Censée démocratiser l’électrique au sein du groupe, la Volkswagen ID.3 s’annonce comme une étape aussi importante que la Coccinelle ou la Golf dans l’histoire du constructeur. Présentée dans sa version définitive à Francfort après un premier concept en 2016 à Paris, la compacte électrique a t-elle tenu son pari ? Retrouvez ci-dessous nos premières impressions en détails et en vidéo…

Une nouvelle icone

Au sein de la gamme Volkswagen, ne cherchez pas d’équivalent ! Cette ID a une identité bien à elle et ne sera vendue qu’en version électrique. Une première chez Volkswagen qui cherche désormais à distinguer l’électrique du reste de sa gamme à l’instar de que font déjà d’autres constructeurs tels que Mercedes avec EQ ou BMW avec sa gamme i.

Nouvelle icone, l’ID.3 symbolise est aussi et surtout celui du renouveau pour la marque après plusieurs la tempête du dieselgate. Au nouveau logo, plus sobre et présenté en noir et blanc et en 2D, Volkswagen introduit avec l’ID.3 les lignes spécifiques que l’on devrait retrouver sur les autres modèles de la gamme. A l’avant, la compacte électrique se caractérise par sa calandre pleine et sa longue bande lumineuse. Reliant les deux optiques, celle-ci devrait devenir une signature spécifique à l’ensemble des modèles de la famille I.D, un peu comme le sont aujourd’hui les feux diurnes en forme de « C » sur la e-Golf et la e-Up. La marque a également beaucoup travaillé sur l’aérodynamique, faisant davantage plonger le capot et intégrant des jantes pleines spécifiques au modèle. Le coefficient de pénétration dans l’air est ainsi un poil meilleur que la Golf : 0,26 vs 0,27 Cx.

Quant aux dimensions, on reste en terrain connu puisque la compacte arbore un gabarit proche de celui de l’actuelle Golf 7. Longue de 4,26 m et large de 1,80 m, elle n’affiche que quelques millimètres de différence avec à sa grande sœur. Affiché à 2,77 m, l’empattement progresse toutefois de 15 cm pour faciliter l’intégration de la batterie et optimiser l’espace à bord. En hauteur, l’ID.3 affiche également 6 centimètres de plus que la Golf.

Légèrement rehaussé en raison de la présence du moteur, le coffre de l’ID.3 offre jusqu’à 380 litres d’espace de chargement.

Annonçant jusqu’à 380 litres, le coffre est lui aussi identique à celui de la Golf même si sa hauteur a dû être réhaussée en raison de la présence du moteur.

Le coffre semble toutefois légèrement amputé en raison de l’absence du moteur à l’arrière.

  Volkswagen ID.3 Volkswagen Golf VII
Longueur 4.261 mm4.258 mm
Largeur 1.809 mm1.790 mm
Hauteur 1.552 mm1.492 mm
Empattement 2.765 mm2.620 mm
CX 0,260,27

Contrairement à d’autres modèles électriques, la Volkswagen ID.3 ne dispose pas d’espace de chargement à l’avant.

Une plateforme inédite

Au-delà de ses lignes spécifiques, l’ID.3 marque également un tournant technique important. Finie l’électrification de plateformes existantes telles que la MQB pour la e-Golf, Volkswagen fait place à une architecture inédite. Inaugurée sur la compacte, la MEB, ou Modular Electric Drive, s’inscrit comme le fer de lance de l’électrification du groupe et sera progressivement introduite sur toutes les marques.  

La présentation de cette Volkswagen ID.3 donne donc de sérieux indices quant aux configurations qui pourront être reprises sur d’autres modèles, qu’il s’agisse de l’El Born chez Seat ou de la Vision IV chez Skoda. Et sur la ID.3, les variantes sont nombreuses. Si elle a souhaité débuter le lancement son modèle par une série spéciale limitée, la fameuse ID.3 First, la marque déclinera ensuite sa compacte en trois variantes dont les noms ont été officialisés par le constructeur sur son stand.

Plus ou moins équivalente à l’actuelle ID.3 First, l’ID.3 Pro constituera le milieu de gamme. Equipée d’une batterie de 58 kWh, celle-ci autorisera jusqu’à 420 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP.

Réservée à l’urbain, la Volkswagen ID.3 Pure se positionnera sur l’entrée de gamme. Limitée à 330 kilomètres d’autonomie, elle recevra une batterie de 45 kWh associée à un chargeur embarqué de 7,2 kW et à un connecteur Combo tolérant jusqu’à 50 kW de puissance (100 kW en option).

Arrive enfin le haut de gamme. Destinée à répondre aux besoins des gros rouleurs, la Volkswagen ID.3 Pro S recevra une batterie de 77 kWh pour une autonomie portée à 550 kilomètres. Si la capacité du chargeur embarqué sera identique à la version Pro (11 kW), le connecteur combo pourra accepter jusqu’à 125 kW de puissance.

Deux choses importantes à noter : l’ensemble des capacités batteries annoncées par le constructeur correspondent à des valeurs « utilisables » et les motorisations pourront varier selon les versions. Si on connait déjà celle de la Volkswagen ID.3 First – 150 kW (204 ch) et 310 Nm – celle des autres variantes seront annoncées ultérieurement par le constructeur. 

