Révélée le 15 octobre dernier à l’occasion de l’événement eWays, la Spring marque l’entrée de Renault et de Dacia sur le segment de la voiture électrique low cost. Automobile Propre vous révèle ses premières impressions à bord.

Des proportions préservées

Par rapport au concept éponyme présenté en mars dernier, la Spring de série conserve les mêmes dimensions avec 3,73 m en longueur, 1,62 m en largeur et 1,52 m en hauteur pour un empattement de 2,42 m. Avec 300 litres d’espace de chargement, le coffre offre un beau volume pour un véhicule de ce gabarit. Il se révèle même plus généreux que celui de la Twingo ZE, limité à seulement 219 litres.



Au niveau des places arrière, ce n’est évidemment pas miraculeux et les plus grands toucheront facilement les sièges de devant.

Un intérieur au plus simple

À l’intérieur, l’ambiance est vraiment « cheap ». Rehaussée d’un petit liseré bleu parcourant une partie de l’habitacle, la présentation reste très sommaire. Derrière le volant, pas d’instrumentation « full numérique » comme sur la Zoe. À l’ancienne, la Dacia Spring reprend les traditionnels compte-tours. Celui de gauche est un économètre indiquant les phases de consommation ou de récupération d’énergie tandis que celui de droite affiche le niveau de la batterie et le mode de conduite utilisé. Au centre des deux compte-tours, un petit écran indique la vitesse de pointe et l’autonomie restante estimée. Sous réserve d’avoir 10/10 aux deux yeux, vous pourrez même apercevoir une estimation en pourcentage du niveau de la batterie.

Optionnel, un écran tactile de 7 pouces trône au centre du tableau de bord. À défaut d’être jolie, l’interface se révèle plutôt réactive et assez complète. Assurant la gestion du système multimédia, elle intègre la navigation et s’annonce même compatible avec Apple CarPlay et Android Auto.

Sous le tableau de bord, un ensemble de boutons permet de régler la climatisation ou d’activer le mode Eco qui bride le moteur à 23 kW et la vitesse maximale à 100 km/h pour optimiser l’autonomie. La sélection des vitesses se fait directement par l’intermédiaire d’une molette qui offre le choix parmi trois modes de conduite : Drive, Neutre et Reverse. En matière de régénération, le mode « B » ne semble pas être de la partie.

Près de 300 km d’autonomie

Côté technique, la motorisation offre 125 Nm de couple et 33 kW (44 chevaux) de puissance. C’est trois fois moins qu’une Renault ZOE équipée du moteur R110. Si elle n’ose pas encore communiquer sur son 0 à 100 km/h, la petite Spring s’annonce polyvalente. Offrant une vitesse de pointe affichée de 125 km/h, la Spring permettra aux plus courageux de s’aventurer sur autoroute.

Totalisant 26,8 kWh, la capacité batterie de la Spring est étonnamment supérieure aux 21,3 kWh embarqués à bord de la Renault Twingo électrique. Résultat : l’autonomie WLTP du modèle de Dacia grimpe à 225 km en cycle mixte là où celle de la Twingo ZE plafonne à 180 km seulement. En urbain, territoire de prédilection de cette petite Dacia, l’autonomie est annoncée à 295 km.

Intégrée sur la calandre, la trappe de recharge inclut de série un connecteur type 2 autorisant une charge complète en 5 heures environ. Optionnel, le connecteur Combo se limite à 30 kW pour une recharge à 80 % réalisée en une heure.



Comme pour la ZOE, la trappe de recharge de la Dacia Spring est située sur la calandre

Premières livraisons à l’automne 2021

Fabriquée en Chine, la Dacia Spring sera déclinée en deux niveaux de finitions. Elle entamera ses livraisons à l’automne 2021.

En France, les tarifs du modèle n’ont pas encore été annoncés, mais la branche hongroise du constructeur a déjà vendu la mèche, annonçant un prix de 6 490 000 forints pour la version « haut de gamme », soit un peu plus de 17 700 €. En partant sur un ordre de prix de 15 000 à 16 000 € pour la version d’entrée de gamme, la Dacia Spring devrait sortir en France à un tarif, bonus déduit, aux alentours de 11 000 à 12 000 €.

Côté LLD, on attend encore les chiffres, mais cette Spring pourrait battre tous les records si elle parvenait à proposer des mensualités inférieures à 100 €/mois.

Notre avis sur la Dacia Spring

Laissant de côté l’esthétique et les équipements, la Dacia Spring est ce que l’on pourrait appeler une voiture « utilitaire », avant tout conçue pour les déplacements du quotidien. Son prix réduit pourra-t-il compenser son design peu flatteur et ses équipements et finitions limités ? Rien n’est moins sûr, car la voiture reste un objet statutaire pour bon nombre d’acheteurs. Preuve en est : même Dacia, avec le Duster en tête, a renouvelé ses modèles en leur offrant un caractère plus émotionnel.

Sur le plan technique, les choix du constructeur sont aussi discutables. La capacité batterie reste correcte pour un véhicule à l’usage purement citadin, mais la puissance apparaît clairement limitée. Au niveau de la charge, on aurait préféré que Renault opte pour son polyvalent chargeur embarqué 22 kW plutôt qu’une option DC Combo qui ne sera vraisemblablement utilisée que dans de rares cas. Au final et hormis les adaptations réglementaires obligatoires, cette Spring ne semble pas avoir subi de grosses modifications par rapport à la City K-ZE commercialisée en Chine. C’est un peu dommage…

Et vous ? Que pensez-vous de cette Dacia Spring ? Saura-t-elle rencontrer son public ? Seriez-vous prêt à franchir le pas ? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires.