Accessible dès 14 ans, la petite Citroën AMI fait figure d’OVNI au sein de la gamme de la marque aux chevrons. Gadget ou véritable solution de mobilité ? Nous avons pu tester la petite voiture électrique sans permis dans les rues de la capitale.

Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, la Citroën AMI a cet avantage qu’elle ne laisse personne indifférent. Petite biplace au design cubique, l’AMI est une véritable révolution pour la marque aux chevrons qui s’aventure pour la première fois sur le segment du véhicule sans permis. Citroën n’est toutefois pas la première grande marque automobile à faire ce choix puisque la Renault Twizy remonte à… 2012. La philosophie des deux modèles est toutefois bien différente. Là où la Twizy s’apparente davantage à un engin de loisirs, l’AMI reprend tous les ingrédients de la micro-citadine.

Longue de 2,41 m, large de 1,39 m et haute de 1,52 m, la Citroën AMI est marquée par un design très symétrique. Les faces avant et arrière sont ainsi strictement identiques.

Un choix avant tout économique qui permet au constructeur de limiter ses coûts de production. Au niveau des portes, la philosophie est la même avec une ouverture classique côte passager et antagoniste côté conducteur. Une façon de ne pas avoir à changer l’emplacement des charnières pour ne produire qu’une seule et même pièce.

La Citroën AMI est chaussée sur des jantes de 14 pouces

Sans permis

Accessible dès 14 ans avec le permis AM (ex BSR), la petite AMI s’inscrit dans la catégorie des quadricycles légers. Sous le capot, on retrouve un moteur de 6 kW. Bridé à 45 km/h celui-ci est alimentée par une petite batterie de 5,5 kWh autorisant jusqu’à 70 kilomètres d’autonomie théorique. Sur la partie recharge, comptez 3 heures sur une prise domestique en 8A. Ce n’est pas trop long mais il fautcomposer avec un long câble de recharge intégré à la voiture peu pratique à manipuler. Un enrouleur aurait été bien plus pratique même s’il aurait fallu .

A l’intérieur, la conception est basique mais efficace. Il est même étonnant d’avoir un espace aussi généreux sur un véhicule aussi petit. Un sentiment sans doute renforcé par la luminosité offerte par le toit panoramique.

Au niveau de l’instrumentation, Citroën va au plus simple. Placé derrière le volant, le petit écran digital n’est pas très lisible en raison des nombreux reflets. Il indique la vitesse de pointe, le compteur kilométrique et un affichage de l’autonomie restante. Exprimée en kilomètre, celle-ci est aussi présentée sous la forme d’une petite pile faisant office de jauge.

Sur l’AMI, l’instrumentation va au plus simple

Pour le reste, cette AMI se veut plutôt pratique. Les contre-portes intègrent de beaux espaces de rangements tandis que le tableau de bord dispose d’une prise USB pour smartphone et même d’une enceinte Bluetooth permettant d’écouter les derniers tubes du moment.

Malgré leur aspect minimaliste, les sièges sont relativement confortables. Seul le siège conducteur est réglable en profondeur. Stricte bi-place, cette AMI ne propose pas de coffre mais d’un petit espace de rangement derrière les sièges. Elle est également dépourvue de rétroviseur central. Symboliques, les rétroviseurs latéraux sont en revanche trop petits et imposent de tourner la tête lors des changements de file.

Des sensations surprenantes

Derrière le volant, l’AMI se conduit comme un jouet. Avec 7,20 m de rayon de braquage, la petite puce de Citroën tourne sur elle-même et se manœuvre très facilement malgré l’absence de direction assistée. Les vitesses se sélectionnent par l’intermédiaire d’une série de trois boutons (D-N-R). Au niveau du frein moteur, c’est assez léger mais il est présent. La vitesse de pointe, limitée à 45 km/h, n’est pas non plus un obstacle dans une circulation parisienne où la moyenne tourne davantage autour des 30 km/h.

Pratique mais aussi joueuse, l’AMI tient la route quand on la chahute. Si elle patine un peu à l’accélération, elle colle au bitume et se révèle plutôt bien amortie. Une bonne surprise pour ce petit quadricycle qui se révèle finalement bien plus sécuritaire qu’un deux-roues.

Un prix mini bonus déduit

Assemblée au Maroc et distribuée dans le réseau Citroën mais aussi via les magasins FNAC et Darty, la Citroën AMI est proposée à partir de 6900 €. Un prix qui tombe à 6000 € après déduction du bonus de 900 €. Sur le segment du sans permis, ou les équivalents thermiques sont souvent vendus plus de 10.000 €, ce n’est finalement pas si cher. Sur le segment du tout électrique, l’AMI est aussi bien moins chère que la Twizy dont le prix de vente débute à partir de 9.100 € bonus écologique déduit.

Mais c’est surtout la solution locative qui devrait faire cartonner cette petite AMI. Pas plus chère qu’un forfait téléphonique, elle est proposée en LLD à 19,99 €/mois sur 48 mois après un premier loyer de 2.641 € bonus déduit.