La toute première voiture 100% électrique de DS est commercialisée depuis quelques jours. Si les livraisons n’interviendront qu’à la fin de l’année, il est déjà possible de la configurer en ligne. On fait le point sur les tarifs, options et finitions de la DS 3 Crossback e-tense.

Française et électrique ! La DS 3 Crossback e-tense est la troisième voiture 100% électrique de série conçue en France et la quatrième à être assemblée sur le territoire national après la Renault Zoé, Peugeot e-208 et Smart ED. Un crossover compact basé sur la plateforme e-CMP dédiée aux véhicules électriques lancée par le groupe PSA.

Il bénéficie de la même technologie que la Peugeot e-208 : un moteur de 136 chevaux (100 kW), 260 Nm de couple et une batterie de 50 kWh. La DS3 Crossback e-tense est donnée avec une autonomie WLTP de plus de 300 km. Le véhicule est en théorie capable de charger jusqu’à 80% en 30 minutes sur une borne rapide de 100 kW. Sur une wallbox en courant alternatif la puissance est limitée à 11 kW, soit 5h pour une charge complète.

Un écart de 12.000 euros entre essence et électrique

Si on a hâte d’analyser ces performances lors d’un prochain essai, on connaît déjà le tarif, options et finitions de la DS3 Crossback e-tense. Sur le configurateur en ligne de DS, la voiture démarre à 39.100 euros hors bonus écologique en finition « So Chic ». Plus bas de gamme, la finition « Chic » n’est pas disponible sur la version électrique de la DS3. A titre de comparaison, la version essence Puretech 100 chevaux « Chic » démarre à 27.100 euros, soit 12.000 euros de différence entre le thermique et l’électrique. Un écart qui se limite au prix et à la technologie puisque le style et l’habitabilité sont identiques.

Coûteuses options

Au fil des finitions et équipements, le prix de la DS3 Crossback e-tense augmente sensiblement. Elle démarre à 39.300 euros en « Performance », 42.600 euros en « Performance Line+ » , 44.800 euros en « Grand Chic » et 46.400 euros en « La Première ». Nous avons donc configuré deux modèles : le premier au plus économique et le second équipé de toutes les options.

La DS3 Crossback e-tense « So Chic » d’entrée de gamme à 39.100 euros est simplement livrée avec une sellerie textile « Bastille » et un intérieur de base aux finitions assez raffinées propres à l’identité de la marque. Une seule couleur de carrosserie « blanc banquise » est disponible sans supplément. Le véhicule est monté sur des jantes alliage de 17 pouces.

La version toutes-options que nous avons configuré s’affiche à 49.350 euros. Elle comprend une carrosserie « rouge rubis » à 1050 euros, un intérieur cuir nappa « Opéra » à 2650 euros et des jantes alliage 18 pouces à 1100 euros. Côté conduite, elle est dotée d’un pack « sécurité étendue + DS drive assist » intégrant un système de pilotage autonome de niveau 2, un avertisseur d’angles morts et un système de lecture des panneaux à 1350 euros. Le système fonctionne notamment dans les embouteillages en gérant automatiquement les phases d’arrêt et de démarrage successifs.

Plus cher qu’un Hyundai Kona électrique

L’affichage tête haute est proposé à 400 euros, les feux LED matriciels à 1000 euros et l’aide au stationnement et caméra de recul à 350 euros. Nous l’avons également agrémentée de petites options telles que les sièges chauffants à 350 euros, d’une alarme anti-intrusion à 200 euros, d’un chargeur de smartphone à induction à 200 euros, du déverrouillage sans clé à 600 euros et du système d’infodivertissement « DS connect » incluant screen mirroring et radio numérique terrestre à 1250 euros.

Sellerie cuir nappa « opéra ».

Une panoplie d’options qui laissent dubitatif, certaines auraient pu être proposées de série sur un véhicule au prix de départ aussi élevé. Pour comparaison, le Hyundai Kona électrique 64 kWh dispose d’une plus grande batterie et d’un niveau d’équipements de série presque aussi élevé pour un tarif de 42.400 euros hors bonus, soit près de 7000 euros de moins que la DS3 Crossback e-tense toutes options.

A son crédit, la DS3 Crossback électrique bénéficie d’un niveau de raffinement et d’une identité nettement plus haut-de-gamme qu’un Hyundai Kona. Elle présente également l’avantage d’être fabriquée en France, sur le site de Poissy ou la production peut être adaptée en fonction de la demande. Le véhicule partage en effet les mêmes lignes de production que les DS3 thermiques. Les délais de livraison devraient donc être assez limités.