Chargeprice

Depuis mars 2020, Chargeprice compare les prix aux bornes de recharge en France selon les opérateurs. Cofondateur, Quentin Ducreux-Lerebours explique la démarche.

Chargeprice est né de la volonté de 3 utilisateurs de véhicules électriques. Il s’agit des deux Français Guillaume Bouley et Quentin Ducreux-Lerebours, et de l’Autrichien Niklas Hösl. Ils avaient remarqué que des différences importantes de tarification pouvaient exister sur un même chargeur en passant par des opérateurs différents.



Quelques simulations sur Chargeprice montrent effectivement des situations très surprenantes. Ainsi, pour la recharge lente dans une station Total à Rennes, nous avons trouvé une fourchette de prix qui s’étend de 5,22 à 127,16 euros. Un résultat à prendre toutefois avec précaution, car la collecte des informations n’est pas si simple.

Différents filtres sont proposés pour obtenir les résultats les plus pertinents. Ainsi le modèle de véhicule, la puissance de recharge, une sélection sur les opérateurs, etc.

D’abord la partie germanophone

« La partie germanophone qui couvre l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche existe depuis 2 ans. Sur ces territoires, la structure des prix est plus simple. L’application est accessible et utilisable pour la France depuis le premier confinement, c’est-à-dire mars 2020 », lance Quentin Ducreux-Lerebours.

« Les 2 autres cofondateurs et moi avions la même approche du problème. Et la même éthique qui nous a poussés à proposer une application accessible gratuitement avec un fonctionnement communautaire. C’est pourquoi nous ne souhaitons pas acheter de fichiers de données », explique-t-il.

« Ainsi pour la localisation des bornes qu’il est possible d’obtenir à partir de bases publiques. Pour la France, nous avons réalisé notre propre fichier », poursuit-il.

Et pour les tarifs ?

« En ce qui concerne les tarifs aux bornes de recharge, nous procédons de différentes manières. Avec les opérateurs les plus collaboratifs, nous disposons d’une connexion directe via une interface API. C’est de loin le meilleur schéma, qui nous permet d’indiquer les nouveaux prix avec le plus de fiabilité et de réactivité », souligne notre interlocuteur.

« Des opérateurs nous envoient leurs changements de tarifs. Pour les autres, nous disposons de moyens automatisés et légaux pour récupérer les données. Les membres de la communauté participent également pas mal en nous faisant parvenir leurs observations », ajoute-t-il.

« Nous bénéficions de très bons rapports avec Fastned et les opérateurs britanniques. Il n’est pas toujours possible techniquement de fonctionner avec une connexion directe. Nous sommes en train de travailler cette possibilité avec Freshmile et KiWhi Pass », illustre-t-il. « Nous demandons aux opérateurs de nous faire confiance. Et aux utilisateurs de participer à la transparence des prix », insiste ce collaborateur chez Electric 55 Charging, et ancien de Plugsurfing.

Une base communautaire

« Les membres de la communauté nous signalent les erreurs qu’ils remarquent. Cette action permet déjà de modifier notre base. Parfois, plusieurs d’entre eux nous indiquent avoir reçu des factures qui ne correspondent pas aux tarifs affichés. Dans ce type de cas, nous contactons le support des opérateurs concernés. Il est arrivé que nous obtenions des remboursements pour les utilisateurs », rapporte Quentin Ducreux-Lerebours.



« Nous avons connu des événements marquants avec quelques opérateurs. Ainsi pas mal de tarifs erronés avec ChargePoint que nous n’arrivions pas à joindre. Tout ce qui était indiqué comme gratuit a finalement été supprimé. Avec KiWhi Pass, c’était compliqué au moment de leur rachat pour obtenir des informations fiables. Et ce du fait d’un manque de maîtrise de leur côté au niveau des outils techniques », remonte-t-il.

Il cite en anecdote le cas de Maingau énergie, devenu EinFachStromLaden : « Du fait d’une opération de sponsorisation dont ils étaient bénéficiaires, leurs tarifs étaient parfois très bas. En particulier pour l’accès au réseau Ionity. On a alors assisté à une véritable explosion de nouveaux badges Maingau en France ».

Une couverture qui s’étend

« La couverture de Chargeprice continue à s’étendre. Nous sommes en cours de développement pour l’Espagne. Nous nous réjouissons de la très bonne collaboration avec les opérateurs du Royaume-Uni. L’équipe s’intéresse aussi aux pays nordiques, mais également à l’Europe de l’Est. En particulier, les destinations prisées par les Allemands, telles la Slovénie, la Croatie et la Hongrie », révèle Quentin Ducreux-Lerebours. « L’Italie sera un des prochains pays que nous inclurons à l’application. Pour la zone du Benelux, nous rencontrons des difficultés pour obtenir des prix fiables », déplore-t-il.

« Nous recevons beaucoup de demandes pour le développement d’un route planner. Et d’autres fonctionnalités nouvelles. Comme l’affichage des prix sur les cartes », remonte-t-il.

« Beaucoup de personnes nous ont bien aidés. Un utilisateur adorait notre concept et souhaitait l’utiliser sur son téléphone. Développeur chez Digital Bakers, il s’est occupé gratuitement de réaliser l’intégration IOS. Pour Android, c’est Quentin Le Cam qui a assuré ce rôle », tient-il à mettre au jour.

Sources de revenus

Comment fonctionne le service Chargeprice proposé gratuitement ? « Nous pouvons compter sur plusieurs sources de revenus. Par exemple, en effectuant des rapports de positionnement pour des opérateurs. Nous vendons aussi des données. Notre base pour la localisation des bornes en France, par exemple, est fiable. Nous recevons nombre de demandes à ce sujet, à partir de bases publiques que nous avons validées et enrichies », répond le cofondateur de l’application Chargeprice.

« Il existe d’autres pistes encore. Comme une possible rémunération à notre bénéfice quand des utilisateurs cliquent pour souscrire à une carte de recharge », complète-t-il.

Macartederecharge.fr

« Un peu comme un comparateur d’assurance, nous sommes en train de développer l’application macartederecharge.fr. Attention, cet outil, même s’il est déjà en ligne, est en version bêta. Les résultats obtenus ne sont pas encore très fiables », prévient Quentin Ducreux-Lerebours.

Ce nouveau calculateur permet, à partir d’informations personnelles saisies, d’identifier les opérateurs les plus avantageux. Sont ainsi demandés le modèle de voiture électrique, son utilisation, les lieux de résidence et de travail, mais aussi le kilométrage mensuel effectué, la distance pour les plus longs trajets, etc. Les réponses vont de l’opérateur le moins cher à celui pratiquant les tarifs les plus élevés. En face de chacune des formules alignées se trouve un bouton de souscription.

« Nous rencontrons quelques soucis pour finaliser les développements. En particulier pour la France où les conditions sont différentes d’une région à l’autre. L’application devrait cependant être stabilisée avant la fin de l’année. Pour l’Allemagne et l’Autriche, ça devrait être bon avant l’été », conclut notre interlocuteur.

Automobile Propre et moi-même remercions Quentin Ducreux-Lerebours d’avoir répondu rapidement à notre sollicitation.