Cette puissance minimale envisagée, qu’il est préférable d’exprimer en kW (220 kW), est à comparer avec celle des exemplaires de la VW ID.3 (150 kW) qui pourraient être livrés dès septembre prochain en édition First.

La dénomination « R », érigé en label de performance, ferait clairement référence au bolide ID.R qui s’est illustré depuis 2018 en pulvérisant le record détenu par Sébastien Loeb sur Peugeot 208 thermique à Pikes Peak, en s’offrant un chrono record de 6’05.336 sur le célèbre circuit du Nürburgring, et en bouclant en 39,90 secondes la piste de la course de côte de Goodwood.

La compacte allemande serait cependant bien plus sage dans sa déclinaison sportive que la monoplace dotée de 500 kW de puissance. Oublions également les 2 moteurs de l’architecture de cette dernière : l’ID.3, au moins dans sa première génération, devrait rester une simple propulsion.

Remise sur le tapis hier, lundi 29 juin 2020, par Autocar, l’idée de l’ID.3 R a été révélée en septembre dernier, avec une mise en production qui reste envisagée pour 2024.

Différence notable : la direction de Volkswagen serait sur le point de valider la sortie de la déclinaison sportive de l’ID.3, sous cette désignation d’ID.3 R. La spécification « GTX » aurait été mise de côté pour la compacte car elle dérogerait alors à une règle fixée : embarquer 2 moteurs pour une motricité intégrale.

Selon le média britannique, une question se poserait encore chez le constructeur : Est-ce que le marché est prêt à accepter un tel modèle ?