Volkswagen : Un nouveau dieselgate avec les moteurs Euro 6 ?


Publicité

C’est ce que prétend SWR, une chaîne de télévision allemande qui dépend de l’organisme de droit public éponyme. Le constructeur a immédiatement démenti, mais les arguments mis en avant par le média sont troublants. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle affaire est à appréhender avec une grande prudence.

EA288

EA288, c’est le moteur diesel Euro 6 du groupe Volkswagen qui a succédé au bloc EA189, celui par lequel le scandale du Dieselgate est arrivé.

Il équipe, dans ses versions TDI de 1,6 et 2 litres de cylindrée, non seulement des Golf, Tiguan et Passat, mais aussi des véhicules produits par Audi, Skoda et Seat, 3 marques qui dépendent du constructeur de Wolfsbourg.

Disponible depuis 2012, il a ainsi été monté à ce jour sur plusieurs centaines de milliers d’engins.

A nouveau un logiciel aurait été détecté qui modifierait le niveau d’injection d’AdBlue lorsque le véhicule serait soumis aux tests NEDC d’émissions à l’échappement.

Accusé par le même expert

Axel Friedrich est expert en automobiles outre-Rhin. En Europe, c’est lui qui a confirmé en 2015 la fraude de Volkswagen après les accusions formulées aux Etats-Unis. Il a fait partie de la commission d’enquête sur le diesel formée par le Bundestag, le Parlement allemand.

Difficile de balayer d’un simple revers de main, comme semble le faire le constructeur, les nouvelles déclarations d’Axel Friedrich. Surtout lorsqu’il évoque les indices sur lesquels il s’appuie, validés par la chaîne de télévision allemande.

Réponse de Volkswagen

Interrogé par SWR, Volkswagen nie l’existence d’un dispositif de reconnaissance de cycle sur ses nouveaux modèles : « Les véhicules équipés du moteur diesel EA288, conformément à la norme d’émissions actuelle de l’UE6 dans l’UE 28, ne comportent pas de reconnaissance de cycle ».

Le constructeur affirme que les courbes de marche du moteur « n’ont aucune incidence sur le respect des limites d’émission ».

De son côté, le ministère fédéral des Transports semble donner raison au groupe industriel en affirmant ne voir aucune preuve dans ce nouveau dossier.

Evoqué dans des documents confidentiels ?

Pourtant, Axel Friedrich et la chaîne de télévision allemande assurent que des documents internes du département de développement technique de Volkswagen, datant de fin 2015, décrivent en détail le fonctionnement de la détection de cycle sur ce moteur.

En clair, il y aurait bien un logiciel pour reconnaître un test de gaz d’échappement, comme sur le moteur EA189. « L’utilisation et la détection du […] NEDC, pour déclencher le basculement de la voie d’émission brute vers une voie d’émissions contrôlée », pourrait-on lire sur une des pages techniques estampillées VW. La stratégie de dosage de l’AdBlue serait même décrite en distinguant 2 cas : dans ou en dehors du cycle de tests.

« Le véhicule détecte si il est sur un banc d’essai – l’AdBlue injecté est alors suffisant ; en conduite normale, sur route, on utilise beaucoup moins d’AdBlue », traduit Axel Friedrich.

Des plaintes déjà déposées

Selon SWR, des propriétaires de véhicules produits par le groupe Volkswagen ont déjà déposé plainte contre le constructeur, devant les tribunaux, au sujet des émissions à l’échappement des moteurs EA288.

Un de leurs avocats, Maître Andreas Baier, du barreau de Karlsruhe, est plus que confiant sur l’issue de leurs démarches : « Ces documents sont vraiment géniaux et ils propulsent le scandale à un tout autre niveau ».

De son côté, Axel Friedrich accuse d’inactivité le ministère fédéral des Transports et le KBA, l’autorité allemande de régulation du secteur automobile. Il affirme : « Le scandale du diesel continuera tant que nous auront des diesel, et c’est ce qui me préoccupe le plus ».

Quoi qu’il en soit, les procédures engagées devraient s’étaler sur des mois, avec des conséquences très incertaines.

NEDC/WLTP

« Est-ce pour rectifier à leur avantage les valeurs des émissions à l’échappement des diesel que les constructeurs allemands continuent à baser leurs tests sur le cycle NEDC, et non le WLTP auquel leurs homologues des autres pays se conforment déjà depuis des mois ? Si oui, la liste des accusés va s’allonger », entend-on déjà autour de cette nouvelle affaire.

Au moment où nous publions le présent article, le cours de l’action Volkswagen semble insensible aux fraîches accusations mises en avant par SWR.


Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2020 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre