Ce seuil symbolique a été franchi au bout de 10 ans de production et 2 générations du modèle.

Construit à l’usine britannique de Sunderland, le 500.000e exemplaire de la compacte électrique de Nissan a été remis à Maria Jansen. Cette automobiliste norvégienne et son mari avaient déjà acquis en 2018 une première Leaf. « Cette voiture répond vraiment à nos besoins grâce à sa grande autonomie et à ses technologies de conduite assistée », a-t-elle commenté.

En janvier 2014, c’est un modèle Phase 2 de la première génération, livrée à Winchester en Grande-Bretagne, qui ponctuait le passage aux 100.000 premières unités produites dans le monde. Deux ans plus tard, le cap des 200.000 exemplaires été dépassé, puis celui des 300.000 en janvier 2018.

Le mouvement s’est accéléré à l’échelle mondiale puisque la 400.000e Leaf, un modèle de 2e génération, est sortie de Sunderland en mars 2019. Cette année-là, la commercialisation de la compacte électrique s’est étendue à l’Amérique latine, puis à de nouveaux marchés en Asie et en Océanie.

En plus du Japon, des Etats-Unis et de l’Europe, ce best-seller branché est disponible dans des territoires aussi divers que l’Australie, la Nouvelle Zélande, Hong-Kong, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines, etc.

La flotte mondiale constituée par le demi million de Leaf totalise plus de 14,8 milliards de kilomètres parcourus. Le constructeur japonais estime que les propriétaires des 500.000 Leaf ont permis d’éviter l’émission de plus de 2,4 millions de tonnes de CO2.

Avis de l'auteur

En France, 25.000 exemplaires de Nissan Leaf sont en circulation. A comparer aux 100.000 Renault Zoé immatriculées dans l’Hexagone sur, à la louche, 250.000 unités assemblées à Flins-sur-Seine.

Dans son communiqué de presse émis pour annoncer la livraison de la 500.000e Leaf, Nissan évoque « un véritable succès » dans notre pays. Ce n’est pas vraiment le cas. L’arrivée de nouvelles voitures électriques la relègue à la 8e place des ventes du premier semestre 2020, derrière les Renault Zoé, Peugeot e-208, Tesla Model 3, DS3 Crossback, Hyundai Kona, Kia e-Niro, et même la Citroën C-Zero.

En France, la Leaf ne représente cette année que 3,12% de part sur le marché des voitures particulières électriques.

Si nombre de propriétaires sont enchantés d’utiliser cette voiture au quotidien, d’anciens utilisateurs de Leaf sont passés à la concurrence, voire même sont revenus à des modèles thermiques, quand leur contrat de LLD est arrivé à son terme. Pourquoi ? En raison des nouvelles offres formées autour de loyers bien plus élevés et perçus comme dissuasifs. S’est ajoutée à cela la baisse conséquente de puissance de recharge lors des longs déplacements.