Même s’il dépasse les attentes, le développement annoncé de la voiture électrique n’aura que peu d’impact sur la consommation mondiale de pétrole à horizon 2040 selon le dernier rapport de l’OPEP.

Le pétrole a encore de beaux jours devant lui ! C’est ce que souligne le rapport annuel de l’OPEP, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole , qui estime que le secteur des transports représentera encore deux tiers de la consommation entre 2016 et 2040. L’organisation estime néanmoins que les nouveaux progrès technologiques, le resserrement des politiques énergétiques et l’arrivée de carburants de substitution tels que le gaz naturel et l’électricité devraient aboutir à un plafonnement de la consommation à 109 millions de barils par jour à horizon 2035. Alors que la production mondiale s’établit aujourd’hui à environ 97 millions de barils/jour, la hausse de la demande des prochaines années sera essentiellement portée par les pays émergents.

Estimant « hautement improbable » un fort essor de la voiture électrique au cours des 25 prochaines années, l’OPEP a tout de même étudié le scénario. Dans cette vision « optimiste », l’organisation table sur une forte pénétration de la technologie électrique qui pourrait représenter 80 millions de ventes annuelles d’ici 2040. « Cela signifierait que trois voitures vendues sur cinq seraient électriques » souligne l’organisation. Au total, la flotte électrique mondiale pourrait atteindre 516 millions de véhicules, soit environ le quart de l’ensemble des véhicules en circulation.

Dans cette hypothèse, qui implique que l’électrique se développe également « au moins partiellement » dans le domaine du véhicule utilitaire de « taille moyenne », la demande pétrolière serait réduite de 2.5 millions de barils par jour en 2040. Par rapport au scénario de référence de l’OPEP, qui table sur 108.6 millions de barils par jour au même horizon, cela aboutirait à une baisse de l’ordre de 2 %.

Dans une vision présentée comme « plus réaliste », l’OPEP estime que l’électrique pourrait représenter 12 % de la flotte mondiale à l’horizon 2040.

Voiture électrique : un impact limité sur la consommation mondiale de pétrole
Notez cet article