L’association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) alerte une nouvelle fois les pouvoirs publics sur les différences parfois très importantes selon les pays des ventes de véhicules électriques (batterie seule ou avec pile hydrogène), hybrides (rechargeables ou non), et fonctionnant au gaz naturel.

Pour un accès égal à tous les citoyens européens

« La mobilité doit rester abordable pour toutes les couches de la société. C’est pourquoi nous appelons les gouvernements à mettre en place des systèmes d’incitation plus significatifs et durables pour stimuler les ventes dans toute l’UE », plaide Erik-Mark Huitma, directeur général de l’association présidée par Carlos Tavares, patron de PSA.



Dans son dernier rapport (septembre 2019) à nouveau mis en avant à l’occasion de cette énième alerte, l’ACEA justifie cette position par la mise en place par l’Union européenne d’objectifs très ambitieux en matière de CO2 pour 2025 puis 2030.

Les rédacteurs du document qui s’appuie pour une grande partie sur les chiffres de des ventes 2018 soulignent que, pour respecter la feuille de route, « tous les types de véhicules à propulsion alternative devront augmenter rapidement dans tous les Etats membres ».

GNV et H2 : Disparités régionales importantes

Première constatation, 74% du total des voitures particulières fonctionnant au gaz naturel (GNV) sont concentrées dans 2 pays, l’Italie (37.406 véhicules) et l’Allemagne (10.804), représentant respectivement dans ces pays une part de marché de 2 et 0,3%.

Le pourcentage s’inscrit cependant entre ces 2 valeurs pour la Belgique (0,7%), la Bulgarie (0,9%), la République tchèque (0,7%), la Finlande (1%), la Grèce (1%), et la Suède (0,9%).

S’il faut chercher de l’homogénéité, c’est dans la part négligeable, partout en Europe, de la pénétration des modèles électriques à pile à combustible hydrogène constaté. Ils sont 154 en Allemagne, 36 en France et autant au Royaume-Uni, 13 aux Pays-Bas et 8 en Belgique.

 

VE + PHEV : Faible diffusion en Europe centrale et orientale

Le rapport de l’ACEA montre clairement une division entre les pays de l’Est de l’Europe et ceux de l’Ouest, mais aussi une distinction marquée entre le Nord et le Sud concernant la diffusion des voitures particulières électriques et hybrides rechargeables.

Dans le Top 5 des ventes 2018 : Allemagne (2% en part de marché, pour 67.504 unités achetées), Royaume-Uni (2,5%, 59.911), France (2,1%, 45.587), Pays-Bas (6,7%, 29.965) et Suède (8%, 28.3237).



A l’opposé, la Lettonie, l’Estonie, la Lituanie, la Bulgarie et la Slovaquie n’ont enregistrés que des volumes de ventes entre 93 et 293 unités, pour des parts de marché en moyenne de 0,5%.

« Il est clair que l’utilisation de voitures rechargeables à l’électricité est corrélée au niveau de vie d’un pays », en déduisent les rapporteurs.

Progression à plusieurs vitesses

Au-delà des disparités, l’ACEA note que la « part de marché moyenne des véhicules à moteur de substitution augmente dans l’Union européenne ».

Globalement, le message principal que les auteurs du rapport espèrent diffuser, c’est que cette progression gagne en uniformisation.

Concernant la demande renouvelée d’une plus grande implication des gouvernements, la balle reste dans le camp de ces derniers, étrangement silencieux.

Accès au rapport de l’ACEA