Face au bureau des véhicules en Californie, un responsable de la marque a reconnu que les propos d’Elon Musk sur la conduite autonome étaient très optimistes.

Elon Musk avait annoncé en décembre 2020 sur Twitter que le Full Self Driving serait disponible cette année. Il avait profité de l’annonce de la formule d’abonnement pour dater le système de conduite autonome de Tesla.



Beaucoup de doutes ont alors fait surface, de la part de plusieurs observateurs et acteurs du milieu. Notamment Waymo qui a jugé que Tesla se précipitait trop sur la voiture autonome, estimant qu’un retard supplémentaire serait pris. Selon la filiale de Google, aller trop vite revient à jouer avec la sécurité des usagers.

En réalité, Elon Musk lui-même a reconnu le mois dernier que le Full Self Driving prenait du retard. La puce la plus poussée de Tesla a subi une refonte complète l’an dernier avant de revenir sur des véhicules. Désormais, des propriétaires et employés de Tesla en testent la version bêta.

Une conduite autonome actuellement de niveau 2

Mais le Department of Motor Vehicules, l’autorité californienne de régulation de l’automobile, s’interroge sur le système. Dans une lettre, le DMV raconte un appel passé à plusieurs cadres de Tesla, dont CJ Moore. Ce dernier est le directeur du développement de l’Autopilot, et donc le superviseur des systèmes autonomes de Tesla.

Dans la retranscription de la conversation, on peut lire que Moore tempère les propos enthousiastes de Musk. Le rapport l’explique ainsi : « Tesla indique qu’Elon extrapole les taux de progression en parlant de capacités de niveau 5. Tesla ne peut pas dire si le taux de progression permettra d’atteindre le niveau 5 avant la fin d’année. Le constructeur a indiqué qu’ils sont encore clairement au niveau 2. »

Le DMV a demandé des précisions et a fixé des objectifs au constructeur. Tesla teste actuellement le programme sur 824 voitures, dont 753 d’employés et 71 de personnes extérieures. Musk a promis que la prochaine version du programme bêta verrait ces chiffres doubler.

Selon le milliardaire, la version suivante devra quant à elle effectuer dix fois plus de kilomètres. En mars 2021, le Full Self Driving avait atteint 250 000 km grâce à tous les testeurs. Le DMV a déjà prévenu Musk que les chiffres des prochaines versions devront correspondre à ceux qu’il a avancés.