Si Hyundai et sa filiale Kia portent une très grande attention à la pompe à chaleur, c’est à la fois pour conserver une autonomie maximale en toute saison et doubler la capacité énergétique en conservant les mêmes dimensions pour les batteries.

Pour exemple, le pack 64 kWh du e-Soul commercialisé en France depuis l’année dernière occupe le même espace que celui de 30 kWh adopté en 2016 sur le Soul EV, précédente génération de ce modèle.

Cette performance est due au système de gestion thermique de la batterie qui permet d’assembler les cellules lithium-ion polymère de façon plus rapprochée. Les canaux qui diffusent le liquide caloporteur sont bien moins volumineux que ceux des architectures à refroidissement par air.

En outre, depuis 2014, le groupe coréen traque les moindres calories perdues au niveau des moteurs, chargeurs, onduleurs, et de la batterie afin d’améliorer l’efficience de l’architecture CVC (chauffage, ventilation et climatisation). L’impact se constate principalement en hiver avec une autonomie préservée à 90% sous des températures négatives.

Pour preuve, les 2 constructeurs rapportent les conclusions de 2 expérimentations. Tout d’abord ce test effectué en Norvège sur 20 voitures électriques qui a mis en avant la bonne tenue du Hyundai Kona électrique face à la concurrence.

Puis une étude réalisée par le ministère coréen de l’Environnement, sur le même modèle et le Kia e-Niro, qui confirme que les 2 SUV électriques conservent 90% d’autonomie sous -7°C, par rapport aux valeurs relevées à une température ambiante de 26°C. Pour comparaison, les modèles concurrents perdaient entre 18 et 43% de rayon d’action.

Avis de l'auteur

Jusqu’à présent, Kia et Hyundai se sont montrés assez discrets sur le système CVC accouplé à une pompe à chaleur et sur les bénéfices de cette architecture.

En France, ce sont les premiers utilisateurs du Soul EV qui ont très tôt mis au jour les qualités exceptionnelles de ce véhicule lors de son usage par des températures négatives. Ce qui m’a d’ailleurs convaincu d’investir dans ce modèle, me permettant d’observer qu’effectivement, en hiver, l’autonomie baisse peu.

C’est d’ailleurs un plaisir et rassurant de suivre en direct l’évolution de la consommation des dispositifs de chauffage et de ventilation : les pics ne durent que quelques secondes pour maintenir la température demandée.

Et si on accepte pas plus de 15°C à bord lorsque les valeurs sont négatives à l’extérieur, les résultats sont encore bien meilleurs. Le volant et les sièges chauffants permettent d’accepter facilement cette ambiance.

Une question se pose toutefois après le communiqué de presse diffusé par Kia et Hyundai sur les bénéfices de la pompe à chaleur pour préserver l’autonomie : Sera-t-elle enfin de série sur le e-Niro qui était dépourvu de ce système, contrairement à son clone technologique Hyundai Kona ?