Bien qu’abandonné, le projet de voiture électrique de Dyson se révèle à travers une nouvelle série d'images et de vidéos, son fondateur de PDG se confiant sur sa vision de l’avenir de l’automobile.

Ayant démarré en 2017, le projet de plus de 2 milliards d’euros fut officialisé en 2018. Or l’attente fut de courte durée, car Dyson l’a brusquement arrêté en 2019. En mai dernier, l’entreprise a livré des premières images et informations de cette voiture électrique. Voici de plus amples précisions et clichés officiels de ce SUV, qui semblait prometteur.

Une électrique part en fumée

« J’ai toujours été horrifié, même en étant enfant, par le nuage de fumée noire à l’arrière des véhicules » déclare James Dyson qui souligne que des efforts ont été réalisés, « cela semble mieux à l‘œil nu, mais ils ne sont toujours pas dénués de gaz dangereux ». C’est ainsi qu’il a initié le projet de voiture électrique, « avec des technologies maison, comme celles des batteries et moteurs ».

« C’était une décision difficile d’arrêter », confie le Britannique, « mais je n’ai aucun regret d’avoir démarré ce programme ». Mais pour quelles raisons ? « Les voitures électriques sont bien plus chères à fabriquer […] mais les pertes comptent moins » pour les marques vendant aussi du thermique, ajoute-t-il, « nous avons réalisé que notre voiture n’était soudainement plus commercialement viable ». Ce serait surtout après le Dieselgate, où les marques ont amorcé la transition vers l’électrique. Tout n’est pas perdu selon lui, l’expérience acquise servira « à d’autres secteurs de la recherche et développement ».



Un SUV XXL sans prétentions

Le véhicule possédait une plateforme « pouvant accueillir d’autres carrosseries ». Long de 5 mètres, soit proche d’un Tesla Model X ou d’un Audi e-tron, le SUV n’emprunte rien aux autres constructeurs. Particularité, le châssis intègre directement l’espace pour les modules de la batterie. Cette solution permettait « différentes tailles et types de batteries », et même des changements de technologie « sans besoin de lourd changement de conception ». Dyson ne confirme pas les chiffres estimés du Sunday Times qui annonçait 500 ch de puissance et 1.000 km d’autonomie.

L’intérieur est enfin visible, mais semble non finalisé. En dehors des couleurs aubergine et orange typiques de la marque, l’aspect reste très épuré. En matière de confort, la Dyson électrique comptait apporter un vrai soutien lombaire, 7 places, commandes au volant, affichage tête-haute et un système climatisé inspiré des autres produits.

Une vidéo montre la Dyson électrique sur route et en prototype, avec son allure singulière. Un modèle qui aurait finalement eu toute sa place sur le marché. Efficience, confort, vie à bord, il aurait aussi été intéressant de tester la vision d’un groupe non automobile, dont les autres acteurs auraient pu s’inspirer.