Le Tesla Model X en première européenne à Genève

Cinq mois après sa révélation en Californie, le Tesla Model X traverse enfin l’Atlantique pour un premier bain de foule à l’occasion du salon de l’automobile de Genève. Un modèle qui ne manque de faire sensation sur le stand Tesla et dont les premières livraisons en France sont attendues en juillet 2016.

Un design bien à lui

Si le lien de parenté avec la Tesla Model S est évident, le Model X bénéficie de plusieurs améliorations, notamment sur le plan aérodynamique pour limiter sa consommation. La calandre a ainsi été redessinée et rabaissée pour faire passer le coefficient de pénétration dans l’air à seulement 0.24 Cx.



Mais surtout, c’est par l’utilisation de ses portes arrière « Falcon » que le Model X se distingue. Un pari technique risqué pour le constructeur mais qui lui permet de s’affirmer sur un segment très convoité en offrant, en sus de sa technologie unique, un concept exclusif et audacieux. Ainsi, si le Model X peut paraitre quelque peu « banal » en configuration « fermé » il s’impose dès lors que ses portes « papillon » sont ouvertes.

SUV 7 places

Capable d’accueillir jusqu’à 7 passagers selon sa configuration, le Tesla Model X est divisé en trois rangées de siège. Si les deux premières laissent suffisamment d’espace pour les jambes, la dernière sera davantage réservée à de jeunes enfants ou à des adultes de petits gabarits. Pour y accéder, il suffit d’actionner un bouton pour faire bouger électroniquement la seconde rangée de sièges, le tout intervenant dans un mouvement particulièrement gracieux. En cuir blanc, la sellerie donne une belle luminosité à l’intérieur tout en restant disponible dans deux autres couleurs beige et noir.

A l’avant, le Model X reprend la même planche de bord que la Tesla Model S dans laquelle on retrouve le gigantesque écran tactile de 17 pouces placé en position verticale. Le tout est particulièrement élégant sans toutefois parvenir à rivaliser avec les qualités de finitions des modèles allemands.

Côté espace de chargement, vous aurez largement de quoi faire, l’emplacement de la batterie, située entre les deux essieux, permettant d’obtenir un coffre particulièrement spacieux auquel vient s’ajouter un second espace de rangement à l’avant.

Quelques petits couacs

Si le Model X présenté à Genève est annoncé comme un modèle de série, il n’est pas dépourvu de quelques petits défauts.

Tout d’abord, les fameuses portes en papillon ne semblent pas apprécier la foule concentrée autour de la voiture, les capteurs embarqués empêchant l’ouverture ou la fermeture correcte des portes. Un test qui démontre toutefois que les capteurs jouent bien leur rôle préventif pour empêcher un quelconque incident avec les portes Falcon.

A cela s’ajoute quelques petits détails comme le « clonc » disgracieux à la fermeture des portes avant, indigne d’un véhicule de série placé sur un segment premium. Des petites erreurs qui font un peu tâche d’huile et qui, espérons-le, seront corrigées d’ici à l’arrivée du modèle en France

Premières livraisons en France en juillet 2016

Pour rappel, le Tesla Model X sera disponible en trois versions, toutes à transmission intégrale : 70D, 90D et P90D avec des autonomies allant de 400 à 470 km, une vitesse maximale de 250 km/h (225 km/h pour la 70D) et un 0 à 100 km/h franchi en 3.4 secondes avec l’option Ludicrous.

Comme à son habitude, Tesla commencera par servir les modèles les plus haut de gamme. Les clients ayant pré-réservé les Model X « Signature » devraient être invités à configurer leur véhicule dans les jours à venir, ce qui nous donnera sans doute une première idée du prix, avec des livraisons attendues à partir de juillet en France. Pour les autres finitions, il faudra encore être patient…