La Renault Clio s’électrifie pour la première fois en adoptant la motorisation hybride e-Tech. Mais suffit-il d’adopter une technologie complexe pour se frotter à la reine du segment, la Toyota Yaris ?

Si les citadines électriques poussent comme des champignons ces derniers mois, le segment s’électrifie aussi avec des motorisations hybrides. Et c’est notamment le cas, pour la première fois, de la Renault Clio, qui porte désormais le badge e-Tech. Le constructeur au losange, qui surfe déjà sur le succès avec la Zoé, ajoute ainsi une nouvelle corde à son arc.



La Renault Clio e-Tech vise sans conteste la Toyota Yaris Hybride, la référence en matière de voitures hybrides s’il en est. Apparue en 2011 au salon de Genève sous la forme du HSD Concept, la petite Nipponne est rapidement devenue une réalité et un best-seller. Mais la quatrième génération ne pourra plus régner seule.

Style : la Yaris plus originale

Née au pays du Soleil levant (mais toujours fabriquée en France, à Valenciennes), la Toyota Yaris cultive son image avec un style particulièrement marqué. Oubliez la précédente génération presque fade : la nouvelle mouture s’offre du muscle avec des ailes gonflées et un faciès expressif. À l’opposé, ma Renault Clio joue la carte du consensus, avec un style similaire aux versions thermiques et dans la continuité de la Clio 4. C’est peut-être un peu trop sérieux dans un segment où le style est un critère d’achat, mais la Clio profite d’une meilleure image sur son marché domestique.

Toyota Yaris Hybride Renault Clio e-Tech
Longueur  3 940 mm 4 050 mm
Largeur 1 740 mm 1 800 mm
Hauteur 1 470 mm 1 440 mm
Empattement 2 560 mm 2 580 mm

La Renault Clio est aussi à peine plus encombrante, avec une longueur de 4,05 m contre 3,94 m pour la Toyota Yaris. Rien qui devrait toutefois se montrer problématique dans les places de parkings étriquées en ville. La citadine française gère mieux ses porte-à-faux avec un empattement plus généreux de 2,58 m, quand la Yaris plafonne à 2,56 m.

Habitabilité : une Clio plus généreuse

Si l’empattement est en général profitable à l’habitabilité, les coffres départagent les citadines. Là encore, la Renault Clio conserve l’avantage avec un volume de 301 l contre 286 l dans la Yaris. Notons toutefois que si la malle de la Japonaise n’évolue pas, celle de la Clio perd le double fond depuis l’hybridation, soit un volume non négligeable de 90 l en moins par rapport aux thermiques.

À l’intérieur, les deux protagonistes font jeu égal en matière d’équipements et de technologies. Les combinés d’instrumentation sont numériques, un écran tactile trône au centre de la planche de bord et des commandes physiques subsistent pour le contrôle de la climatisation. La dalle centrale affiche une taille de 8 pouces dans la Yaris, mais celle de la Clio peut grimper à 9,3 pouces avec la finition haut de gamme Initiale Paris.

Moteurs et performances : Renault sort l’artillerie

Les deux citadines reposent sur un schéma traditionnel de la mécanique dite full-hybrid, ayant toutefois des particularités distinctes. Du côté japonais, le système est le plus classique, bien que profondément retravaillé pour cette quatrième génération de Toyota Yaris. La partie thermique est confiée à un 3 cylindres 1,5 l atmosphérique directement dérivé du bloc M20a de la Corolla. Son point fort : un rendement thermique de 40 % tout en haut du tableau. La transmission est toujours assurée par un système à trains planétaires et la dotation électrique évolue. La batterie, d’une capacité proche légèrement inférieure à 1 kWh, fait désormais confiance à une technologie lithium (plutôt qu’au nickel auparavant) et le moteur de traction peut délivrer plus de puissance.

Renault arrive tard, mais fort, dans le segment des motorisations hybrides. Sa proposition est toutefois aux antipodes de la simplicité du système Toyota. La Clio repose sur un 4 cylindre 1,6 l essence emprunté au Nissan X-Trail hybride japonais qui peut, dans certains cas, fonctionner en hybride-série. Il est associé à deux moteurs électriques : l’un pour lancer la voiture, l’autre pour prendre le relais et assurer la mobilité. Ils sont alimentés par une batterie plus grosse de 1,2 kWh. Si le bloc thermique affiche une puissance sensiblement similaire à celle de la Yaris (91 ch contre 92 ch) et les moteurs électriques moins puissants (49 ch contre 79 ch), la Clio annonce une puissance totale supérieure de l’ordre 140 ch, qu’elle envoie à une exotique et très complexe boîte à crabots.

Au final, la grosse armada technologique de la Renault Clio pèse lourd : avec 1 238 kg sur la balance, elle ne peut pas lutter contre la petite Japonaise de 1 090 kg. Et son ratio poids/puissance de 9,20 kg/ch contre 9,30 kg/ch sur la Yaris ne lui permet pas de prendre l’avantage en matière de performances avec un très léger écart sur le 0-100 km/h (9,9 s contre 9,7 s pour la Yaris).

Toyota Yaris Hybride Renault Clio e-Tech
Moteur essence  3 cyl. 1 490 cm3 4 cyl. 1 598 cm3
Puissance thermique 92 ch 91 ch
Couple thermique 120 Nm 144 Nm
Puissance électrique 79 ch 49 ch
Couple électrique 141 Nm 255 Nm
Puissance totale 116 ch 140 ch

Consommations : l’expérience de Toyota parle

C’est le chapitre le plus important et le plus révélateur concernant ces deux citadines hybrides. Et là, l’expérience et la simplicité du système hybride Toyota parlent : la Yaris annonce une consommation WLTP de 3,8 l/100 km pour 87 g/km de CO2. La Renault Clio se montre un peu plus gourmande avec une consommation de 4,3 l/100 km pour 96 g/km.



Un écart qui semble se confirmer lors de nos deux premiers essais réalisés indépendamment l’une de l’autre. Notre essayeur Hugo a ainsi pu noter une consommation de 3,9 l/100 km en Toyota Yaris Hybride et 4,7 l/100 km en Renault Clio e-Tech.

Prix : la Clio vaincue

Pourquoi faire compliqué, quand on peut faire simple : avec sa technologie exotique, la Renault Clio e-Tech ne parvient pas à prendre le large en matière de consommation moyenne. Mais si certaines de ses spécificités sont de véritables avantages au quotidien, sa grille tarifaire ne fait pas le poids.

La Renault Clio e-Tech débute au prix de 23 450 € avec la finition d’entrée de gamme Zen. Ce qui correspond très exactement au prix de la finition Design de la Toyota Yaris (qui débute à 21 950 € en version Dynamic), hors remise : car comme à son habitude, Toyota consent à de sérieuses ristournes. Quand la finition R.S. Line haut de gamme de la Clio réclame un chèque de 27 900 €, la Yaris Première, au prix de départ de 25 950 €, tombe à 23 950 €.

En attendant notre comparatif sur les routes, laquelle des deux à votre préférence ? Faites-nous le savoir dans les commentaires.