L'imposante calandre de Aston Martin DBX Concept

Plutôt que d’externaliser ses groupes motopropulseurs comme il le fait aujourd’hui sur certains de ses moteurs à combustion, Aston Martin souhaite développer sa propre technologie pour ses futures voitures électriques.

Ne pas être dépendant de fournisseurs extérieurs en développant sa propre technologie. Telle est la stratégie d’Aston Martin qui, par la voix de son PDG, Andy Palmer, a indiqué vouloir « garder la technologie de base dans l’entreprise ». Une stratégie qui n’intégrera pas les batteries, dont les cellules seront toujours sourcées auprès de fournisseurs externes.

Attendue en 2019, la première voiture électrique d’Aston Martin sera la RapidE. Développée avec l’aide de Williams Advanced Engineering, elle reposera sur un groupe motopropulseur externalisé. Une stratégie logique puisqu’elle ne sera produite qu’à 155 exemplaires (voir notre article). Ce n’est que par la suite, avec des modèles à plus gros volumes comme la future version électrique du SUV DBX (ci-dessus), que le constructeur britannique développera ses propres groupes motopropulseurs. Affaire à suivre…

Voiture électrique : Aston-Martin veut produire ses propres groupes motopropulseurs
Notez cet article