En proie à d’importants problèmes logiciels, Volkswagen pourrait être contraint de repousser les livraisons de sa compacte 100 % électrique, initialement prévues à l’été. Le constructeur pourrait accuser jusqu’à un an de retard avec des conséquences désastreuses pour le groupe.

Jusqu’à 300 bugs par jour

Selon le média allemand Manager Magazin, les essayeurs en charge des tests des prototypes rapportent jusqu’à 300 bugs par jour sur le logiciel qui équipe la voiture. Une information confirmée par Automotive News qui indique que les soucis rencontrés seraient liés à « l’architecture de base » du soft de la voiture. Selon certains ingénieurs du groupe, son développement a été réalisé de manière « trop hâtive ».



En pratique, ces problèmes ne sont pas nouveaux. Il y a quelques mois, Manager Magazin évoquait déjà ces difficultés. Ce dernier indiquait que le constructeur stockait les milliers de voitures déjà produites dans de vastes parkings dans l’attente d’une solution logicielle que les techniciens devront installer manuellement.

Des conséquences désastreuses

Si Volkswagen se voulait optimiste il y a encore quelques mois quant à la tenue du calendrier annoncé, le fait que ces problèmes persistent lève le doute sur sa capacité à tenir les délais.

Selon certains médias, la Volkswagen ID.3 pourrait prendre jusqu’à un an de retard par rapport au calendrier initial. Un scénario qui se révélerait désastreux pour le constructeur en termes d’image mais aussi de réglementation, l’ID.3 étant considérée comme l’un des principaux leviers du groupe pour tenir les objectifs CO2 imposés par l’Europe.

Des difficultés logicielles qui pourraient aussi occasionner des retards sur le lancement des modèles des autres marques du groupe, censés reprendre la même architecture logicielle que la compacte de Volkswagen.