A Genève, le Hyundai Kona électrique a présenté en première mondiale sur le stand de la marque coréenne. L’occasion pour nous de vous donner nos premières impressions en vidéo

Si cette déclinaison électrique reprend l’ADN du Kona thermique, elle se distingue par la présence d’une calandre « pleine » et de jantes spécifiques. A l’intérieur, le Kona électrique propose également une instrumentation et une planche de bord spécifiques.

En termes d’habitabilité, le positionnement de la batterie, placée sous le châssis, permet de ne pas perdre d’espace à bord. Seul le coffre perd en capacité avec un volume réduit de 29 litres en raison d’un double fond moins que profond que la version thermique (332 litres VS 361 litres). Pour compléter cet espace, le Kona électrique pourra embarquer une galerie sur le toit. En revanche, il ne sera à priori pas possible d’y atteler une remorque.

Standard Combo pour la charge rapide

Alors que le Kona électrique sera proposé en deux versions – l’une associant un moteur de 204 chevaux à une batterie de 64 kWh et la seconde couple un moteur de 135 chevaux à une batterie de 39.2 kWh – la présence du véhicule à Genève permet de confirmer la présence du standard Combo pour la recharge rapide. Celui-ci viendra compléter un dispositif de charge AC en 7.2 kW.

En Combo, le Kona électrique accepte jusqu’à 100 kW de puissance

Située à l’avant, la trappe s’ouvre avec une simple pression. En pratique, il nous a fallu plusieurs tentatives pour parvenir à l’ouvrir. Espérons que la version définitive sera plus ergonomique.

Autre élément intéressant à noter sur la partie recharge : la présentation d’un dispositif de charge par induction. A ce stade, on ne sait pas s’il ne s’agit que d’un démonstrateur ou si Hyundai compte proposer le système, ne serait-ce qu’en option…

4 modes de conduite

A l’intérieur, le fait de remplacer le levier de vitesses par des boutons permet au Kona électrique de gagner en espace. En termes de fonctionnement la voiture électrique de Hyundai propose quatre modes de conduite – Eco, Eco+, Comfort et Sport – qui feront varier les sensations de conduite et l’autonomie réelle constatée.

Sur le Kona électrique, pas de levier de vitesses mais des boutons pour passer d’un mode de conduite à un autre.

Affichée sur l’instrumentation, l’autonomie se met automatiquement à jour selon le mode choisi, passant de 369 km en version sport à 380 km en version Eco. Une autonomie annoncée avec une batterie chargée à 75 % sur le modèle exposé à Genève qui laisse espérer que les 470 km annoncés en cycle WLTP pourront être réalisables dans des conditions « hors autoroutes ».

Au niveau de l’instrumentation, figure à droite le niveau de charge de la batterie et à gauche un économètre qui permet de constater lorsque la voiture dépense ou récupère de l’énergie. Un bon point pour mieux gérer l’éco-conduite.

Navigation, Android Auto ou Apple Car Play… au-delà des fonctionnalités « classiques » proposées sur le Kona thermique, l’ordinateur de bord du Kona électrique propose un mode spécifique pour la partie électrique. Celui-ci permet de suivre l’état de la batterie, le mode de conduite sélectionné et de paramétrer des options telles que l’alerte de fin d’autonomie, la recharge différée, la présentation des points de recharge où l’estimation, via la carte, du périmètre atteignable avec l’autonomie de la batterie.

Sur la partie sécurité, le Kona reprend les éléments du pack SmartSense intégrant régulateur adaptatif, freinage d’urgence autonome avec détection des piétons, assistance au maintien de voie, aide au maintien de trajectoire, surveillance des angles morts, alerte de circulation transversale arrière, détection de fatigue, reconnaissance des panneaux et feux de route intelligents.

Aux alentours de 40.000 euros

En France, la commercialisation du Hyundai Kona électrique interviendra rapidement puisque les premières livraisons sont attendues dès l’été 2018.

Si Hyundai n’a pas encore révélé les tarifs du Kona électrique, les équipes du constructeur nous ont confirmé que son tarif sera supérieur à celui de la Ioniq avec un prix de l’ordre de 40.000 euros hors bonus pour la première version. Une façon d’étaler correctement la gamme et d’éviter tout cannibalisme entre les deux modèles. Plus d’informations à paraitre demain lors de notre interview vidéo avec le Directeur Général de la marque…

Vidéo : nos impressions à bord du Hyundai Kona électrique à Genève
4.7 (94.44%) 18 votes