Sept ans après l’Outlander PHEV, le nouvel Eclipse Cross introduit la technologie hybride rechargeable sur un segment plus compact. Nous avons pu découvrir le premier exemplaire en terres françaises avant son lancement en 2021.

En 2013, le Mitsubishi Outlander PHEV était un pionnier. À l’époque, on ne parlait pas vraiment d’hybride rechargeable, laissant le SUV au rang de curiosité. Enfin pas tant que ça. Avec 250 000 exemplaires, dont plus de 160 000 en Europe, le SUV nippon est resté longtemps le roi de sa catégorie. En 2019, il comptait encore 34 729 immatriculations en Europe, dont 3 171 en France.



Mais après plus de 7 ans de carrière, l’Outlander PHEV est forcé de se retirer, ne passant plus les dernières normes antipollution. Dans une sorte de passage de relais, il revient dans un format plus compact sous la coupe de son petit frère Eclipse Cross auquel il lègue ses organes vitaux.

Un style affirmé mais un intérieur daté

L’Eclipse Cross rappelle un ancien coupé, disparu depuis les années 2000. En ajoutant le suffixe « Cross », on obtient un SUV compact lancé en octobre 2017. En 2020, il se restyle pour gagner 14 centimètres et surtout pour revoir sa copie. Son faciès affine les optiques en s’appuyant sur le concept eX de 2015 et « lisse » un hayon trop torturé. Avec une signature lumineuse plus sympathique, il offre surtout une meilleure vision arrière sans la lunette coupée en deux.

À l’intérieur, c’est un peu la douche froide. On se sent transporté 10 ans en arrière, dans le conservatisme japonais un peu austère. Néanmoins, les commandes de boîtes et modes reprises de l’Outlander sont plus flatteuses. L’écran central est clairement daté, avec une réactivité quelconque, une qualité d’affichage moyenne, des angles de vision faibles, bien que sa dalle mate évite les reflets. Les compteurs sont ceux du grand frère, avec un petit écran de bord. On y retrouve le compteur de vitesse avec indicateur de freinage régénératif, ainsi qu’une petite jauge de batterie et de carburant. L’écran central illustre de façon simple mais efficace le système et son fonctionnement, ainsi que l’autonomie restante.

Niveau habitabilité, on ne manque pas de place aux coudes ni aux jambes, la garde au sol étant largement suffisante pour les grands gabarits. Le coffre a été rallongé pour ne pas perdre en volume, et même en gagner malgré la présence d’un moteur électrique arrière. On obtient ainsi 328 litres, avec un double fond partiel acceptant câbles et petits objets.

Un système hybride emprunté à l’Outlander PHEV

Le groupe motopropulseur hybride rechargeable est celui de l’Outlander PHEV. Mitsubishi n’a modifié que la puissance du bloc essence 4 cylindres 2,4 litres, réduite de 135 à 98 chevaux. Il épaule le moteur électrique avant de 82 chevaux/137 Nm et arrière de 95 chevaux/195 Nm. Malgré sa taille inférieure, l’Eclipse Cross pèse davantage avec 1 900 kg, soit 380 de plus que l’ancienne version essence. Ainsi, ses performances sont moindres avec près de 11 secondes pour réaliser le 0 à 100 km/h.

La batterie est identique à l’Outlander. Dotée de 80 cellules, elle totalise 13,8 kWh de capacité brute. Cela donne une autonomie de 45 kilomètres en tout électrique selon le cycle WLTP. Attention, ce cycle est théorique et ne prend pas en compte les différents modes (électrique, hybride et Save avec recharge via bloc essence). Côté recharge, l’Eclipse Cross PHEV offre la possibilité de charger rapidement, mais sur format CHAdeMO avec compatibilité V2x. La puissance y est de 22 kW soit 25 minutes pour gagner 80 % d’énergie. Sur la prise Type 2 (une évolution du Type 1 de l’Outlander), on grimpe jusqu’à 3,6 kW pour charger totalement en 4 heures.

Un autre système vient allumer le moteur essence en cas non-utilisation pendant 90 jours, afin « de protéger le système d’injection ». Enfin, la boîte variable continue CVT est typiquement japonaise, sans vitesse donc. L’Eclipse Cross y ajoute 5 paliers de régénération, réglables via les palettes au volant.

Côté essence, le réservoir de 43 litres imite l’ancien grand frère, tout comme sa consommation moyenne de 2 l/100 km. Une valeur qui reste indicative. Dans la réalité, on pourra aussi bien réaliser 50 kilomètres sans consommer une goutte de carburant que grimper à 8,5 l/100 km sur autoroute une fois la batterie déchargée.



4 finitions à partir de 39 990 €

Avec un plus petit gabarit, le Mitsubishi Eclipse Cross PHEV serait donc moins cher que l’Outlander ? Que nenni, il démarre à 39 990 €, soit 2 500 € de plus. Un tarif que la marque justifie par le fait que l’Outlander était déjà peu cher pour ses dimensions et par le niveau d’équipement supérieur du nouveau-né.

L’Eclipse Cross accueille 4 finitions : Invite, Intense, Intense Edition et Instyle. De série, le SUV hybride rechargeable embarque le système à écran 8 pouces avec compatibilité Android/Apple, climatisation bizone, caméra de recul, sièges avant chauffants. La navigation GPS, l’affichage tête haute et les phares 100 % diodes équipent l’Intense tandis que l’Intense Plus récupère le régulateur de vitesse adaptatif, la caméra 360° et le détecteur d’angle mort. À noter : les photos illustrent la finition Instyle à 47 490 €, comprenant les bas de caisse couleur carrosserie et la sellerie cuir. Il y manque le toit vitré, non présent sur l’exemplaire de préproduction photographié.

Les commandes du Mitsubishi Eclipse Cross PHEV débuteront courant décembre 2020. Les livraisons interviendront en mars 2021, moment où nous pourrons l’essayer et vous livrer un verdict complet ! La marque espère pouvoir en écouler 2 500 exemplaires l’an prochain.