Avec les récentes inondations en France, et ailleurs dans le monde, des Internautes s’inquiètent sur les réseaux sociaux des risques à utiliser et recharger normalement une voiture électrique sous et/ou après de fortes pluies.

La notice d’une Citroën C-Zero en exemple…

Bien avant d’avoir à être confronté à d’importantes précipitations ou à des routes inondées, une des priorités est de lire la notice du constructeur de votre voiture électrique sur ces sujets.

Publicité


Prenons celle d’une Citroën C-Zero de 2012 pour laquelle les mises en garde sont multiples. « Ne lavez pas le véhicule pendant la procédure de recharge de la batterie » ; « Afin de ne pas endommager les organes électriques, il est formellement interdit d’utiliser le lavage à haute pression dans le compartiment avant et sous le châssis » ; « Evitez soigneusement toute entrée d’eau ou de poussière dans la prise, sous son couvercle ou dans le pistolet de recharge : Risque d’incendie ou d’électrocution » ; « Après la recharge, ne laissez pas le câble branché sur la prise. Risque de court-circuit ou d’électrocution en cas de contact ou d’immersion dans l’eau » ; etc.

…et celle d’un Kia Soul EV

Trois fois plus épais que la notice d’une Citroën C-Zero, celle d’un Kia Soul EV de 2016 avertit : « Avant de brancher le chargeur, vérifiez que le connecteur du câble de charge et la fiche sont exempts d’eau et de poussière pour éviter tout risque d’incendie ou d’électrocution » ; « Utilisez un chargeur résistant à l’eau » ; « Ne touchez pas le connecteur et la fiche de charge avec les mains mouillées » ; « Ne branchez pas le câble de charge si vous avez les pieds dans l’eau ou la neige » ; « Ne chargez pas votre véhicule lorsque le connecteur et la fiche de recharge sont humides » ; « Si le véhicule est inondé, coupez immédiatement le moteur et mettez-vous à l’abri » ; « N’utilisez pas d’eau sous pression pour nettoyer le compartiment moteur : Vous risqueriez d’être électrocuté ou d’endommager le système électrique du véhicule » ; « Evitez de rouler dans des zones inondées à moins que vous ne soyez sûr que le niveau d’eau ne dépasse pas la base du moyeu de la roue » ; etc.

De la flaque d’eau…

Le passage dans une grosse flaque d’eau, avec une voiture thermique ou électrique, n’est jamais souhaitable. Ne serait-ce que par la perte de contrôle du véhicule qui peut en résulter.

Quoi qu’il en soit, par prudence, il est préférable d’éviter les fortes projections d’eau sous le châssis, surtout lorsque la batterie est bien exposée sous la voiture, comme sur une Citroën C-Zero, justement.

Dans une dizaine de centimètres d’eau, par exemple, il est donc préférable d’évoluer relativement lentement, même si les actuelles voitures électriques disposent de packs et de moteurs électriques étanches (le circuit 400 ou 800 V DC n’est pas « à l’air libre »).

… à la chaussée inondée

Si la hauteur d’eau effleure le châssis sur une distance de plusieurs mètres, il vaudra mieux ne pas traîner : les éventuels risques d’infiltrations sont plus forts en fonction de la durée pendant laquelle le soubassement de la voiture sera en contact avec le liquide.

Différentes vidéos sur Internet attestent de la faculté des voitures électriques à passer sur des routes inondées où des modèles thermiques restent bloqués, moteur noyé.

La Nissan Leaf, les 3 modèles de Tesla, et la Renault Zoé sont les voitures électriques pour lesquelles différents propriétaires ont eu à vivre cette situation, sans dommage a priori pour le véhicule.

Publicité


 

Long séjour dans l’eau

Quelle que soit la motorisation, un séjour de quelques heures ou plusieurs jours dans une eau qui touche le châssis est mauvais. Les risques d’infiltration sont très grands, comme en témoignent à nouveau des vidéos sur Internet.

Les Tesla ne sont pas épargnées, même si, après ouverture des packs et séchage des cellules et de la connectique, quelques « apprentis sorciers » assurent pouvoir à nouveau utiliser leurs américaines électriques.

Un relais de sécurité s’active en cas de court-circuit pour éviter les risques d’électrocution.

Toutefois, en cas de séjour prolongé, dans l’eau, d’une voiture électrique, le meilleur réflexe est encore de contacter un dépanneur pour que le véhicule soit pris en charge par un technicien formé pour intervenir dessus.

Recharge domestique sous la pluie

A éviter absolument : la recharge domestique sous une pluie battante avec le câble-boîtier fourni par le constructeur. L’ensemble est supposé étanche, mais inutile de prendre un risque. Passerait-on l’aspirateur dans l’habitacle d’une voiture en laissant l’appareil sous une forte pluie ?

Le risque de prendre un « coup de jus » viendra davantage de la prise domestique que de la voiture elle-même.

A exclure, même si ce n’est pas toujours facile ou possible, la manipulation des câbles avec les mains et/ou le matériel mouillé(s), ou les pieds dans l’eau. Pas de branchement de connecteurs s’ils ne sont pas rigoureusement secs.

Dans tous les cas, pas de recharge sous un orage.

Recharges sur bornes rapides et accélérées

Les choses sont un peu différentes pour les recharges rapides DC et accélérés AC. Globalement, les précautions à prendre restent les mêmes : ne pas manipuler les câbles les pieds dans l’eau, les brancher si les connecteurs sont mouillés, etc.

Ce qui change ici, c’est que le courant ne circulera qu’après contrôle électronique. Ainsi, avec une détection de court-circuit, par exemple dû à un connecteur trempé, la charge ne démarrera pas, et le risque d’électrocution au branchement devrait pouvoir être exclu. Idem pour déconnecter le câble si la procédure d’arrêt de charge a bien été respectée.

Tant que l’opération de ravitaillement en énergie est en cours, il ne faut surtout pas s’amuser à toucher les pistolets et connecteurs avec les mains humides ou si ce matériel est mouillé.

Il s’agit là avant tout d’une précaution élémentaire. Mais, concrètement, tous les éléments sont protégés contre les risques électriques, et les prises et connecteurs sont adaptés à une manipulation par des non professionnels dans toutes les conditions habituelles d’utilisation.

Et ça marche : Combien de personnes électrocutées en France devant une borne de recharge ?

Lavage haute pression

Le risque, avec la haute pression, c’est que certains dispositifs d’étanchéité soient soumis à une force qui ne leur permettraient plus, ne serait-ce que temporairement, d’empêcher l’eau de passer.

Voilà pourquoi il ne faut pas arroser avec de puissants jets à l’intérieur des compartiments où sont logés les différents éléments du groupe motopropulseur. Idem pour le châssis, essentiellement si le pack de la batterie et des éléments de connectiques sont exposés.

Attention, car certains programmes de lavage au rouleau incluent des projections à haute pression dans les passages de roue et sous le châssis.

Enfin, dernière recommandation, si de l’eau s’est invité dans les connecteurs de recharge de la voiture, l’idéal sera de les sécher avec une soufflette à air comprimé : ne surtout pas utiliser manuellement un tissu absorbant.

Publicité