense station accueillant 38 bornes à haut débit réparties entre trois opérateurs. Cela donnerait presque envie de faire le voyage exprès juste pour le plaisir de charger !

D’autres signaux plaident en faveur d’un véritable emballement du marché de l’électrique, comme l’évolution de la recherche sur de nouvelles technologies de batteries, mais aussi avec l’élargissement rapide de l’offre, puisqu’il n’est pratiquement plus une seule marque qui ne propose au moins un modèle électrique, voire un début de gamme avec plusieurs modèles ou versions. Et pas un jour sans une nouvelle annonce.

Attachez vos ceintures, les mois qui viennent pourraient secouer un peu. Pour le meilleur, normalement.