Batterie LFP de la Sono Sion

Autonomie légèrement augmentée, vitesse de recharge supérieure, davantage de sécurité, meilleur recyclage, absence de matériaux critiques : c’est ce qu’apporte la nouvelle batterie choisie par Sono Motors pour sa citadine électrique et solaire Sion.

En réponse aux demandes des adoptants

Parmi les questions posées en début d’année par le jeune constructeur à ses clients et sympathisants, plusieurs concernaient la batterie : autonomie du véhicule, vitesse de la recharge, surcoût acceptable pour bénéficier de caractéristiques améliorées, etc.



Aujourd’hui, en présentant le nouveau pack qui équipera la Sion, Sono Motors rappelle avoir régulièrement consulté les automobilistes intéressés par son concept et tenu compte de leurs avis. Ils sont déjà plus de 13 000 à avoir versé un acompte pour soutenir la démarche et recevoir prochainement leur propre exemplaire.

De 255 à 305 km

En passant d’une batterie lithium-ion 35 kWh des plus classique, à la technologie LFP (lithium fer phosphate, 54 kWh) cependant moins dense en énergie, l’autonomie calculée selon le cycle mixte WLTP passerait de 255 à 305 kilomètres.

En outre, la puissance de recharge, limitée à 50 kW, s’étendrait jusque 75 kW. Sono Motors annonce une régénération complète en 60 minutes, ou en 5 heures avec le chargeur 11 kW AC embarqué.

Pesant 360 kg, le pack serait crédité d’une durée de vie de 3 000 cycles de décharge/recharge. Ce qui, selon le raccourci effectué par le service de communication de Sono Motors, permettrait de totaliser 900 000 km. Sans compter la seconde vie pour le stockage d’énergie dans les unités stationnaires.

Absence de matériaux critiques

En choisissant la technologie de batterie LFP, Sono Motors se débarrasse de nombreux points négatifs sur lesquels les détracteurs de la mobilité électrique jouent le plus souvent abusivement. Les cellules et électrodes ne contiennent, par exemple, pas de nickel, ni de cobalt ou de manganèse. Ce qui facilite le recyclage ultérieur et à un haut niveau des éléments.

Les batteries LFP sont peu sensibles aux recharges rapides. Contrairement aux cellules NMC ou NCA qui peuvent s’échauffer à plusieurs centaines de degrés en cas d’avarie importante, les blocs LFP allongés de la Sion demeurent à une température inférieure à 60 °C. Même après le test de dégradation en enfonçant un clou. Elles ne présentent donc pas de risque d’explosion ou d’incendie.

Batterie LFP de la Sono Sion

Circuit à liquide caloporteur

Sono Motors précise que les cellules LFP de la Sion seront maintenues pendant l’usage du véhicule à une température idéale de fonctionnement, entre 15 et 35 °C. Le circuit sera couplé avec le système d’air conditionné de l’habitacle, et alimenté au besoin et lorsque c’est possible par les calories récupérées au niveau du moteur électrique. D’où des économies d’énergie à toutes les saisons.

Autre point positif : l’impact carbone à la fabrication du pack. Il serait limité à 4,1 tonnes de CO2, soit l’équivalent d’un vol aller-retour entre Munich et New York.