 ID.3 Pure ID.3 Pro ID.3 First ID.3 Pro S
Batterie 45 kWh58 kWh58 kWh77 kWh
Autonomie WLTP 330 km420 km420 km550 km
Charge AC 7.2 kW11 kW11 kW11 kW
Charge DC Combo50 kW (100 kW en option)100 kW100 kW125 kW
Puissance moteur 150 kW – 204 ch
Couple 315 Nm
Vitesse max 160 km
Si le standard Combo sera bien présent sur toutes les versions de l’ID.3, toutes ne proposeront pas le même niveau de puissance.

Un intérieur surprenant

Révélé pour la première fois à Francfort, l’intérieur de la ID.3 avait été préfiguré par le concept Seat El Born

S’il n’avait jamais été présenté jusqu’ici, l’intérieur de l’ID.3 se révèle extrêmement proche de celui introduit par le concept Seat El Born lors de la dernière édition du salon de Genève. Une fois encore, l’ID.3 ne ressemble à aucun autre modèle de Volkswagen. Simpliste, l’intérieur reste sobre sans pour autant paraître triste grâce à un choix varié de couleurs.

L’intérieur de la Volkswagen ID.3 devrait inspirer les autres modèles issus de la plateforme MEB.

Une fois installé au volant, plusieurs choses frappent : la présence d’accoudoirs que l’on peut rabaisser (un peu comme dans un monospace) mais aussi l’absence de boite de vitesses au niveau de la console centrale. Pour comprendre comment passer du mode Neutre au Drive, il nous a fallu quelques secondes. En cherchant bien, on tombe sur une commande pivotante située à droite du combiné d’instrumentation. Aux classiques modes sélectionnables par ce biais, dont un mode B pour accentuer l’effet du frein régénératif, l’utilisateur pourra choisir parmi 4 modes de conduite qui impacteront les performances de conduite et l’autonomie : Eco, Confort, Sport et Individual.

Le sélecteur de vitesse n’a pas été évident à trouver la première fois

De la taille d’un smartphone, le combiné d’instrumentation numérique officie derrière le volant et permet de garder un œil sur les principales fonctionnalités de la voiture. Il est complété par un dispositif d’affichage tête haute et un écran tactile trônant au centre du tableau de bord. Plutôt intuitive, l’interface est agréable à utiliser. Les couleurs sont lumineuses et il est même possible de les changer via les différents réglages proposés.

Téléphone, radio, navigation… aux fonctionnalités d’une voiture classique s’ajoute un volet spécifique à l’électrique. Celui-ci permet notamment de programmer la charge mais aussi suivre l’historique de ses trajets. Un système que nous n’avons malheureusement pas pu explorer à fond, le mode « démo » restreignant l’accès à certaines fonctionnalités. Dommage même si l’on sait que les modèles présentés à Francfort restent des voitures de présérie.

Avec l’ID.3, Volkswagen nous promettait l’habitabilité d’une Passat. Le pari semble tenu avec une bonne garde au toit et un espace suffisant pour les jambes des plus grands. Côté pratique, quatre prises USB-C réparties entre les sièges avant et arrière facilitent la recharge des appareils nomades.

Même avec le siège avant plutôt bien reculé, l’espace pour les jambes est suffisant.

Moins de 30.000 euros hors bonus

Pour Volkswagen, la présentation de l’ID.3 à Francfort est l’occasion de rappeler ses objectifs commerciaux. Pour la version d’entrée de gamme Pure avec batterie 45 kWh, le constructeur nous promet un tarif de départ inférieur à 30.000 hors bonus, soit moins de 24.000 euros bonus déduit en France.

Première à être commercialisée, l’ID.3 First sera un peu plus chère avec un prix de vente annoncé à moins de 40.000 euros. Disponible à la commande depuis le début du mois de mai, cette édition limitée a désormais franchi le cap des 30.000 précommandes. Si Volkswagen ne communique pas ses statistiques détaillées par pays, on sait que la France ne fait pas partie des pays où les précommandes ont été les plus nombreuses. « En France, il y a un besoin de toucher avant de passer à l’acte » juge Pierre Boutin, Directeur de Volkswagen France que nous avons pu rencontrer à Francfort. Un résultat en deçà d’autres pays européens qui n’empêche pas le constructeur d’être optimiste quant aux résultats du modèle. Une fois encore, pas de chiffre détaillé pour chaque marché mais un rappel de l’objectif fixé par le groupe à l’échelle mondiale : parvenir à vendre un million de voitures électriques par an à compter de 2025.

En France, l’ouverture des commandes de la Volkswagen ID.3 First devrait intervenir courant novembre. Pour les autres modèles, il faudra attendre début 2020 et la marque nous promet quelques innovations dans son processus de prise de commande. Est notamment annoncé le lancement d’un nouveau configurateur. Celui-ci permettra de passer commande par internet en « dix clics » avec une interface simplifiée. Les livraisons de l’ID.3 First débuteront officiellement à compter de la mi-2020 avant d’être progressivement étendues aux autres variantes. Un modèle qui marque le début d’une nouvelle ère pour Volkswagen mais aussi la fin de l’actuelle e-Golf qui devrait toutefois perdurer dans sa version hybride rechargeable GTE. Sur ce point, le constructeur nous promet quelques surprises lors de présentation de la 8ème génération, prévue le mois prochain…