Essai – Renault Megane e-Tech EV60 : quelle différence de consommation entre été et hiver ?


Renault Megane e-Tech

La température a un rôle sur l’autonomie d’une voiture électrique. Pour faire le point, nous repassons une Renault Megane e-Tech sur notre banc d’essai.

Publicité

Pour faire le point sur les consommations en conditions réelles d’utilisation, nous avons développé les Supertests Automobile Propre. L’idée : passer en revue les voitures du moment sur les mêmes routes et avec le même protocole de préparation et de conduite pour chacune d’elles, et ce, afin d’établir une hiérarchie et des points de comparaison.

Mais la consommation d’une voiture électrique, et donc son autonomie, est très sensible aux différents facteurs et peut rapidement varier. Notamment en raison de la température extérieure. Nous en avons en conscience, vous aussi, mais là est la limite de notre Supertest : nous ne pouvons pas essayer toutes les voitures au même moment, avec les mêmes conditions climatiques.

À lire aussi Essai – Renault Megane e-Tech EV60 : quelle différence de consommation entre été et hiver ?

Malgré notre protocole strict, avec notamment une climatisation toujours réglée entre 20 °C et 22 °C et une mise en température de la voiture avant les tests, des variations peuvent exister. Mais dans quelles proportions ? Tant qu’à disposer à nouveau d’une Renault Megane e-Tech EV60, nous avons décidé de remettre le couvert sur notre boucle type pour découvrir son autonomie estivale et les écarts qui peuvent exister.

Autonomie Renault Megane e-Tech : 335 km par température froide

Bref rappel des faits. C’est la Renault Megane e-Tech qui a eu l’honneur d’inaugurer notre rubrique Supertest. Et plus précisément, un exemplaire EV60 Optimum Charge, passé au crible au tout début du mois de mars. À cette période, nous avions mesuré la compacte électrique par une température extérieure de 9 °C, avec une climatisation réglée en mode Auto à 20 °C.

Au terme d’une boucle parfaitement mixte réalisée dans les deux sens, la compacte électrique a alors avoué une consommation moyenne de 17,9 kWh/100 km. Une valeur lui permettant d’offrir, dans ces conditions, jusqu’à 335 km d’autonomie avec sa batterie de 60 kWh de capacité nette.

Autonomie mixte – 9 °C ext.
Route Voie rapide Ville Total
Conso. moyenne A/R (kWh/100 km) 16,9 20,5 16,4 17,9
Autonomie totale théorique (km) 355 292 365 335

Ce nouveau modèle que nous avons pu essayer est quasi identique. Il s’agit plus exactement d’une version Techno, mais disposant des mêmes équipements que la version Iconic essayée en hiver grâce aux packs optionnels. La différence de poids, qui n’apparaît même pas sur la fiche technique, ne devrait avoir aucune influence. Elle repose aussi sur les mêmes jantes de 20 pouces chaussées en Goodyear EfficientGrip Performance Electric Drive.

Mise en température selon la même procédure et avec une climatisation réglée à 20 °C, cette nouvelle Megane a donc été menée sur les mêmes routes sous une température de 24 °C désormais. Soit 15 °C de différence par rapport à notre premier essai, et maintenant dans des conditions optimales. Aussi, précisons que nous avons aussi fait le choix de rouler aux heures sombres de la nuit, afin d’évoluer au plus bas dans la courbe des températures, mais aussi d’éviter l’effet du soleil, qui pourrait mettre la climatisation automatique à rude épreuve.

Autonomie en été : 384 km

Les différences de consommation se sont rapidement fait sentir avec la météo actuelle. Au terme de cette boucle, la Mégane estivale a enregistré une consommation moyenne de 15,6 kWh/100 km, soit une baisse de 12,85 % par rapport à la consommation hivernale. Avec la batterie de 60 kWh donc, cela correspond à une autonomie moyenne de 384 km, soit 14,63 % de mieux que notre précédente mesure.

