Malgré le ralentissement de l’activité automobile lié à l’épidémie de COVID-19, Renault ne remet pas en question le calendrier de lancement de sa Twingo électrique. Révélée début mars, celle-ci arrivera en concessions en fin d’année.

Entre usines à l’arrêt et concessions fermées, la crise du coronavirus bouscule le calendrier du monde automobile. Alors que des marques ont choisi de repousser le lancement commercial ou la production de certains modèles, Renault maintient le cap annoncé pour sa Twingo électrique.

Publicité


« Il n’y a pas de remise en question du planning global dans l’hypothèse d’une reprise des usines dans les semaines qui viennent » nous confirme Emmanuel Bouvier, Directeur Commercial de la marque.

Complémentaire à la ZOE…

Officialisée début mars, la Renault Twingo ZE associe un moteur électrique de 60 kW (81 ch), installé à l’arrière, à une batterie de 22 kWh autorisant jusqu’à 215 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP. Un choix technique assumé par le constructeur.

« Cette Twingo ZE avec batterie 22 kWh fait sens dans un contexte urbain où les restrictions de circulation pour les véhicules thermiques deviennent de plus en plus importantes. Pour des clients qui ont des besoins différents, on a une offre avec ZOE qui est plus performante en termes d’autonomie » justifie notre interlocuteur.

Equipée d’une batterie de 22 kWh, la Renault Twingo électrique autorise jusqu’à 215 km d’autonomie en cycle WLTP

… et à la Dacia Spring

Attendue chez Dacia en 2021, la Spring reprendra probablement la même mécanique que la Twingo électrique. Malgré cela, les deux modèles resteront complémentaires sur le marché.

« La cohabitation entre la Renault Twingo et la Dacia Spring, on peut la comparer à celle de Clio et Sandero. Chaque modèle correspondra à des clients et des besoins différents. Sur l’électrique, on poursuit cette logique qui a très bien fonctionné sur le thermique » précise le Directeur Commercial de Renault.

Présentée sous forme de concept, la Dacia Spring sera la première voiture électrique de la marque low-cost de Renault

Le prix pour argument principal ?

Sur la question du prix, cruciale pour juger du positionnement du modèle, Renault nous invite à attendre les annonces officielles, attendues à la rentrée. La marque au losange devra toutefois bien placer son offre face à une concurrence très agressive. Au sein du groupe Volkswagen, le trio e-Up/Citigo-e/e-Mii est proposé à moins de 20.000 euros bonus déduit et batterie comprise. Le tout avec une autonomie supérieure à celle de la Twingo ZE (260 km VS 215 km).

Plus que sur l’achat intégral, c’est sur la solution locative que misera le constructeur pour trouver son public. Sur ZOE, la LLD représente 90 % des ventes réalisées auprès des particuliers avec une offre débutant à partir de 179 €/mois. Dans sa configuration thermique, la Twingo est aujourd’hui proposée à partir de 99 €/mois. Si Renault parvient à tenir un tarif dans le même ordre de grandeur sur sa version électrique, le succès sera probablement assuré.

Publicité