Renault Zoé

Encore peu développé il y a quelques années, le volume des voitures électriques d’occasion ne cesse d’augmenter. Quel modèle de voiture électrique d’occasion choisir pour un budget d’un maximum de 10 000 euros ?

Aujourd’hui, un automobiliste retrouvera rapidement sur le Web quelques milliers de voitures électriques proposées à un prix maximum de 10 000 euros. Lors de la rédaction du présent article, nous avons par exemple dénombré, répondant à ces critères, 2 093 offres sur Le bon coin, 1 067 avec La centrale, 390 en passant par ParuVendu, 1 088 à partir de L’Argus.

Si le nombre de voitures électriques d’occasion est en constante progression, la diversité des modèles, elle, n’évolue pas vraiment. Un bonus de 1 000 euros et une prime à la conversion d’un maximum de 5 000 euros mis en place pour faciliter l’accès à ce marché ont certainement des effets pervers.

Les vendeurs sont tentés d’augmenter ou de geler les prix, parfois en les présentant en tenant compte des aides qui ne sont pourtant pas accessibles à tous les acheteurs potentiels.

Quelles sont les voitures électriques d’occasion les plus répandues ?

Depuis quelques années, les occasions en voitures électriques se limitent aux mêmes modèles. Il s’agit principalement des C-ZiMiOn (Peugeot iOn, Citroën C-Zero, Mitsubishi i-MiEV), Renault Zoé, Nissan Leaf, Smart ED, Bolloré Bluecar et de ses dérivées Bluesummer et Citroën E-Méhari. Bien moins répandues, des Volkswagen e-Up!, ainsi que des Renault Kangoo Maxi Z.E 5 places et Fluence peuvent aussi se dénicher à ces prix.

Plus encore que sur le marché de l’occasion classique, les prix ne tiennent pas toujours compte de l’année et du kilométrage.

Avec des modèles s’appuyant sur des conceptions qui commencent à dater (une dizaine d’années), l’autonomie après recharge s’inscrira le plus souvent dans une fourchette de 75-150 km, selon modèle, ancienneté, chiffres au compteur et usage.

Nissan Leaf

La location de la batterie pour les véhicules électriques d’occasion

Même si ce n’est pas indiqué dans l’annonce, il est important de se faire préciser immédiatement si une location de la batterie est attachée au véhicule électrique d’occasion qui vous intéresse.

Les Renault Z.E., Bolloré et Smart ont longtemps été commercialisés neuves avec cette contrainte. Cette dernière peut aussi être perçue comme une garantie de santé du pack que le constructeur s’est engagé à échanger si la capacité descend en dessous d’un certain seuil. Bien vérifier le contrat de location, à la recherche en particulier d’une échéance datée de fin contrat.

Quelles voitures électriques d’occasion éviter ?

Si vous n’avez pas l’habitude des voitures électriques et que vous ne souhaitez pas être ennuyé, il faut éviter 3 catégories principales de voitures électriques d’occasion. Quelles sont les voitures électriques d’occasion les moins fiables ?

Tout d’abord les modèles embarquant des technologies dépassées de batteries, comme le plomb présent longtemps dans les Piaggio Porter, et le nickel-cadmium des anciens Renault Kangoo et Clio, Peugeot 106 et Partner, Citroën AX, Saxo et Berlingo. Ces véhicules sont trop compliqués à entretenir aujourd’hui, sauf à vouloir vraiment s’en donner la peine.

À supprimer également de la liste des possibles les Renault Fluence au moteur peu fiable et aux batteries spécifiques épuisées chez le constructeur.

Bolloré Bluesummer et Bluecar

Et puis, surtout, ne cédez pas aux prix plus ou moins alléchants des Bolloré Bluecar et de leurs dérivées Bluesummer et Citroën E-Méhari. Non seulement elles figurent parmi les voitures électriques les moins agréables à conduire, mais en plus leurs batteries LMP (Lithium métal polymère) doivent être conservées à une température de l’ordre de 60 °C. Ce qui impose quasiment de les laisser branchées quand elles ne roulent pas, avec une consommation électrique qui est loin d’être négligeable.

Quelle petite voiture électrique d’occasion choisir ?

Renault ZOE d’occasion : une très bonne affaire

Pour la tranquillité et la perspective de réaliser une belle affaire : privilégiez la Renault Zoé d’occasion. Son premier atout est d’exploiter au maximum les chargeurs AC 22 kW que l’on trouve désormais quasiment partout en France. En une heure, la batterie est pleine. Le risque de se retrouver coincé à cause d’une panne d’énergie ou de devoir attendre longtemps devant une borne pour rentrer chez soi est très limité avec la polyvalente du Losange.

En outre, le réseau des concessionnaires capables d’entretenir une Renault Zoé d’occasion est très dense, y compris dans les zones rurales.

Aujourd’hui, pas loin de la moitié des voitures électriques proposées d’occasion à 10 000 euros au plus sont des Renault Zoé. Il y en a donc forcément plusieurs pas trop éloignées de chez vous. Cette abondance est une chance pour les acheteurs qui peuvent en profiter pour faire baisser les prix. D’autant plus si la batterie est en location.

Pas de gros défauts sur la Renault Zoé d’occasion

Maintenant que la plupart de ses défauts de jeunesse (problème de terre à la recharge, absence d’un câble pour recharger chez soi, obligation de location de batterie, etc.) ont été éliminés, la Renault Zoé, dans ses exemplaires commercialisés il y a plus de 5 ans, se montre fiable, agréable à utiliser au quotidien, et suffisamment équipée.

Discrète, elle n’attire pas les voleurs ni ne provoque les casseurs. C’est important si votre voiture doit dormir dans la rue.

