C’est une question que tout propriétaire de voiture électrique s’est déjà posée : recharger jusqu’à 100 % réduit-il la durée de vie de la batterie ? À cette interrogation, impossible de trouver de réponse « officielle ». Une batterie est complexe et sa dégradation varie selon de très nombreux facteurs. Automobile Propre tente d’y voir plus clair.

Qu’est-ce qu’une batterie ?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une batterie ? Cet élément crucial d’une voiture électrique est composé d’un mille-feuille de matériaux et d’éléments chimiques. Ils permettent de stocker des électrons lors de la recharge et d’assurer leur circulation lorsqu’on la décharge. La batterie lithium-ion, technologie la plus largement utilisée de nos jours à bord des voitures électriques, contient par exemple des métaux comme le manganèse, l’aluminium ou le cuivre et, souvent mais pas systématiquement, du cobalt.

On y retrouve aussi divers éléments issus de la pétrochimie et des minerais comme le lithium, évidemment, et le graphite. Ce cocktail complexe varie significativement en fonction du fabricant de la batterie, de sa technologie, mais aussi de son époque. Avec autant de différences, il est logique que les phénomènes de dégradation diffèrent.

Comment une batterie se dégrade-t-elle ?

Trois principaux facteurs peuvent expliquer la dégradation d’une batterie. Il y a d’abord ce que les ingénieurs appellent le « vieillissement calendaire » : c’est tout simplement l’usure naturelle de la batterie au repos, sans aucune sollicitation. Comme tout matériau sur terre, les éléments qui composent une batterie se corrodent et se transforment peu à peu avec le temps. Même votre corps subit un vieillissement calendaire !

Le second facteur est celui qui pose le plus question : le « vieillissement en cyclage ». Il désigne le phénomène de dégradation qui survient lorsque la batterie est chargée et déchargée. Enfin, le « vieillissement combiné » concerne l’usure liée aux phases successives de repos puis de charge et décharge.

Une durée de vie utile d’au moins 10 ans

La dégradation est généralement causée par l’altération, la transformation et/ou la mutation des matériaux qui composent la batterie. Par exemple, les électrodes peuvent se recouvrir d’une pellicule d’éléments indésirables, un peu comme une canalisation qui s’entartre. Le lithium peut se décomposer en d’autres substances sans intérêt pour la batterie. C’est une science très pointue et si vous avez le courage de vous y plonger, n’hésitez pas à consulter cette thèse d’un ingénieur en génie électrique qui nous a aidés à réaliser ce sujet.

Le résultat de ces dégradations, lui, est plus facile à comprendre : la batterie perd tout simplement de sa capacité à stocker de l’énergie, mais aussi à en restituer au fil du temps et de son utilisation. Le phénomène n’est généralement pas problématique lors des dix premières années de vie de la batterie. Ainsi, les constructeurs les garantissent généralement pendant 8 ans (ou autour de 150 000 km). À cette échéance, la pile est censée disposer d’au moins 70 % de sa capacité initiale. 30 % se sont donc « évaporés », ce qui n’est pas si mauvais sur une telle période.

Recharger à 100 % ne serait pas si risqué

Selon la thèse que nous avons décortiquée, le vieillissement dû à un niveau de charge de 100 % n’est pas extrême, même à long terme. Il pourrait même être plus marqué à des niveaux moins élevés, comme 65 ou 80 % en fonction de la technologie de batterie. C’est pourquoi Tesla, par exemple, communique des consignes différentes selon les véhicules. Ainsi, sur la Model 3 Standard range plus (équipée d’une batterie chinoise LFP), Tesla conseille de recharger à 100 %, alors qu’il recommande de ne pas dépasser 90 % sur ses autres voitures.

Le principal facteur de vieillissement prématuré serait lié aux recharges rapides et ultrarapides répétées. Une conduite très nerveuse peut également nuire à la durée de vie de la batterie. Le flux d’électrons qui traverse l’accumulateur est très intense lorsque vous écrasez vigoureusement la pédale d’accélération, comme lorsque vous rechargez très rapidement. Enfin, la température ambiante joue, elle aussi, un rôle important : froid et chaleurs intenses accélèrent le vieillissement en l’absence de système de conditionnement efficace.

Les constructeurs brident une petite partie des batteries

Il faut aussi savoir que lorsque votre tableau de bord affiche 100 %, la batterie n’est pas réellement à 100 % de sa capacité. Voilà pourquoi la capacité est exprimée comme « utile » (désigne la quantité d’énergie pouvant être exploitée par l’utilisateur) et « nominale » (quantité d’énergie réellement contenue dans la batterie).

Cette différence est normale : les constructeurs brident volontairement une petite partie de la batterie pour réduire l’amplitude des cycles de charge et décharge. C’est un moyen de prolonger sa durée de vie. Ce bridage est plus ou moins important selon les véhicules.

Pas d’inquiétude, donc : laisser votre voiture recharger jusqu’à 100 % n’aura normalement pas d’impact majeur sur la durée de vie de sa batterie. Suivez les éventuelles recommandations du constructeur, qui connaît parfaitement les spécificités de ses batteries. S’il n’en communique pas, c’est qu’il n’y a certainement pas de contre-indication à recharger jusqu’à 100 %. En conclusion, retenez que la meilleure façon de préserver votre batterie reste de limiter les recharges ultrarapides aux déplacements exceptionnels et de conduire tranquillement.