Après deux mois de plan de relance automobile, le gouvernement resserre la vis sur la prime à la conversion. Qui y a désormais droit ? Quels sont les nouveaux montants ? On vous dit tout.

Pour enrayer la chute monstre des ventes de voitures de ce printemps, le gouvernement a agi. Avec le plan de relance, il a augmenté le bonus, et surtout élargi les conditions d’éligibilité de la prime à la conversion. Cependant, cette dernière avait une limite de 200.000 dossiers, un chiffre atteint rapidement cette fin juillet. Ainsi, les conditions changent pour ce 3 août.

Pour tous : 2.500 € pour une électrique ou hybride rechargeable

Hors conditions de revenus, tout le monde peut prétendre à un minimum de 2.500 €, professionnels et entreprises inclus. Cela concerne l’achat d’une voiture électrique ou hybride rechargeable, neuve ou d’occasion, avec cession d’un vieux véhicule diesel immatriculé avant 2011 ou d’un essence d’avant 2006. Attention, pour une voiture hybride rechargeable, l’autonomie électrique doit être supérieure à 50 kilomètres en cycle WLTP ou NEDC. Le prix de la voiture ne doit également pas dépasser 60.000 €, ou 80% du prix total.

5.000 € pour les personnes et foyers modestes

Le grand changement du 1er juin dernier était l’élargissement des conditions d’éligibilité. Celle-ci revient donc à la normale. Le maximum de 5.000 € se réserve aux personnes au revenu fiscal de référence inférieur à 13.489 € (contre 18.000 € auparavant) si la distance domicile-travail excède 30 km.



Renault ZOE 2019

Exemple : La prime peut atteindre 5.000 € pour l’achat d’une Renault ZOE avec mise au rebut de vieux véhicule thermique

 

Jusqu’à 3.000 € pour une thermique faibles émissions

La prime à la conversion reste ouverte aux voitures hybrides et thermiques dont les émissions sont inférieures à 137 g/km de CO2. Ceci correspond aux voitures répondant aux vignettes Crit’Air 1 et 2. Elle est de 3.000 € pour la première catégorie décrite ci-dessus, de 1.500 € pour la seconde. Au-dessus d’un RFR de 13.489 €, il est impossible d’y prétendre.

Pour tous les montants en détail, veuillez vous référez au barème 2020 du gouvernement accessible en document PDF.

Une prime toujours cumulable avec le bonus

Bonne nouvelle : le gouvernement n’a pas modifié le bonus écologique. Il est donc possible de cumuler les 5.000 € de la prime à la conversion et les 7.000 € d’aide pour l’achat d’une voiture électrique neuve (ou 2.000 € pour une hybride rechargeable). La surprime de 1.000 € en zone à faibles émissions (Grand Paris, Grand Lyon, Strasbourg et Grenoble) est toujours d’actualité et cumulable. Encore rares, ces zones seront néanmoins plus nombreuses d’ici fin 2021, selon le site officiel je-roule-en-electrique.fr.

Le rétrofit, solution permettant de changer le moteur thermique d’une voiture de plus de 5 ans pour un moteur électrique, reste aussi au programme. Il permet de réduire la facture de 5.000 € pour les personnes au revenu fiscal inférieur à 13.489 €) et de 2.500 € au delà.