Parmi les autres arguments qui peuvent séduire : son origine française, puisque fabriquée à Flins-sur-Seine (78), et une communauté assez active d’utilisateurs. En bref, la Renault Zoé d’occasion est la voiture électrique polyvalente la plus facile à vivre au quotidien. Certains de ses anciens propriétaires sont revenus à elle après un passage plus ou moins long par la concurrence.

Renault Zoé

Les citadines C-ZiMiOn

Basées sur la Mitsubishi i-MiEV, les Peugeot iOn et Citroën C-Zero sont également très présentes aujourd’hui sur le marché des voitures électriques d’occasion à moins de 10 000 euros. Si elles peuvent apparaître un peu dépassées face aux nouveautés, ces citadines électriques n’ont cependant pas à rougir devant une Dacia Spring.

Il y a 10 ans, elles proposaient tout de même de série la climatisation avec air conditionné automatique, la recharge rapide 50 kW (en CHAdeMO), le verrouillage centralisé télécommandé avant repli des rétroviseurs, 4 vitres électriques, des feux diurnes, 2 porte-gobelets rétractables, l’adaptation automatique de la luminosité de l’afficheur, un compresseur électrique pour regonfler les pneus, le volant et le pommeau de sélecteur de marche en cuir avec surpiqûres, etc.

Avec leur vivacité, leur empreinte au sol réduite à 3,48 x 1,47 m, leur rayon de braquage de 4,50 m sur une direction assistée très précise, le grand coffre plat très exploitable une fois le dossier en 2 parties de la banquette rabattu, ces puces sont parfaites à utiliser en ville.

Il sera alors possible de compter encore sur 70-90 km d’autonomie dans cet environnement. Sur route, elles se montrent en revanche sensibles au vent latéral. Leur abondance sur le marché des véhicules électriques  d’occasion autorise à discuter les prix lorsqu’ils apparaissent trop élevés.

3 autres modèles intéressants de voitures électriques d’occasion à moins de 10 000 euros

Selon les goûts et les besoins, il reste quelques modèles intéressants qui méritent d’être mis en avant. Dans la catégorie des citadines électriques, on trouve également les Smart Fortwo ED. Elles souffrent surtout d’être trop rares, donc affichées à des prix relativement élevés avec, en plus, une location de batterie à acquitter mensuellement.

Encore moins fréquente, mais à ne pas laisser passer, car très efficace en ville et sur route : la Volkswagen e-Up!. Bien sûr, la seconde génération est encore mieux dotée et se décline en Seat e-Mii et Skoda Citigo iV. Mais pour les trouver à moins de 10 000 euros, il va falloir attendre un peu.

Volkswagen e-Up!

Seule berline compacte accessible sous ce seuil, la Nissan Leaf offre de l’espace et du confort à bord. Il y a 4 ans, on n’en trouvait que 2 dans cette gamme de tarifs sur Le Bon Coin. Il y en a 140 de plus aujourd’hui. Attention cependant, beaucoup sont associées à des formules Flex de location de batterie. C’est mieux pour la longévité du pack, apprécieront pas mal d’acquéreurs potentiels. Le modèle n’étant pas très demandé, n’hésitez pas à discuter le prix s’il semble trop élevé face à la concurrence.

Quels sont les modèles de véhicules électriques d’occasion qui arrivent sur le marché ?

Enfin, avec un peu de patience, 3 voitures devraient prochainement rejoindre le marché des électriques d’occasion à 10 000 euros au plus.

Tout d’abord l’excellent « SUV urbain » Kia Soul EV qui se présentera alors comme le modèle le mieux équipé. Sa robuste batterie et son réseau de concessionnaires plutôt dynamique le rendent à la fois fiable et évolutif. Les mises à jour du système sont parfois bluffantes, avec de nouvelles fonctionnalités étonnantes, comme des ambiances (feu de cheminée, marche dans la neige, terrasse de café, pluie, mer, etc.).

S’il arrive pas mal de ce modèle en occasion aujourd’hui, c’est en particulier parce que le constructeur enchaîne les nouveaux modèles (e-Niro, et maintenant EV6). Un argument valable aussi pour la Volkswagen e-Golf dépassée par l’ID.3. Elle se présentera à moins de 10 000 euros principalement comme alternative à la Zoé. Sans forcément déchaîner les passions.

La Smart Forfour, dans cette même gamme de prix, séduira surtout les inconditionnels.

Bien essayer le véhicule électrique d’occasion avant d’acheter

Au cœur de la bonne affaire que vous pourrez réaliser en achetant une voiture électrique d’occasion à moins de 10 000 euros : la batterie. Son état doit être évalué lors d’un essai long. C’est pourquoi il est recommandé de privilégier les vendeurs qui sont ouverts à vous laisser tester le véhicule sur un cycle de décharge avancé.

L’idéal, c’est de disposer de l’engin lorsque le pack a été complètement régénéré. Ensuite, à vous d’essayer le véhicule électrique en ville et sur route dans vos conditions habituelles d’utilisation. À modérer éventuellement avec le fait que l’écoconduite s’impose pleinement avec les VE mis en circulation il y a plus de 6 ou 7 ans.

Dans votre comparatif d’autonomie, il faudra tenir compte que les chiffres étaient souvent indiqués selon le standard trop optimiste NEDC. Comptez en outre une possible réduction du rayon d’action de l’ordre de 15-30 % en fonction de l’âge et du kilométrage. Ensuite, c’est au prix d’être adapté en conséquence.

La Belle Batterie

Au besoin, interrogez un concessionnaire de la marque sur les tarifs de remplacement du pack, s’il n’est pas garanti par une location. Sachez en outre qu’il existe des kits pour tester la santé des batteries.

Vous pouvez également retrouver toutes nos offres de véhicules électriques d’occasion sur Automobile Propre.