Mercedes a présenté son EQA, un SUV compact électrique, deuxième modèle de la gamme EQ. La marque allemande veut faire de ce véhicule dérivé du GLA une solution de mobilité adaptée aux clients. La première version présentée est l’EQA 250, mais d’autres suivront avec plus de puissance et d’autonomie.

Plus de deux ans après la présentation de son SUV électrique EQC, Mercedes lui associe un second modèle nommé EQA. Celui-ci est un SUV compact qui n’est pas sans rappeler le GLA, lui-même dérivé baroudeur de la Classe A. Il a pour mission de vraiment lancer la gamme EQ sur le marché, après des débuts difficiles pour l’EQC.



Une identité marquée pour ce SUV compact

Sur le plan du design, nous ne sommes pas perdus puisque Mercedes se tient aux lignes déjà connues sur le GLA. Le design à hayon persiste, tout comme les proportions d’une berline compacte musclée et surélevée pour en faire un petit SUV. L’EQA mesure 4,46 mètres de longueur avec un empattement de 2,72 mètres.

À l’extérieur, Mercedes a transposé les détails esthétiques de l’EQC avec une large calandre pleine. D’après Marius Phillip, le manager du projet EQA, ce design est « électro-esthétique » et marque l’ensemble des modèles EQ. Comme sur l’EQC, on retrouve une barre lumineuse à l’avant et à l’arrière, avec des optiques imposantes sur la face avant.

L’EQA comporte lui aussi des touches de bleu, notamment sur les phares et les jantes, pour renforcer son appartenance à la gamme. Un bleu que l’on retrouve aussi à l’intérieur, où l’apparence luxueuse est renforcée par des éléments de couleur or rose.

Le SUV compact Mercedes EQA

Plus de 400 km d’autonomie pour la version de base

L’EQA 250 est la version d’entrée de gamme du petit SUV mais ne sacrifie pas son autonomie pour autant. Grâce à une batterie de 66,5 kWh, l’EQA 250 propose 426 km d’autonomie en cycle WLTP. Un second modèle arrivera par la suite et proposera une autonomie dépassant les 500 km en cycle WLTP. Le pack batterie se compose de cinq modules et loge sur deux étages dans la plateforme du véhicule.

Cela lui permet de mieux s’intégrer au châssis, et de placer le système de gestion de la batterie à l’avant du véhicule, sous la console centrale. Le tout est protégé par un habillage en aluminium, et refroidi par un système intelligent de gestion de la chaleur.

Le moteur de l’EQA développe pour le moment une puissance de 140 kW, soit près de 190 chevaux, ainsi qu’un couple de 375 Nm. Mercedes promet une puissance d’environ 200 kW, soit 270 chevaux environ, pour le futur deuxième modèle.

L’ECO Assist, une aide précieuse pour gérer son autonomie

Le Mercedes EQA dispose d’un système de récupération d’énergie et de gestion de l’autonomie nommé ECO Assist. Celui-ci guide le conducteur avec des messages permettant d’adapter sa conduite au mieux. Il fonctionne avec le GPS et peut notamment dire à quel moment lâcher l’accélérateur pour ralentir de manière plus douce et ainsi régénérer la batterie.



Le système utilise les données de navigation, la reconnaissance des panneaux, ainsi que les données du véhicule en direct. Grâce au repérage du trafic en temps réel, il optimise l’utilisation du freinage régénératif pour augmenter l’autonomie de l’EQA.

Pour ne pas inonder le conducteur de messages qui pourraient le distraire, l’assistant affiche simplement un logo d’un pied détaché de l’accélérateur sur l’ordinateur de bord. Lorsque le conducteur s’exécute, la voiture adapte le fonctionnement du moteur et de la batterie pour répondre à cette gestion améliorée. Ainsi, le mode de fonctionnement s’adapte en direct pour optimiser la consommation d’énergie.

Un concentré de technologie dans l’habitacle

Dans son SUV compact, Mercedes utilise le système d’infodivertissement MBUX (Mercedes-Benz User Experience). Celui-ci est entièrement configurable dans la forme, comme sur le fond en choisissant quelles données afficher.

Le système de navigation est intelligent et choisit le parcours le plus simple jusqu’à la destination indiquée. Le système nommé Electric Intelligence peut prendre en compte les bornes de recharge sur le trajet, et tient compte d’autres facteurs.

Parmi ceux-ci, on trouve la consommation du véhicule, la topographie du trajet et les températures. Le trafic est également pris en compte. L’Electric Intelligence fonctionne de concert avec Mercedes me Charge, pour connaître les bornes disponibles. De fait, le véhicule planifie le trajet en proposant plusieurs points de recharge, et indique un niveau de charge optimal à atteindre à chaque borne.

Mercedes offre de nombreux systèmes de sécurité active et passive pour les passagers. On trouve les systèmes d’évitement des chocs et tout l’attirail classique. Par ailleurs, un système de détection des chocs sur les parkings et des tentatives de vol est également intégré. Celui-ci envoie en direct des informations au propriétaire sur les dégâts subis et sur la partie du véhicule concernée. Grâce à l’application liée au véhicule, le propriétaire reçoit même des notifications push sur son smartphone.

L’EQA 250 est annoncé à un prix débutant à 47 540 euros en Allemagne, un tarif qui devrait être similaire à celui appliqué chez nous. Il sera intéressant de voir s’il se situe sous la barre fatidique des 45 000 euros, qui déclenche le bonus écologique maximal. Il sera possible de le réserver en ligne dès le 4 février.