Responsable du nouveau centre national pour les infrastructures de recharge, c’est Now GmBH qui suit ce programme visant à trouver des opérateurs pour construire et exploiter ce maillage en chargeurs rapides.

Ces sites évolutifs devront proposer plusieurs dizaines de points de recharge DC, tous d’une puissance minimale de 150 kW. Ils devront être accessibles 24/7 à tous les automobilistes selon les mêmes conditions, quel que soit l’opérateur de mobilité auprès desquels ils sont inscrits.

Les premières stations devraient être mises en service dès l’année prochaine, selon une feuille de route qui a déjà été définie et débouchera sur le plus important réseau de chargeurs rapides d’Allemagne.

Ce déploiement massif de superchargeurs accompagne un développement rapide des véhicules électriques espéré par le gouvernement fédéral.



Ce dernier a d’ailleurs mis le paquet à ce sujet, puisque les automobilistes allemands ont désormais accès à un bonus de 6.000 euros (contre 3.000 auparavant), auquel s’ajoutent une aide de 3.000 euros des constructeurs et, jusqu’à la fin de la présente année, une TVA ramenée de 19 à 16%. Soit environ 10.0000 euros de moins sur les tarifs habituellement affichés dans les concessions.

Now GmBH prend pour exemple le réseau Tesla afin d’imaginer son propre modèle avec des bornes abritées sous auvent, des toilettes, et tout ce qui pourrait améliorer l’expérience utilisateur, comme l’automatisation des procédures de recharge.

Pour un maillage qui supprime les zones blanches, l’appel d’offres à l’échelle européenne, officiellement lancé au 3e trimestre prochain, présentera un découpage par lots, chacun comprenant des sites qui deviendront rapidement rentables tandis que d’autres resteront durablement de moindre importance.

Les territoires sont appelés à fournir les terrains d’où sortiront les stations.

Avis de l'auteur

Le gouvernement allemand est en train de donner aux autres pays européens l’image même de ce qu’il devient urgent de construire un peu partout sur le territoire EU27.

Des programmes d’envergure sont aussi annoncés en France, mais sans que ne soient mises en avant 2 conditions importantes à respecter : des bornes rapides en suffisance aussi bien sur le territoire que dans chacune des stations, et des implantations qui comprennent les zones où circulent encore peu de véhicules électriques.

Trop de territoires dans l’Hexagone continuent à faire l’impasse sur la recharge rapide, alors qu’elle est la seule à permettre l’adoption massive de la mobilité électrique en permettant d’effectuer des déplacements longs, aussi par les autoroutes.

Résultat, en voulant économiser de l’argent, certains départements se retrouvent avec un réseau inefficace, totalement dépassé à peine ouvert. Au point même que quelques-uns envisagent d’abandonner pour leurs services les voitures électriques au profit de véhicules au bioéthanol.

S’y ajoutent les couloirs en chargeurs rapides qu’on laisse fermer sans réactions rapides.

Quand tirera-t-on enfin en France les conclusions qui s’imposent sur ces échecs à répétition ?