Volvo XC40 électrique

Discret mais très performant, le Volvo XC40 n’en finit plus de séduire les automobilistes et les professionnels. Nous avons rencontré le docteur Faligan qui a choisi ce modèle comme voiture de service pour son cabinet d’urologie à Dinan, dans les Côtes-d’Armor.

Un SUV électrique discret

Un automobiliste qui ne s’intéresse pas trop à la marque Volvo n’ira sans doute pas spontanément essayer le XC40 Recharge. Et ce serait dommage, s’il recherche un modèle électrique dans son gabarit.

L’empreinte au sol de ce SUV s’inscrit dans un rectangle de 4,43 x 1,90 m. De quoi permettre à 4 adultes de voyager très à l’aise, en disposant d’un coffre de 413 litres (1 373 l avec le dossier de la banquette replié). Sans compter celui à l’avant dans lequel peuvent prendre place les câbles de recharge et un petit sac.

Non dénué de charme, l’engin se montre discret, aussi bien au niveau de sa ligne de carrosserie que concernant son groupe motopropulseur. Le Volvo XC40 existe aussi avec des motorisations, diesel, essence, et hybride rechargeable. À l’intérieur, il ne fait pas non plus dans le tape-à-l’œil, mais dans l’efficacité et le confort. C’est ainsi, c’est dans l’ADN du constructeur d’origine suédoise. Les inconditionnels de la marque apprécient le plus souvent.

Très performant

À aucun moment, en découvrant le Volvo XC40 électrique, on n’imagine qu’il coiffe le Tesla Model Y à l’exercice du 0 à 100 km/h : 4,9 contre 5 secondes. Avec 2 moteurs synchrones identiques à aimant permanent qui assurent la motricité intégrale, son groupe motopropulseur développe une puissance cumulée de 300 kW pour un couple de 660 Nm.

Difficile à maîtriser ? Même pas ! Le Volvo XC40 Recharge ne dévoile ses capacités que si l’on actionne brusquement l’accélérateur. Il sait aussi se montrer très sage. C’est le conducteur qui décide. Ce comportement exerce une part de séduction importante dès le premier essai.

Le SUV branché embarque une batterie lithium-ion d’une capacité énergétique utile de 75 kWh. De quoi le doter sur le papier de 414 kilomètres d’autonomie selon le cycle mixte WLTP, et même de 530 km avec un usage urbain. Des chiffres qui seront difficiles à obtenir, car le véhicule est assez gourmand en énergie.

Depuis avril 2021

Le cabinet d’urologie de Dinan exploite 2 Volvo XC40 électriques. « J’ai reçu le mien en avril dernier. Ma collègue utilise le sien depuis 3 mois », commente le docteur Faligan.

Son exemplaire est particulièrement luxueux, sans doute un P8 AWD en finition Pro. « Pas tout à fait », corrige Dimitri Chapin. C’est ce conseiller commercial chez Volvo Côte Ouest Automobiles Saint-Brieuc qui a livré les 2 voitures au cabinet dinannais d’urologie. « La finition Pro n’était pas encore disponible lorsque le docteur Faligan a effectué sa commande. Nous lui avons fourni la finition First Edition en ajoutant les options qui l’emmènent au niveau de la finition Pro », précise-t-il.

Volvo XC40 électrique

Simplicité

« Nous disposons de nos Volvo XC40 sous forme d’une location. Nous n’avons pas à nous soucier de l’entretien. Des bornes de recharge ont été installées sur notre parking. C’est suffisant, car nous n’avons pas besoin d’une importante autonomie quotidienne. L’électrique est ainsi bien plus simple pour nous, car nous n’avons pas à effectuer des détours pour faire un plein en carburant » apprécie le docteur Faligan.

Notre interlocuteur n’en est pas à son coup d’essai au sujet des voitures fonctionnant aux énergies alternatives. « J’ai utilisé des Volvo fonctionnant au GPL. Avant de recevoir le modèle électrique, j’avais une Volkswagen Golf GTE [NDLR hybride rechargeable] que j’ai transmise à ma fille. C’était une bonne voiture, mais l’hybride, c’est un peu un entre-deux aujourd’hui », estime-t-il.

Un choix effectué après bien des essais

« Après la Golf GTE, je pensais opter pour une Volkswagen électrique. J’ai essayé l’ID.3 sur plusieurs jours. Elle n’est pas inintéressante. Puis l’ID.4, mais cette dernière, pour un prix équivalent, est moins bien équipée que le Volvo et ne dispose pas de la motricité intégrale. En outre, les délais sont énormes chez Volkswagen. Voilà pourquoi je roule aujourd’hui en XC40 électrique », explique le docteur Faligan.

Le médecin spécialisé avait auparavant essayé bien d’autres modèles encore : Tesla Model S, Nissan Leaf 1, Renault Zoé, BMW i3, Audi e-tron. Ainsi que la Peugeot e-208 dont il a acheté un exemplaire pour son épouse.

« Au final, je trouve que la présentation intérieure du Volvo XC40 en fait une vraie voiture. Les Audi électriques se rapprochent aussi des modèles classiques. Par opposition aux Volkswagen et Tesla que je qualifierais de voitures gadgets. Sans compteur derrière le volant, comme sur la Model 3, ce n’est pas très joli », compare-t-il.

One Pedal

« Un des équipements que j’apprécie le plus sur le Volvo XC40, c’est le dispositif One Pedal qui apporte un puissant ralentissement en levant le pied de l’accélérateur, jusqu’à l’arrêt complet. Ce système rend la conduite plus confortable en ville, car il n’est pas besoin d’utiliser la pédale des freins », met en avant le docteur Faligan.

« En revanche, afin de consommer moins et de profiter du mode roue libre, je le désactive quand je roule sur autoroute ou sur les quatre voies. Effectuer ce réglage n’est cependant pas pratique, car il faut aller dans les menus, sur l’écran central. Il serait plus judicieux d’avoir pour cela un bouton bien accessible », imagine-t-il.

Équipement et aides à la conduite

« Les aides à la conduite sont bien automatisées. J’ai noté quelques petits désagréments mineurs que j’ai signalés chez Volvo. Ainsi un petit décalage au niveau de la caméra à l’avant qui peut parfois induire à tort un message d’erreur », remonte le docteur Faligan. « J’ai le cas par exemple dans un giratoire pas loin d’ici, où je sors par une voie juste après une autre barrée d’un sens interdit. Aussi lorsqu’il y a une voiture arrêtée sur le bas-côté en sens inverse », illustre-t-il.

« D’une manière générale, je trouve très bien l’équipement du Volvo XC40 électrique, y compris l’afficheur avec le compteur derrière le volant et la tablette tactile au tableau de bord. C’est en outre un véhicule très confortable qui embarque un système audio de haute qualité et une reconnaissance vocale hyper performante qui corrige les erreurs », juge-t-il.

« Les mises à jour à distance du système électronique peuvent durer près de 2 heures pendant lesquelles il ne faut pas utiliser le véhicule », souligne-t-il.

Volvo XC40 électrique

Consommation

La consommation du Volvo XC40 Recharge est en rapport avec son poids relativement élevé de 2 150 kg. C’est 400 kg de plus que le Kia e-Niro, par exemple, moins long de 5 cm pour une largeur réduite de 9 cm. « À l’usage, le XC40 ne donne vraiment pas l’impression d’être aussi lourd », commente le docteur Faligan.

« Globalement, sans utiliser la climatisation, et avec le pied léger, j’obtiens une consommation de l’ordre de 22 kWh/100 km sur une quatre voies. Ce qui donne une autonomie d’un peu moins de 350 km. En ville ou avec des parcours mixtes, il est possible de revenir à de meilleures valeurs », communique-t-il.

« C’est dommage qu’un véhicule de ce prix ne dispose pas d’une suspension hydropneumatique, comme j’avais pu l’apprécier sur une Audi A8. Ça permettrait de régler la dureté de la suspension. Mais aussi d’abaisser la caisse sur les voies rapides et les autoroutes, au bénéfice d’une consommation un peu moins élevée », réfléchit-il.

À revoir au sujet de la mobilité électrique

« Le prix des voitures électriques neuves est encore trop élevé. Et c’est aussi le flou au sujet du remplacement des batteries. Pour ma Golf GTE par exemple, dont l’autonomie électrique est descendue avec le temps de presque 50 à 36-37 km, Volkswagen demandait aux alentours de 5 000 euros à condition de récupérer l’ancien pack », déplore le docteur Faligan.

« Avec le XC40, mon déplacement le plus lointain était à destination de La Roche-sur-Yon, en Vendée [NDLR environ 240 km]. Et ce, en ne rechargeant qu’une fois, sur le chemin du retour, un peu au-dessus de Nantes. C’était sur une borne 50 kW. Il manque en France des infrastructures de recharge plus puissantes », conclut-il.

Automobile Propre et moi-même remercions beaucoup pour son témoignage le docteur Faligan qui nous a reçu dans son cabinet. Un grand merci également à Dimitri Chapin, le conseiller commercial Volvo qui nous a mis rapidement en contact avec l’urologue, sur notre sollicitation.