Plusieurs facteurs jouent sur l’autonomie en hiver. Le premier, et non des moindres, est lié aux différents besoins thermiques, que ce soit pour le confort des passagers, mais aussi en matière de refroidissement de la batterie. La climatisation étant réglée à la même température, seule la gestion thermique de la batterie peut avoir une influence sur les consommations ici. Mais la température de l’air ambiant se révèle idéale pour celle-ci, qui fonctionne dans sa fourchette thermique optimale.

À lire aussi Essai Renault Megane e-Tech : les temps de recharge et de voyage issus de notre Supertest

Contre toute attente, c’est sur voie rapide que la différence se fait le moins sentir. Pourtant, c’est là où la densité de l’air peut avoir la plus grande influence. L’air étant plus dense en hiver, il réclame plus d’énergie à la voiture pour avancer à une vitesse donnée. Selon nos constatations, qui feront l’objet d’un prochain sujet dans nos colonnes, la différence est toutefois plus marquée à 130 km/h qu’à 110 km/h, vitesse moyenne définie pour notre boucle mixte.

Côté recharge enfin, nous n’avons pas repéré d’améliorations significatives de temps d’immobilisation pour passer de 10 à 80 %. Dans le meilleur des cas, nous avons pu obtenir une courbe avec des puissances supérieures de 4 à 5 kW à peine à taux de charge équivalent, permettant, au mieux, de faire gagner une minute sur le temps total : l’exercice de recharge est passé de 37 à 36 minutes, avec toujours 128 kW de puissance en pic jusqu’à 15 % de SoC. Rien de nouveau sous les tropiques quand la voiture a déjà roulé.

Autonomie mixte – 24 °C ext.
Route Voie rapide Ville Total
Conso. moyenne A/R (kWh/100 km) 14,6 17,9 14,2 15,6
Autonomie totale théorique (km) 411 335 423 384

Un gain de 15 % d’autonomie avec 15 °C de plus

Ne pas prendre de précautions concernant la mise en température de l’habitacle avant de prendre la route en hiver fait exploser la consommation. Et c’est notamment vrai sur les petits trajets du quotidien, où le « coût fixe » du système de chauffage pèse lourd sur la conso. Il est admis qu’une autonomie peut baisser de 25 % à 30 % entre les deux saisons sans prendre de précautions particulières. L’inverse est aussi juste : en été, préférez lancer la climatisation avant de prendre la route (cela sert aussi le confort des usagers) et prenez soin de garer votre voiture à l’ombre, sinon d’entrebâiller les vitres pour ventiler l’habitacle. L’effort de la climatisation sera moindre.

En prenant le soin de préconditionner l’habitacle, l’écart d’autonomie entre l’été et l’hiver est proche de 13 %, selon notre base de mesure et avec la Renault Megane e-Tech. Cette valeur n’est pas une science exacte (comme toutes les mesures hors laboratoire, en fait), et il est difficile aussi d’établir une règle avec une seule mesure (nous réitèrerons l’exercice avec d’autres modèles), mais cela permet de dresser une première échelle.

À lire aussi Essai – Renault Megane e-Tech EV60 : quelle différence de consommation entre été et hiver ?

En somme, pour connaître la consommation par des températures plus froides, vous pouvez multiplier par 1,15 la valeur enregistrée en été. Avec le même coefficient, vous pouvez ainsi déterminer l’autonomie en hiver en multipliant celle de l’été par 0,87. À noter que pour le calcul inverse (de l’hiver vers l’été), il vous suffit d’inverser les coefficients multiplicateurs (0,87 pour la consommation, 1,15 pour l’autonomie).

Aussi, afin de faire la lumière sur les écarts de consommation selon les températures, nous ne manquerons pas de mener à nouveau la Renault Megane e-Tech selon le même protocole avec des températures encore plus froides, proches de 0 °C. Rendez-vous en janvier 2023.


En savoir plus sur le véhicule Renault Megane électrique

Publicité


Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2022 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre