Recyclage pilote de batteries à l'usine Volkswagen de Salzgitter

Avec cette unité pilote de recyclage, Volkswagen veut créer un circuit fermé de récupération des matériaux stratégiques dans les batteries lithium-ion.

Équipée de bornes de recharge alimentées en électricité verte, Salzgitter produit les rotors et stators des moteurs électriques de la Volkswagen ID.3 et s’apprête à fournir des quantités de plus en plus importantes de batteries lithium-ion.

Ce dernier point rendait désirable le site Vokswagen de Salzgitter pour récupérer le lithium, le nickel, le manganèse le cobalt, l’aluminium, le cuivre et le plastique des accumulateurs véritablement hors d’usage. Et ce, afin de réaliser de nouvelles cellules. Volkswagen Group Components vise un taux de recyclage supérieur à 90 %.

Avant de rentrer dans le processus, les éléments sont analysés afin d’en écarter ceux qui peuvent être exploités en seconde vie dans des systèmes de stockage, en particulier pour la recharge rapide flexible et/ou mobile développée par Volkswagen.



Le constructeur ne s’attend pas à des retours véritablement importants avant 8-10 ans. C’est pourquoi l’usine pilote de Salzgitter a été dimensionnée pour traiter dans un premier temps jusqu’à 3 600 systèmes de batteries par an. Ce qui représente, sur la balance, environ 1 500 tonnes. Le site évoluera par la suite avec les besoins réels observés.

« Innovant et économe en CO2, le processus de recyclage n’utilise pas la fusion dans un haut-fourneau qui exige beaucoup d’énergie. Les systèmes de batteries usagés sont livrés, entièrement déchargés et démontés. Les différentes parties sont ensuite broyées sous forme de granules, puis séchées », détaille le constructeur.

Une poudre noire résulte de ces processus, qui contient en particulier du lithium, du nickel, du manganèse, du cobalt et du graphite. Des partenaires spécialisés interviennent alors pour séparer les différentes substances par traitement hydro-métallurgique utilisant de l’eau et des agents chimiques.

Avis de l'auteur

Ancienne station thermale réputée pour ses eaux salines, et aujourd’hui ville allemande de 105 000 habitants en Basse-Saxe, Salzgitter devient de plus en plus une plaque tournante de la mobilité électrique pour le constructeur.

Les 90 % visés par le constructeur sont à comparer aux 82 % de recyclage en poids sur les batteries lithium-ion déjà obtenus en France dans un partenariat initié en 2014 entre VW et la Société nouvelle d’affinage des métaux (SNAM). Pour rappel, l’obligation européenne en vigueur n’est que de 50 % à ce jour.

Dans son communiqué, Volkswagen indique : « Les économies de CO2 sont évaluées à environ 1,3 tonne par batterie de 62 kWh produite en utilisant des cathodes fabriquées à partir de matériaux recyclés et utilisant de l’électricité verte ». Un volume qui apparaît très important, et qui mériterait d’être détaillé pour bien comprendre à quel niveau sont réalisés les divers gains.